Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le président Erdogan appelle les Kurdes à voter pour lui




Le président Erdogan cherche le suffrage des Kurdes (photo : Présidence turque)
Le président Erdogan cherche le suffrage des Kurdes (photo : Présidence turque)
TURQUIE. Lors d'un meeting de son parti (AKP), dimanche 3 juin 2018 à Diyarbakir, Recep Tayyip Erdogan a demandé aux Kurdes de voter pour lui lors des futures élections anticipées prévues le 24 juin 2018.

Dans cette région à majorité kurde, le président turc sortant a mis en avant "une paix jamais vue au cours des quarante dernières années (...) l'Etat n'a jamais été aussi proche du peuple." Recep Tayyip Erdogan souligne sa volonté d'"éliminer la questions de la terreur de l'ordre du jour de notre pays, en dépit des sabotages et trahisons des organisations terroristes séparatistes. Nous avons travaillé pour résoudre les problèmes de nos frères et soeurs kurdes avec ceux de nos autres citoyens qui avaient été marginalisés dans le passé (...) Nous continuerons à protéger tous les opprimés et lésés dans notre région, les Kurdes, les Turkmènes et les Arabes. Nous allons renforcer notre fraternité et serrer les rangs malgré ceux qui essaient de nous diviser." Dans son discours, il a également insisté sur le fait que "la Turquie d'aujourd'hui ne considère aucun citoyen comme un problème." Tout en précisant, "nous ne permettrons pas aux troupeaux de meurtriers sanguinaires d'exister même sur un pouce de notre patrie de 780 000 km². Jamais nous n'autoriserons les gangs de rue à affliger les habitants de la région comme ils le faisaient à certaines périodes du passé."

L'Etat turc continue les combats contre le PKK qu'il considère comme une organisation terroriste. Le Parti des travailleurs du Kurdistan réclame une plus grande autonomie après avoir réclamer en vain l'indépendance.

L'appel du pied à une population qui représente un cinquième des habitants de la Turquie est destiné à éloigner leurs suffrages du HDP, un parti kurde que le président Erdogan a vivement critiqué comme étant la "vitrine politique du PKK". Le candidat du HDP à la présidentielle, Selahattin Demirtas, se trouve d'ailleurs en prison depuis 2016 pour soutien au terrorisme.

La Turquie a également combattu, malgré les appels de l'Union européenne, les Kurdes en Syrie dans l'enclave d'Afrin. L'opération baptisée Rameau d'olivier a pris fin en mars 2018 avec la reprise de la région. Elle aurait causé, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), 2 400 morts parmi les civils ainsi que les combattants des deux camps.

Les forces de sécurité turques affirment, lundi 4 juin 2018, avoir "neutralisé trente terroristes du PKK du 28 mai au 4 juin" dont quatorze tués. Un communiqué diffusé par le ministère turc de l'Intérieur précise que 1 419 opérations terroristes se sont déroulées sur une semaine dans plusieurs provinces turques de l'Est et du Sud-Est.




Lundi 4 Juin 2018



Lu 1508 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

La corruption, l’autre grand fléau oublié du monde arabo-musulman…


avis d'expert

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA