Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le port de Gênes veut grandir loin de la mer


Le port de Gênes envisage la création d’un immense port « sec » dans le Piémont. Objectif : rivaliser avec les géants du nord de l’Europe. Cette plate-forme permettrait de multiplier par cinq la capacité de traitement du premier port italien. Le projet serait également l’occasion de réaliser une grande opération de reconversion urbaine sur le site de l’actuel terminal de Voltri.


            Partager Partager

Le terminal à conteneurs de Voltri, dans la périphérie ouest de Gênes (©Porto di Genova)
Le terminal à conteneurs de Voltri, dans la périphérie ouest de Gênes (©Porto di Genova)
ITALIE. Coincé entre la montagne et la mer, le Port de Gênes manque d’espace.

Alors que ses concurrents barcelonais et marseillais ont lancé des projets d’extension de leurs terminaux à conteneurs – le premier a aménagé des ports « secs » à Saragosse et Madrid, va en ouvrir un troisième à Toulouse et compte en créer un quatrième à Béziers, dans le sud est de la France, quand le second s’apprête à doubler ses capacités d’accueil avec la construction du terminal Fos 2XL – le port de la capitale Ligure ne veut pas se laisser distancer.

Faute de foncier, ses dirigeants entendent s’inspirer du modèle barcelonais. Avec l’appui de trois régions (Ligurie, Lombardie et Piémont), ils viennent de mettre en place un comité de pilotage chargé d’étudier la faisabilité d’un port « sec » à l’intérieur des terres.

10 millions de TEU

Le projet défendu par l’armateur Bruno Musso, président du groupe Grendi Shipping Line, consiste à créer une plate-forme de stockage dans la région d’Alessandria, à l’épicentre du triangle Gênes-Milan-Turin. Cette plate-forme serait reliée au terminal de Voltri, dans la banlieue génoise par un système de navettes ferroviaires.

Ces trains emprunteraient une voie nouvelle dont la réalisation s’annonce particulièrement complexe car elle implique le percement d’un tunnel d’une trentaine de kilomètres de long sous la chaîne des Apennins, barrière montagneuse qui sépare le littoral ligure de la plaine du Pô. L’investissement est à la mesure de l’ambition : près de 4 Mds€.

Avec la création de ce port « sec », le premier port transalpin changerait de catégorie : sa capacité de traitement des conteneurs serait multipliée par cinq, grimpant de 2 à 10 millions de TEU, de quoi rivaliser avec ses concurrents méditerranéens, mais surtout avec les géants du nord de l’Europe .

Gênes est en effet directement relié au couloir rhénan grâce aux tunnels ferroviaires suisses du Gothard et du Lötschberg.

Renzo Piano à la baguette

Le projet de port sec multiplierait par 5 les capacités de traitement du premier port italien (©DR)
Le projet de port sec multiplierait par 5 les capacités de traitement du premier port italien (©DR)
Dans les rangs de la municipalité génoise, on suit de près l’évolution du dossier : six ans après l’échec d’un ambitieux projet de réorganisation des espaces portuaires dessiné par le « starchitecte » du cru, Renzo Piano, ce changement de stratégie du port ouvre d’incroyables perspectives urbaines.

Si les conteneurs devaient trouver refuge à l’intérieur des terres, la ville pourrait récupérer l’usage d’une partie des parcelles aujourd’hui occupées par les terminaux. La reconversion de ces sites avec vue imprenable sur la Grande Bleue ne manquerait pas d’aiguiser les appétits…


Reste à structurer cette recomposition. Une mission qui incombe à l’incontournable Renzo Piano. L’architecte a réalisé une première esquisse dans laquelle le nouveau terminal deviendrait une sorte de presqu’île reliée à la terre ferme par la voie ferrée.

Cette infrastructure serait masquée des habitations par une colline artificielle qui pourrait être le support d’un programme d’urbanisation.

Pierre angulaire de l’outil industriel, l’immense digue « Forane » qui protège les quais de la houle serait élargie afin de pouvoir accueillir les porte-conteneurs géants (430 mètres de long) qui transportent les marchandises sur toutes les mers du globe.

Si le projet se réalisait, près d’un millier de navettes assureraient la liaison quotidienne entre le terminal de Voltri et le port sec.

Novi Ligure tient la corde pour un futur terminal terrestre

La dernière inconnue concerne la localisation de ce terminal terrestre. L’hypothèse qui tient la corde est Novi Ligure, petite ville piémontaise (30.000 habitants) située au nord de la chaîne des Apennins.

Celle-ci dispose du foncier nécessaire pour l’aménagement de la mega plate-forme qui devrait s’étendre sur plus de 5 millions de mètres carrés.

Le projet est tellement hors norme qu’il en devient un enjeu politique. Histoire d’éviter toute polémique, l’annonce du site retenu interviendra au mois de juin, juste après les élections dans la province d’Alessandria, département de rattachement de Novi Ligure.

Jeudi 26 Février 2009

Lu 13601 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.