Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Le photovoltaïque espagnol crie au désastre



            Partager Partager

Les entreprises espagnoles du PV
Les entreprises espagnoles du PV
ESPAGNE. L’Association de l’Industrie Photovoltaïque Espagnole, l’Asif, rue dans les brancards, excédée par les tergiversations gouvernementales. Depuis la crise de l’automne 2008, seuls 94 MW de puissance photovoltaïque ont été installées en Espagne, et si les prévisions pour 2010 font état d’un timide 100 MW, on est loin des 500 MW installés en France, pourtant considéré comme le mauvais élève du solaire européen, et encore plus des 1500 MW prévus en Italie. Les 7 000 MW allemands étant pour l’Espagne un building pendant que les professionnels espagnols estiment être dans la cave !

 

En cause, le décret royal 1578/2008 qui fixe des quotas trop limités de rachat électrique d’origine solaire. « Le manque de soutien du ministère de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme aboutit à la destruction de l’industrie photovoltaïque en Espagne » soutient l’Asif.
 

Pourtant le jeu des lobbies n’est pas encore terminé, et si l’Asif se met en colère c’est dans la perspective d’arracher plus de MW subventionnables. Les quelques cinquante sociétés espagnoles travaillant dans le photovoltaïque auraient perdu, selon l’Asif, 30 000 emplois depuis fin 2008, sur les 91 000 du secteur. Et désormais c’est la perspective de l’effondrement qui est agitée par les entrepreneurs.
 

Lors de la Conférence de l’Industrie Solaire qui a eu lieu à Madrid dans la semaine du 4 octobre 2010, le président de l’Association d’Affaires Photovoltaïques, Juan Laso, est allé plus loin. Il a commenté une étude de l’Université Rey Juan Carlos, qui prédit la perte de 75 000 emplois directs et induits à brève échéance. Si ces prévisions se révélaient justes, l’industrie photovoltaïque en Espagne serait proprement à terre.


Discrimination administrative

Certes celle-ci exporte beaucoup, mais grâce à un réseau cohérent d’entreprises et de chercheurs du secteur. «Il s'agit», a ajouté Juan Laso, "d’un marché mondial de 60 mds €, dans lequel l'Espagne perdra l’avantage alors qu’elle pouvait prétendre à la pole-position grâce aux 23 mds € investis ces dernières années. "

Le gouvernement, qui par ailleurs soutient d’autres énergies renouvelables comme l’éolien, a quelques bonnes raisons de prendre son temps pour dire quelle sera sa politique à l’égard des aides au photovoltaïque. Le manque de réactivité des centrales PV espagnoles lors des creux et pointes de consommation ne les avantage pas face aux critères d’aides que le gouvernement met en place.
 

Mais une troisième association professionnelle, dite des Producteurs d’Energie Renouvelable (Appa ) fait valoir que les tracasseries administratives mettent les producteurs espagnols en état de discrimination. En effet, selon l’Appa, il faut 160 semaines en Espagne pour obtenir toutes les autorisations, et 140 semaines en France, décidément perçu comme le contre-exemple idéal.
 

Et l’Appa d’envisager un recours auprès des instances juridiques de l’UE, pour discrimination…

 

Lire aussi :
Pour Epia le Plan Solaire Méditerranéen peut-être multiplié par cinq



Vendredi 8 Octobre 2010

Lu 2340 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss