Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



Le nouvel indice de capital humain alerte les pays sur leur croissance future


En dévoilant les indices de capital humain de 157 pays, la Banque mondiale veut sensibiliser sur l'importance de l'éducation et de la santé sur la croissance économique d'un pays. Les riverains de la Méditerranée se trouvent encore loin du compte, y compris certains au Nord, alors que le mieux classé est la Slovénie.


            Partager Partager

L'éducation, pilier de la future croissance économique d'un pays (photo : F.Dubessy)
L'éducation, pilier de la future croissance économique d'un pays (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. Dévoilé, jeudi 11 octobre 2018 à Bali en Indonésie dans le cadre des assemblées annuelles de la Banque mondiale (BM) et du Fonds monétaire international (FMI), le nouvel indice de capital humain (HCI pour Human capital index) inclut l'ensemble des connaissances, des compétences et des conditions de santé que les personnes acquièrent au cours de leur vie. Calculé sur une échelle de 0 à 1 (1 étant la meilleure note possible), il mesure le niveau de capital humain qu'un enfant né aujourd'hui est susceptible d'atteindre d'ici ses dix-huit ans, compte tenu des services de santé et d'éducation dans son pays. Et repose sur trois facteurs : survie (un enfant né aujourd'hui atteindra-t-il l'âge d'aller à l'école ?), scolarité (quelle sera la durée de sa scolarité et quels seront ses acquis ?), santé (cet enfant sortira-t-il du système scolaire en bonne santé, prêt à poursuivre ses études ou à entrer sur le marché du travail à l'âge adulte ?).

Si un pays obtient la note de 0,5, ceci signifie que le futur de la population est amputé de moitié. "Ce qui se chiffre, sur cinquante ans, à de lourdes pertes économiques, avec un réduction annuelle de 1,4% de la croissance du PIB", précise un communiqué. Il souligne également que "le capital humain ne se créé pas tout seul : il doit être cultivé par l'Etat".

"Le seul capital des personnes les plus pauvres"

Cet indice de capital humain montre que "56 % des enfants nés aujourd'hui dans le monde seront privés de plus de la moitié de leurs revenus potentiels à l’âge adulte parce que les États ne font pas les investissements nécessaires pour produire une population éduquée, résiliente et bien portante, prête pour le monde du travail de demain", indique un communiqué de la Banque mondiale.

"Le capital humain est souvent le seul capital des personnes les plus pauvres. C'est un des facteurs essentiels d'une croissance économique durable et inclusive. Pourtant, les investissements dans la santé et l'éducation n'ont pas reçu l'attention qu'ils méritent. Cet indice établit un lien direct entre l’amélioration de la santé et l'éducation des populations, la productivité et la croissance économique. J’espère qu’il encouragera les pays à prendre des mesures urgentes et à investir plus et mieux dans leur population", précise Jim Yong Kim, président du groupe de la Banque mondiale.

Reste, comme le note le rapport de la Banque mondiale, que "le monde est en meilleure santé et plus éduqué que jamais. En 1980, dans les pays à faibles revenus, seuls cinq enfants sur dix en âge d'aller à l’école primaire étaient inscrits à l'école. En 2015, ce nombre est passé de huit sur dix. En 1980, seuls quatre-vingt-quatre enfants sur cent atteignaient leur cinquième anniversaire, à comparer aux quatre-vingt-quatorze sur cent en 2018. Un enfant né dans le monde en développement en 1980 pouvait s'attendre à vivre cinquante-deux ans. En 2018, ce nombre était de soixante-cinq ans."

L'Egypte bon dernier des pays méditerranéens

"La barre devient plus haute pour tous, poursuit cependant Jim Yong Kim. Tous les pays, peu importe leurs niveaux de revenus, doivent développer leur capital humain pour pouvoir soutenir la concurrence dans l'économie du futur", insiste Jim Yong Kim.

Sur les 157 pays notés (voir tableau plus bas), Singapour, la Corée du Sud et le Japon constituent le podium de ce classement 2018 du capital humain. La France ne se situe qu'à la 22e place (deux rangs devant les Etats-Unis) devancée par la Slovénie (13e), le Portugal (16e), l'Italie (19e) et à seulement une place d'Israël (23e). Une énorme disparité touche les autres pays du Nord de la Méditerranée avec la Serbie au 27e rang tandis que la Macédoine du Nord n'atteint que la 88e position. La Turquie est 53e, la Jordanie 79e et le Liban 86e.

Premier pays du Sud de la Méditerranée, l'Algérie (93e) devance la Tunisie (96e), le Maroc (98e) et l'Egypte (104e). Bon dernier des pays méditerranéens étudiés et pris dans leur globalité, l'Egypte bénéficie cependant d'un satisfecit dans le rapport HCI. Ce dernier loue la réduction drastique des subventions à l'énergie de ces dernières années et la réorientation des dépenses dans la protection sociale et les soins de santé.

En revanche, le document déplore l'impact des conflits. Ainsi, quatre millions d'enfants ont du arrêter leur scolarité entre 2011 et 2017 à cause de la guerre civile dans leur pays. "Les guerres empêchent souvent toute une génération de réaliser son potentiel (...) La plupart d'entre eux ne rattraperont jamais ces années d'école perdues", constate la Banque mondiale.

Voir le rapport complet de la Banque mondiale sur le capital humain (HCI)



Jeudi 11 Octobre 2018

Lu 2303 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Décembre 2018 - 12:04 Croissance : l'Europe à la peine


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss