Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le maréchal libyen Khalifa Haftar en passe de réussir sa conquête de l'Ouest


L'escalade militaire est redoutée en Libye alors que les troupes de l'opposant Khalifa Haftar se trouve aux portes de Tripoli. Présent dans la capitale, le secrétaire général de l'Onu tente de désamorcer la tension.


            Partager Partager

Antonio Guterres, secrétaire général de l'Onu, et son envoyé spécial pour la Libye, Ghassan Salame, se trouve actuellement à Tripoli (photo : ONU/Lufti Almughrabi)
Antonio Guterres, secrétaire général de l'Onu, et son envoyé spécial pour la Libye, Ghassan Salame, se trouve actuellement à Tripoli (photo : ONU/Lufti Almughrabi)
LIBYE. Les troupes du maréchal Khalifa Haftar se trouvent, vendredi 5 avril 2019, à une trentaine de kilomètres de Tripoli. "A notre armée stationnée aux abords de Tripoli : Aujourd'hui, nous achevons notre marche, aujourd'hui, nous répondons à l'appel des familles", clamait la veille l'homme fort de l'Est du pays qui a décidé de "libérer" la capitale libyenne. Chef de l'armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée et auréolé de ses victoires contre les milices islamistes, Khalifa Haftar prend petit à petit le contrôle de la Libye.

Si son adversaire Fayez al-Sarraj, qui dirige le gouvernement d'union nationale (GNA) est lui reconnu par la communauté internationale, il n'est jamais arrivé à véritablement exercer son autorité. Peinant même à assurer la légalité dans Tripoli gangrénée par des milices. L'ANL appelle d'ailleurs à "purger l'ouest des terroristes et des mercenaires".

Jeudi 4 avril 2019, les forces du maréchal Khalifa Haftar prenaient la ville de Gharyan (100 km au Sud de Tripoli), début d'une conquête qui les amène donc désormais aux portes de Tripoli avec la prise, sans combat selon le général Abdessalem al-Hassi, commandant des opérations militaires de l'ANL dans la région Ouest, d'un barrage de sécurité à l'entrée ouest de la capitale (pont 27) dont le centre ne se situe plus qu'à vingt-sept kilomètres.

Le maréchal Haftar assure vouloir épargner les civils, les institutions de l'Etat et le ressortissants étrangers. Face à lui se rassemblent désormais des groupes armés de Misrata fidèles au GNA et une coalition de milices de Tripoli pro-GNA, tous prêts à en découdre.

Pression sur les négociations

Antonio Guterres, le secrétaire général de l'Onu, - qui tente d'organiser une énième conférence internationale pour la paix dans ce pays du 14 au 16 avril 2019 - est arrivé (hasard ou pas ?) à Tripoli, mercredi 3 avril 2019 en compagnie de Ghassan Salame, envoyé spécial des Nations unies pour la Libye. Sur son compte Twitter il indique : "Je suis profondément préoccupé par les mouvements militaires en Libye et le risque de confrontation. Il n'y a pas de solution militaire. Seul le dialogue intra-libyens peut résoudre les problèmes libyens." Et de poursuivre, "j'appelle au calme et à la retenue alors que je m'apprête à rencontrer les dirigeants libyens dans le pays." Antonio Guterres a déjà rencontré Fayez al-Sarraj, jeudi 4 avril 2019, et devrait discuter, à l'ouest du pays, avec le maréchal Haftar.

La manoeuvre de l'ANL pourrait bien être une façon de mettre la pression sur les négociations et obtenir un partage du pouvoir.

Cinq pays (France, Italie, Royaume-Uni, Etats-Unis et Emirats arabes unis) ont demandé une "désescalade immédiate" dans un communiqué commun publié jeudi 4 avril 2019 au soir. "A ce moment sensible de la transition en Libye, les postures militaires et les menaces d'action unilatérale ne font que risquer de propulser la Libye dans le chaos", conclut le texte. Pour Giuseppe Conte, président du Conseil italien, "la voie des conflits armés risque d'alimenter une escalade de violence destinée à éloigner, au lieu de rapprocher, un parcours de paix et de stabilité auquel le peuple libyen a pleinement droit."

Le Conseil de sécurité de l'Onu se réunira d'urgence, vendredi 5 avril 2019 à 19h GMT à la demande du Royaume-Uni.

Aujourd'hui, officiellement, la Libye dispose d'un gouvernement à Tripoli mais un autre gouvernement, ainsi qu'un Parlement (les deux jugés illégaux par la communauté international), règnent en maître sur l'Est du pays grâce à l'appui du maréchal Khalifa Haftar et de l'ANL.


Vendredi 5 Avril 2019

Lu 1038 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

Israël, Iran et Russie : que veut vraiment Donald Trump ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.