Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le gouvernement portugais relance la privatisation de TAP



            Partager Partager

Un avion de la TAP se pose à l'aéroport Portela à Lisbonne (photo Marie-Line Darcy)
Un avion de la TAP se pose à l'aéroport Portela à Lisbonne (photo Marie-Line Darcy)
PORTUGAL. Le gouvernement portugais a décidé de relancer le processus de privatisation de la compagnie aérienne nationale TAP. Il s’agira cette fois de privatiser 66 % du capital de l’entreprise nationale, l’État conservant une minorité de 34 % pendant deux ans au moins.

Précédemment, l’État a cherché à céder 100 % de la compagnie. Mais, à l’issue du processus de privatisation, un seul concurrent s’était maintenu sur les rangs pour le rachat de TAP. Il s’agissait de l’homme d'affaires Gérman Efromovich, dont la proposition a ensuite été rejetée en décembre 2012.

Le modèle initialement retenu pour la privatisation de la TAP avait soulevé des tensions au sein de la coalition gouvernementale. Certains prônant le maintien de 49% du capital entre les mains du gouvernement. Avec environ 30% des parts seulement, le gouvernement ne pourra pas agir en cas de capitalisation ouverte aux investisseurs privés, en raison de la réglementation européenne.

Selon la décision du gouvernement portugais, 61% du capital sera cédé à l’issue d’une proposition de vente directe, 5 % du capital étant réservé au personnel de la compagnie. Le secrétaire d'État portugais aux transports Sergio Monteiro a refusé d’évaluer le montant de la vente, préférant insister sur l’objectif selon lui essentiel de rendre viable l’entreprise et de permettre sa recapitalisation.

Il faudra mettre 370 M€ d’investissement au minimum pour renflouer la TAP. Après l’échec de la première tentative de privatisation, le gouvernement privilégie la prudence et veut garantir la transparence du processus. La vente de TAP doit en principe permettre à Lisbonne de tenir ses engagements auprès de l’Union européenne de repasser sous la barre des 3 % de déficit du PIB en 2015.

Actuellement, quatre candidats sont sur les rangs pour la privatisation : l’homme d’affaires portugais Miguel Pais do Amaral, associé à Frank Lorenzo ex propriétaire de Continental Airlines ; les Espagnols de Globalia ; la compagnie brésilienne Azul, et à nouveau Gérman Efromovich.

Jeudi 13 Novembre 2014

Lu 4645 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.