Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le gouvernement libyen exige des explications pour les missiles français trouvés chez Khalifa Haftar



            Partager Partager

Le Javelin est un missile antichars (photo : DR)
Le Javelin est un missile antichars (photo : DR)
LIBYE / FRANCE. La découverte, mardi 9 juillet 2019, de missiles appartenant à la France dans l'une des bases du maréchal Khalifa Haftar créée une lourde tension entre le Gouvernement d'union nationale (GNA) et Paris. Reconnu par l'Onu et la communauté internationale, dont la France, le GNA n'apprécie pas du tout que ce pays ait pu soutenir militairement son principal opposant, en plein siège de la capitale Tripoli. Mohamad Tahar Siala, ministre libyen des Affaires étrangères, demande à son homologue, Jean-Yves Le Drian, "d'expliquer de manière urgente le mécanisme par lequel les armes françaises découvertes à Gharyan sont parvenues aux forces de Haftar, quand ont-elles été livrées et comment ?"

Ces quatre missiles américains Javelin, appartiennent à un lot de 250 vendu à la France en 2010. L'information émane du New York Times qui puise sa source auprès du Pentagone, et a été confirmée, mercredi 10 juillet 2019, par le ministère français des Armées. Ce dernier affirme cependant que ces munitions devaient servir aux troupes françaises déployées en Libye sur des opérations de renseignements et de contre-terrorisme. Et minimise en indiquant qu'elles étaient "endommagées et hors d'usage" et "temporairement stockées dans un dépôt en vue de leur destruction".

Paris donne quelques explications

D'autre part, Paris, qui a soutenu le maréchal Haftar dans son combat contre les islamistes de Daech à l'Est et au Sud du pays, affirme, dans un communiqué paru le 11 juillet 2019, soutenir "depuis longtemps la lutte de toutes les forces régulières engagées contre le terrorisme, en Libye, aussi bien en Tripolitaine qu'en Cyrénaïque, et plus largement au Sahel (...) La France n'a qu'un seul parti, c'est celui de lutter contre le terrorisme". Et indique qu'"il n'a jamais été question ni de vendre, ni de céder, ni de prêter ou de transférer ces munitions à quiconque en Libye".

Vendredi 12 juillet 2018 sur France Info, la ministre des Armées, Florence Parly, a indiqué que "les propos que l'on peut lire ici ou là sur le fait que ces missiles étaient entre les mains libyennes sont des propos tout à fait faux, ce n'était pas le cas."

En dehors des querelles diplomatiques, une vente aux troupes du maréchal Haftar constituerait une violation de l'embargo sur les armes en Libye prôné par l'Onu.

Emmanuel Macron, tente depuis son arrivée au pouvoir de réconcilier le maréchal Haftar et le Premier ministre libyen Fayez Al-Sarraj. Le président français les recevaient encore tous les deux le 22 mai 2019, sans aucune avancée.

Vendredi 12 Juillet 2019

Lu 2263 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.