Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

Le développement urbain comme brique de la démocratie



« Le fait urbain est un enjeu majeur de la transition démocratique en Méditerranée » souligne Henry Marty-Gauquié, directeur des liaisons avec les organisations internationales et représentant du groupe Banque européenne d'investissement (BEI) à Paris.


            Partager Partager

Les pays méditerranéens doivent rattraper le sous-équipement en infrastructures urbaines (photo F.Dubessy)
Les pays méditerranéens doivent rattraper le sous-équipement en infrastructures urbaines (photo F.Dubessy)
Révolutions, évolutions, les pays du sud de la Méditerranée s'engagent vers de nouveaux horizons. Des problématiques longtemps enfouies sous l'autel d'un pouvoir centralisateur commencent à poindre, comme par exemple la nécessité d'une nouvelle gouvernance pour les villes. « Le fait urbain est un enjeu majeur de la transition démocratique en Méditerranée » souligne Henry Marty-Gauquié, directeur des liaisons avec les organisations internationales et représentant du groupe Banque européenne d'investissement (BEI) à Paris.

« Vers 2050, la population urbaine de la rive européenne sera stabilisée à près de 170 millions d'habitants, celle des pays du Maghreb et du Mashrek aura doublé pour atteindre plus de 300 millions de personnes. Les transformations structurelles qui en résulteront (étalement urbain et métropolisation) nécessitent que, dès à présent, les modalités de gouvernance soient adaptées aux nouvelles échelles de fonctionnement de ces grandes agglomérations et que le retard en infrastructure, déjà considérable, soit rapidement comblé » poursuit Henry Marty-Gauquié

Il faudra doter les villes méditerranéennes d'infrastructures capables de répondre aux besoins des populations. « Ces investissements, par nature de long terme et le plus souvent de grandes dimensions, sont traditionnellement portés par le secteur public. Ils intéressent les secteurs les plus divers comme l’énergie, l’accès à l’eau et à l’assainissement, les transports, le logement social, l’éducation, la santé....pour répondre aux défis de la démographie urbaine, du changement climatique, de l’attractivité économique et, en définitive, de l’emploi. »

Promouvoir les PPP

Pour financer ces projets, les pays méditerranéens devront non seulement s'assurer d'un taux de croissance à deux chiffres mais trouver un nouveau modèle de développement plus égalitaire. Les transitions démocratiques montrent le ras-le-bol de la confiscation du pouvoir et des richesses par quelques individus. « En termes de création d’emplois comme d’équité sociale, le développement urbain et l’équilibre des territoires sont au centre de la « nouvelle croissance » à instaurer au sud de la Méditerranée. Le rattrapage du sous-équipement en infrastructures urbaines correspondait à une simple nécessité économique avant les révolutions. Il prend aujourd'hui une dimension d’urgence politique » souligne Henry Marty-Gauquié.

La BEI mène trois types d’actions pour accompagner ce changement: le financement des projets intégrés de développement urbain (programmes hospitaliers et urbains en Syrie, logement social au Maroc), des opérations d'assistance technique à définition de projets (métro de Damas, assistance à la maîtrise d'ouvrage pour la réhabilitation de la médina de Meknès) et la préparation de stratégies opérationnelles dans le cadre du Centre de Marseille pour l’Intégration en Méditerranée (CMI1) que la BEI a créé, en octobre 2009, avec la Banque mondiale et six gouvernements (France, Maroc, Tunisie, Égypte, Jordanie et Liban).

Dans ce cadre, la BEI pilote « l’Initiative Médinas 2030 » (promotion d'une démarche intégrée de rénovation des centres-villes historiques au sud de la Méditerranée) et développe avec l’Agence Française du développement (AFD) deux programmes en faveur des projets urbains durables et des transports innovants. Elle s'efforce aussi de promouvoir les partenariats public-privé (PPP) en proposant une assistance technique. « Une politique bien conçue de recours au PPP peut permettre à la fois d’accélérer la pénétration démocratique dans la gouvernance économique et d’attirer un nombre suffisant d’investisseurs et d’opérateurs privés » relève Henry Marty-Gauquié.

English version


Article réalisé en partenariat avec la BEI

Vendredi 18 Novembre 2011

Lu 1293 fois




Dans la même rubrique :
< >








RÉFLEXION

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss