Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le développement du marché financier algérien à l’ordre du jour


ALGERIE. La Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob) prépare une prochaine introduction boursière des grands groupes privés en Algérie. Pour ce faire, elle devrait installer, au cours de cette année 2010, un Fonds de garantie clientèle.


            Partager Partager

Assurer le financement de l’activité économique face à des banques peu disposées à prendre des risques (photo AB)
Assurer le financement de l’activité économique face à des banques peu disposées à prendre des risques (photo AB)
ALGERIE. Assistera-t-on à la résurrection de la Bourse d’Alger , une institution qui tourne au ralenti depuis plusieurs années ?

Dans son rapport annuel 2009 publié le 5 avril 2010 à Alger, la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse (Cosob ) note que l’économie algérienne a de gros besoins de financements.

Cette demande provient de grands groupes privés activant dans l’industrie, l’agriculture, le BTP et les services.

Mais les PME/PMI sont de plus en plus nombreuses à faire l’objet d’opérations de mise à niveau qui nécessite des moyens financiers conséquents.

Des entreprises du secteur public en pleine réorganisation (Sociétés économiques de développement SED, groupes) ou en phase de partenariat avec des professionnels stratégiques privés et étrangers pourraient avoir recours au marché financier local.

Enfin, le programme de réalisation des grands projets d’infrastructure et de complexes industriels par le gouvernement et les collectivités locales pourrait aussi trouver les moyens nécessaires en bourse.

La Cosob note également l’intérêt croissant des investisseurs étrangers pour la Bourse d’Alger.

Aucune émission d'actions en 2009

Le plan élaboré par la COSOB prévoit l’introduction boursière des grands groupes privés (photo COSOB)
Le plan élaboré par la COSOB prévoit l’introduction boursière des grands groupes privés (photo COSOB)
Afin de régénérer la Bourse d’Alger, le plan élaboré par la Cosob prévoit l’introduction boursière des grands groupes privés.

Il n’existe pour l’instant que 2 titres au niveau du compartiment actions de la Bourse d’Alger.

Et ces titres sont des entreprises du secteur public.

Le premier est l’hôtel El Aurassi situé à Alger et le second le groupe pharmaceutique Saïdal.

Une troisième entreprise publique activant dans l’agro-alimentaire, Eriad, s’était retirée en 2007.

Aucune nouvelle émission d’actions n’a été enregistrée en 2009 alors que le volume des ordres d’achat et de vente d’actions a régressé, au cours de cette même année, à 748 828 contre 1,45 million en 2008.

La Cosob note également un recul du marché obligataire puisqu’elle n’a délivré que 2 visas sur 2 notices d’informations portant sur un montant de 31 mds DZD soit 323,788 M€ en 2009 contre 3 visas portant sur une émission de 44,3 mds DZD soit 452,3 M€ en 2008.

Ce marché reste dominé ces dernières années par les grandes entreprises publiques (Sonatrach, Sonelgaz, Air Algérie, Algérie Télécom …), seuls quelques emprunteurs privés y participant à l’image du groupe Cevital ou de Dahli SPA .

Attirer les grands groupes privés algériens

Pour assurer le financement de l’activité économique face à des banques peu disposées à prendre des risques pour soutenir les projets de création ou de développement des entreprises, la Cosob considère indispensable « le positionnement définitif de la Bourse d’Alger dans l’économie nationale et au cœur de la croissance ».

Parmi les mesures prises, il y a l’installation en 2010 d’un Fonds de garantie clientèle en vue d’indemniser les investisseurs en bourse en cas de défaillance d’un intermédiaire en opération de Bourse (IOB) dans les cas de risques non commerciaux tels que l’incapacité d’un IOB a restituer des titres ou des fonds à ses clients.

Dans le but de favoriser la transparence, la Cosob a fait appel aux services d’un expert indépendant chargé du suivi et de l’analyse continue des sociétés cotées en Bourse.

Cela devrait permettre de disposer d’une information permanente et fiable de leurs performances.

Amal Belkessam, à ALGER
Jeudi 8 Avril 2010

Lu 5886 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)
Grand angle

Covid-19 : L'Europe et l'après-crise économique déclenchée par la pandémie

Henry Marty-Gauquié, membre du groupe d'analyse JFC Conseil




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.