Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le conflit libyen alimente une nouvelle passe d'armes entre Paris et Ankara



            Partager Partager

Emmanuel Macron avait tenté, en 2017 et en 2019 sans succès, de réconcilier les deux rivaux libyens (photo : Présidence de la République française)
Emmanuel Macron avait tenté, en 2017 et en 2019 sans succès, de réconcilier les deux rivaux libyens (photo : Présidence de la République française)
LIBYE. Les présidents français et turc reprennent leurs bisbilles. Mercredi 29 janvier 2020, Emmanuel Macron, alors qu'il recevait le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis, a accusé son homologue Recep Tayyip Erdogan de ne pas respecter ses engagements pris lors de la Conférence internationale de paix sur la Libye, tenue le 19 janvier 2020 à Berlin.

"Nous voyons ces derniers jours des navires turcs accompagner des mercenaires syriens arrivant sur le sol libyen", indique le président français, tout en indiquant que ceci est "en contravention explicite avec ce que le président Erdogan s'était engagé à faire."
Ankara soutient ouvertement le Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj basé à Tripoli, ville assiégée depuis avril 2019 par les troupes de son rival Khalifa Haftar. Emmanuel Macron a même parlé de "non-respect de la parole donnée."

La réplique est venue d'Hami Aksoy, porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères : "le principal responsable des problèmes en Libye depuis le début de la crise en 2011, c'est la France." Il ajoute même, "ce n'est un secret pour personne que ce pays accorde un soutien inconditionnel à Haftar en échange d'un droit de regard sur les ressources naturelles de la Libye." Et le porte-parole de tacler Paris une nouvelle fois, "si la France veut contribuer à l'application des décisions prises lors de la conférence, elle devrait commencer par mettre fin à son soutien à Haftar !"

La France ambigüe, pas la Turquie

Quelques jours avant, la Mission des Nations unies en Libye (Manul) dénonçait dans un communiqué "les violations persistantes et flagrantes de l'embargo sur les armes".

Emmanuel Macron avait tenté de jouer un rôle de réconciliateur entre les deux rivaux libyens en juillet 2017 à La Celle-Saint-Cloud, près de Paris, puis en mai 2019 à l'Elysée. En avril 2019, la France avait réaffirmé son soutien au GNA, gouvernement légitime et reconnu par l'Onu.

Depuis début janvier 2020, la Turquie a déployé des troupes en Libye pour soutenir le GNA. Ce pays a également signé avec Fayez al-Sarraj deux accords controversés, un concernant une coopération militaire et l'autre sur les frontières maritimes.

Jeudi 30 Janvier 2020

Lu 1575 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.