Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le conflit du Sahara occidental entrebâille une porte de sortie pacifique


La réunion de Genève sur la question du Sahara occidental laisse plané l'espoir autour de la résolution de ce conflit vieux de quarante-deux ans. Initiée par l'Onu, elle a permis de confronter les points de vue de chacun des protagonistes et surtout au Maroc et au Front Polisario de renouer avec un dialogue pour la première fois depuis six ans. Le tout sous les yeux des ministres des Affaires étrangères algérien et mauritanien. Horst Köhler, émissaire de l'Onu, croit désormais en "une solution pacifique."


            Partager Partager

Horst Köhler a réussi son challenge : réunir tous les protaganistes de la question du Sahara occidental (photo : Onu/Jean-Marc Ferré)
Horst Köhler a réussi son challenge : réunir tous les protaganistes de la question du Sahara occidental (photo : Onu/Jean-Marc Ferré)
SAHARA OCCIDENTAL. Horst Köhler a réussi son pari : Relancer les discussions autour du Sahara occidental au point mort depuis six ans. Pendant deux jours (5 et 6 décembre 2018), l'ensemble des protagonistes a pu assister aux tables rondes organisées par l'Onu au Palais des Nations de Genève. "Une solution pacifique à ce conflit est possible", soulignait l'émissaire de l'Onu pour le Sahara occidental à l'issue de cette rencontre.
 
Puissance invitante, il a pu saluer les ministres des Affaires étrangères Abdelkader Messahel (Algérie), Ismaïl Ould Cheikh Ahmed (Mauritanie) et Nasser Bourita (Maroc), tout comme Khatri Addouh, membre du Secrétariat national du Front Polisario et Président du Parlement sahraoui.

Après des rencontres bilatérales avec les chefs des délégations, Horst Köhler les a tous convié, mercredi 5 décembre 2018, à discuter sur "les opportunités et challenges de l'intégration régionale". L'objectif de cette réunion visait bien à renouer avec le dialogue rompu. Un précédent cycle de négociation en mars 2007 avait achoppé sur le statut du territoire et la composition du corps électoral pour le référendum d'autodétermination.

Jeudi 6 décembre 2018, figurait à l'ordre du jour une session de travail sur les "prochains pas du processus politique au Sahara occidental".

 
Le Sahara occidental attend un statut depuis 42 ans

Ancienne colonie espagnole (1884 à 1975) bordée par le Maroc, l'Algérie et la Mauritanie, le Sahara occidental est disputé depuis 1976 entre le Royaume du Maroc et le Front Polisario avec sa République arabe sahraouie démocratique (RASD) autoproclamée.

Les quelque 266 000 km² qui le compose sont inscrits sur la liste des territoires non autonomes des Nations unies depuis 1963, après une demande du Maroc (fraichement indépendant) alors que le Sahara occidental se trouvait encore sous domination espagnole.

Sans statut définitif, le territoire se trouve de fait contrôlé à 80% par le Maroc, qui le considère comme une de ses provinces, et à 20% par le Front Polisario qui réclame son indépendance.

Un cessez-le-feu intervenu en 1991, après une guerre d'embuscades, trace une pseudo-frontière (un mur de sable en fait) surveillée par la Minurso, les casques bleus onusiens, en charge également d'organiser un référendum sur le statut final du Sahara occidental. Lequel n'a jamais pu avoir lieu.

En 2007, un plan dit de "large autonomie" avait été présenté par le Maroc mais rejeté par le Front Polisario. En 2015, Mohammed VI a lancé une stratégie de "Nouveau modèle de développement des provinces du Sud" avec un budget de 7,4 mrds€ sur dix ans.

Le Sahara occidental compte 603 253 habitants (chiffre 2017) dont près de 500 000 dans les villes contrôlées par le Maroc et notamment à Laâyoune (218 000 habitants).

Une atmosphère d'engagement sérieux et de respect mutuel

Horst Köhler a demandé aux quatre délégations de ne faire aucune déclaration à la presse et de ne pas organiser des fuites sur les discussions. il a donc fallu attendre la conférence de presse finale, jeudi 6 décembre 2018 dans l'après-midi pour constater que tout s'était bien passé et que les bases d'une solution se profilaient. "D'après nos discussions, il est clair pour moi que personne ne gagne à maintenir le statu quo", commentait l'émissaire de l'Onu. "Il est dans l'intérêt de tous de résoudre ce conflit afin de créer une environnement propice à une forte croissance, à des créations d'emplois et à une meilleure sécurité", poursuivait-il.

Dans le communiqué final paraphé par les quatre représentants des participants, est stipulé que la collaboration et l'intégration régionale, "pas la confrontation", "est le meilleur moyen de répondre aux nombreux défis" de la région.

Le "premier pas vers un processus renouvelé de négociations en vue de parvenir à une solution juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental", comme qualifiait cette rencontre l'Onu pour justifier sa tenue, a donc bien été entrepris à Genève. "Dans une atmosphère d'engagement sérieux et de respect mutuel", précisait même Horst Köhler. Même si la marche promet d'être longue.

Une nouvelle réunion, adoptant le même format, devrait se tenir dans le courant du premier trimestre 2019, pour poursuivre les avancées.

Le Polisario réclame l'organisation d'un référendum d'autodétermination et le Maroc propose une autonomie sous sa souveraineté.


Jeudi 6 Décembre 2018

Lu 2203 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Avril 2019 - 11:02 L’Égypte s'enfonce dans la dictature

Mardi 23 Avril 2019 - 17:21 Le Maroc change d'heure le temps du ramadan


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE