Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le collectif algérien Nabni suggère de substituer un revenu universel aux subventions


Le collectif d'experts algériens "Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées" (Nabni) propose au gouvernement d'adopter un revenu universel pour compenser les baisses de subventions et la perte de pouvoir d'achat. Cette solution viendrait remplacer le programme de transferts monétaires ciblés prévu par Alger. Le dernier rapport de Nabni prévoit également une solution intermédiaire passant par un ciblage progressif des ménages. Objectif : Repenser le système de redistribution du pays.


            Partager Partager

Le collectif algérien Nabni veut compenser plus rapidement la baisse des subventions chez les plus démunis (photo : F.Dubessy)
Le collectif algérien Nabni veut compenser plus rapidement la baisse des subventions chez les plus démunis (photo : F.Dubessy)
ALGÉRIE. Dans son dernier rapport sur la réforme des subventions et compensations de pertes de pouvoir d'achat, le think tank algérien Nabni suggère la création d'un revenu universel. Battant en brèche toute politique de subventions, le texte de cinquante sept pages rendu public dimanche 25 mars 2018 énonce que "le revenu universel est le plus simple à mettre en oeuvre". Une fois déterminée une somme serait reversée à quasiment tous les Algériens qui la demande, à travers un compte bancaire. Il n'y aurait pas de contrôle car "justement l'administration n'a pas les capacités de contrôler. Et c'est ça le vrai frein", indique le document.

Le collectif d'experts "Notre Algérie bâtie sur de nouvelles idées" (Nabni) est né en avril 2011 d'une "approche citoyenne, indépendante et participative pour formuler des propositions constructives et concrètes pour réponde aux défis auxquels l'Algérie fait face", comme il se définit lui même.

Nabni entend soumettre un projet pour se substituer à la décision prise par Alger et qui consiste à lancer dans une Wilaya pilote un programme de transferts monétaires ciblés pour compenser les pertes de pouvoir d'achat issues des baisses de subvention. "Le gouvernement fait fausse route (...) cette option risque d'exclure une grande partie des ménages vulnérables qui auront le plus besoin de transferts compensatoires et risque de retarder davantage cette réforme sous prétexte que nous ne serions pas prêts... Ce sont des modèles qui nécessitent une capacité en termes de système d'information, en termes de statistiques, que nous n'avons pas", critique le collectif d'experts algériens.

Un revenu universel de 2 000 dinars par personne

Coût et couverture des propositions de Nabni en comparaison avec d'autres pays (graphique: Nabni)
Coût et couverture des propositions de Nabni en comparaison avec d'autres pays (graphique: Nabni)
Selon Nabni, le gouvernement algérien dépense 13 mrds$ (10 mrds€ - 1,48 milliard de dinars algériens) chaque année en subventions directes. Avec le revenu universel, même en tenant compte des fraudes possibles, le think tank évalue à 6 mrds$ les économies possibles, soit donc la moitié du budget de subventions.

Ce revenu universel serait accessible à quasiment tous les citoyens sur une base uniquement déclarative. Il s'agirait donc d'un transfert individuel et pas par ménage. "Il n'exclurait que les plus riches et compenserait rapidement (NDLR : en trois ans), plus de 90% de la population (ou plus de 40 millions de citoyens)".

Le coût de ce projet est évalué à terme, à 5,5% du PIB (pic de 6,1% du PIB atteint en 2024) pour un transfert mensuel moyen d'environ 2 000 dinars algériens (14 €) par personne soit 1 200 dinars (8,4€) pour les enfants de moins de quinze ans et 2 400 dinars (16,8 €) pour les plus de quinze ans.

Options généralisables en 2019

Evolutiion du nombre de bénéficiaires (en millions) du revenu universel et coût en pourcentage du PIB (graphique : Nabil)
Evolutiion du nombre de bénéficiaires (en millions) du revenu universel et coût en pourcentage du PIB (graphique : Nabil)
Le think tank propose une alternative, moins coûteuse mais excluant plus de personnes, passant par un ciblage progressif de tous les ménages déclarant un revenu inférieur à un certain plafond. Elle cible les 40% des ménages les moins aisés sur une base, là encore, uniquement déclarative. A terme - une fois supprimés les fraudeurs sur une période cinq à dix ans grâce à un ciblage plus fiable - la moitié de la population algérienne, plus précisément 48% soit 4 millions de ménages, pourrait bénéficier de ce revenu universel avec un transfert mensuel moyen de 9 000 dinars (63 €) par ménage d'au plus quatre personnes, 12 000 dinars (84 €) par ménage de cinq à huit personnes, et 15 000 dinars (105,50 €) pour les ménages de plus de neuf personnes. Le coût pour le budget de l'Etat s'élèverait à environ 2,4% du PIB. Contre 13% pour les subventions (dont 7,7% pour l'énergie).

"Les deux options proposées ... élimineraient les distorsions et gaspillages du système de subvention universelle des prix (surconsommation, fraudes...). Elles généreraient des économies considérables au budget de l'Etat", indique le document. Elles pourraient atteindre plus de 8% du PIB pour le ciblage progressif et 5% pour le revenu universel. Nabni précise que ces deux propositions pourraient être généralisées dès 2019.

"La réforme des subventions sera mieux acceptée et vue comme plus juste par les citoyens, si les plus riches sont par ailleurs mieux taxés, et que la fiscalité des entreprises devient plus équitable, plus inclusive et moins discrétionnaire", conclut le rapport.

Montants possibles du revenu universel selon l'âge du bénéficiaire en dinars algériens de 2017 (graphique : Nabil)
Montants possibles du revenu universel selon l'âge du bénéficiaire en dinars algériens de 2017 (graphique : Nabil)
Nabni veut faire de ces propositions le socle d'un débat national pour penser le "Chantier de la décennie 2020", "un projet d'envergure nationale, qui va demander une mobilisation exceptionnelle de l'administration ainsi qu'un appui politique au plus haut niveau... Il s'agit de construire la colonne vertébrale du nouveau système de redistribution", prévient le collectif.

Lire le rapport sur la réforme des subventions et compensations de pertes de pouvoir d'achat


Lundi 26 Mars 2018

Lu 1954 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


MED’INNOVANT AFRICA pour imaginer la ville méditerranéenne de demain


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.