Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Le ciel français vire au rouge écarlate avec les pertes abyssales d'Air France, d'ADP et d'Airbus




Les avions d'Air France-KLM cloués au sol ont pesé sur les résultats 2020 (photo : F.Dubessy)
Les avions d'Air France-KLM cloués au sol ont pesé sur les résultats 2020 (photo : F.Dubessy)
FRANCE. La Covid-19 est venue plombée chaque pan de l'industrie française du transport aérien comme le prouvent les publications successives de résultats de ces dernières vingt-quatre heures. Déjà aux abois, le groupe Air France-KLM annonce, jeudi 18 février 2021, un perte de 7,078 mrds€ sur son exercice 2020 pour un chiffre d'affaires de 11,088 mrds€ en chute libre de 59,2%. La dette nette est passée en un an de 6,147 mrds€ à 11,049 mrds€. A 1 mrd€ près, ceci représente l'enveloppe obtenue en 2020 auprès des gouvernements français et néerlandais par le groupe en prêts et en garanties, soit 10,44 mrds€.

Principales raisons de ce gouffre, certes d'abord la pandémie qui a cloué les avions au sol, mais aussi une dépréciation de sa flotte de 672 M€ résultante de la fin de l'exploitation des gros porteurs Airbus (A380 et A340) et Boeing (747), ainsi que des achats anticipés de kérosène (alors que les cours du pétrole se sont effondrés) qui ajoutent 595 M€ à la note déjà salée.

Selon un communiqué, le groupe franco-néerlandais a perdu 67,3% des passagers de 2019 (et même 75,9% sur le quatrième trimestre 2020 par rapport au quatrième trimestre 2019). "2020 a mis le groupe Air France-KLM à l'épreuve avec la crise la plus grave jamais connu par le transport aérien", commente Benjamin Smith, son directeur général.

822 M€ de provisions pour financer la restructuration d'Air France-KLM

2021 ne laisse pas encore entrevoir de lueur d'espoir dans un agenda de reprise du tourisme sans aucune visibilité. Au contraire. Le groupe envisage la suppression de 6 000 postes supplémentaires en équivalent temps plein "dans les années qui viennent", précise la compagnie. Elle avait déjà réduit ses effectifs de 10% (8 600 postes dont 5000 chez KLM et 3600 chez Air France) en 2020. "Des plans en cours permettront encore d'accompagner environ 900 départs chez KLM et environ 4 900 chez Air France", précise Frédéric Gagey, directeur financier du groupe.

Sur les 7,1 mrds€ de pertes, 822 M€ concernent des provisions pour financer la restructuration. Au 31 décembre 2020, le groupe comptait 9,8 mrds€ de liquidités et de lignes de crédit. "Dans les mois à venir, nous continuerons à renforcer les fondamentaux du groupe, en améliorant sa performance économique et environnementale, afin qu’Air France-KLM soit en capacité de saisir pleinement les opportunités de la reprise. Nous commençons l’année 2021 en espérant que cette année verra une reprise du trafic dès que la vaccination sera déployée à grande échelle et que les frontières seront à nouveau ouvertes. Nos clients attendent avec impatience de pouvoir à nouveau voyager et leur attachement à Air France, KLM et Transavia s’est renforcé pendant cette crise", indique Benjamin Smith.

ADP et sa vingtaine d'aéroports en net recul

En écho aux difficultés des compagnies aériennes, les aéroports ont subi de plein fouet les restrictions de voyages. Mercredi 17 février 2021, le groupe français ADP, gestionnaire de vingt-quatre aéroports, publiait des comptes présentant un chiffre d'affaires 2020 de 2,137 mrds€ (-54,5% par rapport à 2019) et un résultat net part du groupe de 1,169 mrd€. La dette financière nette s'établit à 7,484 mrds€, soit une hausse de 40,5% par rapport à 2019.

La vingtaine de ses équipements aéroportuaires dans le monde ont accueilli 96,3 millions de passagers en 2020, soit une perte de 60,4% par rapport à 2019. Les seuls aéroports parisiens (Charles-de Gaulle et Orly) représentent 33,05 millions de passagers (-69,4%), ceux de TAV Airports (hors Istanbul Atatürk dont les trafics ont été transférés en avril 2019 vers le nouvel aéroport de la capitale économique turque non géré par ADP) 26,98 millions (-69,7%). Le Turc TAV Airports appartient majoritairement au groupe ADP depuis mai 2012. Il gère les aéroports turcs (Antalya, Ankara, Izmir, Bodrum, Gazipaşa Alanya), ceux de Macédoine du Nord, de Tunisie, de Géorgie, de Zagreb et de Médine. Il faut ajouter les plate-formes d'Ammam (2,04 millions/-77,0%), de Santiago du Chili et celles de GMR Airports (40,77 millions/ -60,6%) avec New Delhi, Hyderabad et Cebu. ADP a finalisé en juillet 2020 l'acquisition de 49% du ce groupe indien qui possède sept aéroports en Inde, aux Philippines et en Grèce.

En 2021, le groupe estime que le trafic passagers n'atteindra qu'entre 35 et 45% du niveau de 2019. Selon un communiqué, il faudra attendre entre 2024 et 2027 pour retrouver les résultats d'avant la pandémie sur les plate-formes parisiennes.

Détenu majoritairement par l'Etat français, ADP a déjà annoncé la fermeture temporaires de plusieurs terminaux et travaille sur un plan de départs volontaires pour alléger ses effectifs de 11%.

Chute des prises de commandes chez Airbus

Chez les constructeurs aussi le ciel demeure très nuageux alors que l'orage n'a pas fini de passer. Le chiffre d'affaires d'Airbus (131 349 salariés) accuse ainsi un recul de 29% en 2020. Il atteint les 49,9 mrds€ et une perte nette de 1,13 mrd€ dont 1,1 mrd€ directement liée au Covid-19. A noter qu'en 2019, le groupe toulousain affichait déjà une perte similaire (1,36 mrds€) mais imputée à plusieurs amendes d'un montant total de 3,6 mrds€ pour corruption et au surcoût de l'avion militaire A400M (1,2 mrd€).

Alors que sa division Avions enregistre une chute de 34% de ses livraisons en 2020 (566 appareils), Airbus ne prévoit aucune hausse de livraisons d'avions en 2021. Les prises de commandes sont passées de 81,2 mrds€ en 2019 à 33,3 mrds€ en 2020.

Le constructeur a signé en octobre 2020, deux accords avec les syndicats dans le cadre de son plan de sauvegarde de l'emploi adopté en juillet 2020 qui prévoit désormais 15 000 suppressions de postes dont 4 200 en France, principalement à Toulouse (3 400).

Jeudi 18 Février 2021

Lu 1589 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.