Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le bras de fer se poursuit entre la Turquie et les pays européens en Méditerranée orientale


Rédigé par , le Lundi 31 Août 2020 - Lu 896 fois


L'enjeu est de taille : le partage des ressources gazière en Méditerranée orientale (carte : International crisis group)
L'enjeu est de taille : le partage des ressources gazière en Méditerranée orientale (carte : International crisis group)
TURQUIE / UE. "Cupides et incompétents." Ce sont les termes choisis, dimanche 30 août 2020, par Recep Tayyip Erdogan pour qualifier les dirigeants français et grecs. Cette nouvelle sortie du président turc à l'occasion de la fête nationale (victoire à Dumlupinar  par Mustafa Kemal Atatürk sur l'armée grecque mettant fin à la guerre d'indépendance turque en 1922) vient alimenter le glossaire désormais épais des petites phrases distillées depuis trois semaines. L'origine de cette escalade verbale date du déploiement, depuis le 10 août 2020,  d'un navire de recherche sismique turc - accompagné par des bâtiments militaires - dans des eaux revendiquées par la Grèce, et ce malgré les avertissements avec menaces de sanctions au plus haut niveau de l'Union européenne.

Depuis, Athènes a aussi déployé ses navires autour de l'île grecque de Kastellorizo se situant à seulement deux kilomètres des côtes turques. La France l'appuie ainsi que l'Italie et l'Egypte qui viennent de signer deux accords sur la délimitation de leurs frontières maritimes communes. Et Ankara a annoncé des exercices de tir du 29 août au 11 septembre 2020 de sa marine au nord de l'île de Chypre.

Nouvelles menaces turques

"Lorsqu'il s'agit de combattre, nous n'hésitons pas à donner des martyrs (...) La question est la suivante : ceux qui s'érigent contre nous en Méditerranée sont-ils prêts aux mêmes sacrifices ? A nos ennemis, nous disons chiche !" lance Recep Tayyip Erdogan.
En écho, Hami Aksoy, porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, indiquait, dimanche 30 août 2020 dans un communiqué, "ces provocations ne serviront en rien les intérêts de la Grèce. Si la Grèce continue de faire monter les tensions, c'est elle qui sera perdante."

A la phrase d'Emmanuel Macron sur l'établissement de "lignes rouges avec la Turquie", il répond, "ceux qui croient établir des lignes rouges en Méditerranée orientale face à la quête légitime de la Turquie seront confrontés à la position résolue de notre pays (...) S'il existe une ligne rouge dans la région, c'est seulement celle des droits de la Turquie et des Chypriotes turcs, en vertu du droit international."

Dans cette bataille dont l'enjeu est le partage des ressources gazières en Méditerranée orientale, le fossé ne cesse de se creuser entre la Turquie et les pays membres de l'Union européenne. Dimanche 30 août 2020, Florence Parly dénonçait, dans l'émission Le Grande Rendez-vous (Europe 1, CNews, Les Echos) "un comportement de la Turquie qualifié d'escalatoire." Selon la ministre française des Armées, "la Turquie conteste l'existence de zones économiques exclusives, met en cause la souveraineté de deux Etats membres de l'Union européenne, la Grèce et Chypre, et met potentiellement en danger un droit fondamental qui est la liberté de navigation." Et de poursuivre, "il y a un droit de navigation dans les eaux de la Méditerranée. Il n'y a pas de droit d'accaparement de ressources énergétiques et gazières, surtout lorsque celles-ci ont été reconnues conformément aux traités internationaux."




   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info