Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le WWF veut réconcilier croissance économique et gestion des ressources en Méditerranée


Le rapport MedTrends publié par l'ONG WWF pointe dix secteurs clefs de l'économie bleue en Méditerranée, les analyse, les cartographie et envisage leurs évolutions futures. Avec cet outil, WWF plaide pour l'élaboration d'urgence d'une "planification intégrée de l'économie maritime sur le long terme" dans le bassin méditerranéen.



Le développement de l'extraction en mer d'hydrocarbures et le transport maritime font peser de lourdes menaces à la mer Méditerranée (photo F.Dubessy)
Le développement de l'extraction en mer d'hydrocarbures et le transport maritime font peser de lourdes menaces à la mer Méditerranée (photo F.Dubessy)
MEDITERRANEE. "Tous les secteurs traditionnels de l’économie maritime tels que le transport, le tourisme, l’aquaculture ou bien d’autres, se développent de manière exponentielle et devraient poursuivre leur croissance au cours des vingt prochaines années, à l’exception de la pêche professionnelle. Cette évolution crée une compétition grandissante entre secteurs pour une superficie et des ressources marines limitées. Il en résulte de nouveaux impacts sur des écosystèmes déjà sous pression."

Fort de ce constat du rapport MedTrends, l'ONG WWF plaide pour l'élaboration d'urgence d'une "planification intégrée de l'économie maritime sur le long terme" dans le bassin Méditerranéen. Baptisé "Croissance bleue : la Méditerranée face au défi du bon état écologique", la synthèse européenne de ce texte est le fruit du travail de l'Initiative marine de Méditerranée du WWF et couvre huit pays méditerranéens : Croatie, Chypre, France, Italie, Grèce, Malte, Slovénie et Espagne. "Ce rapport est le seul à ce jour à donner une vision globale et intégrée de l'évolution des activités économiques maritimes" précisent les auteurs.

L'étude repose sur l'analyse de dix secteurs clefs de l'économie bleue (voir graphique plus bas) et cartographie leur activité actuelle et future, leurs interactions et leur impact environnemental. "Des conflits verront probablement le jour entre le développement des projets d'exploration et d'extraction d'hydrocarbures et le développement touristique, comme c'est le cas actuellement en Croatie ou aux Baléares par exemple" note le rapport.

Il en va de même pour le transport maritime qui connaîtra une progression de 4% sur la prochaine décennie alors que les quatre-vingt dix huit terminaux à conteneurs de la région (sur quarante-deux ports) verront leur capacité annuelle passer de 70 millions d'EVP (conteneurs équivalent vingt pieds) à 114 millions en 2030. L'impact va se ressentir sur les grandes routes maritimes méditerranéenne que sont l'axe Suez-Gibraltar, la mer Égée et la mer Adriatique.

Avec l'essor du tourisme, le transport de passagers va lui afficher un taux annuel de croissance évalué à 10%.

Créer une économie méditerranéenne durable

"La Méditerranée est sur le chemin du burn-out.... Nous ne pourrons éviter l'implosion, soutenir nos économies nationales et promouvoir une économie bleue qu'à travers une gestion intégrée de l'espace marin" souligne Pascal Canfin. Directeur général du WWF France, il pointe notamment sur le développement très rapide du nombre de contrats hydrocarbures offshore : "40% de la Méditerranée sont potentiellement ouverts à l’exploration d’hydrocarbures. C’est énorme, surtout lorsque l’on connaît les risques sismiques de la région.

Selon le rapport du WWF, la production pétrolière en mer pourrait progresser de 60% d'ici à 2020 dans la région méditerranéenne et la production gazière en mer sera multipliée par cinq d'ici à 2030. 




"Pour créer une économie méditerranéenne durable, les industries, les gouvernements, la société civile et toutes les parties prenantes doivent construire ensemble une vision réconciliant croissance économique et gestion des ressources" commente Giuseppe Di Carlo, directeur de l'Initiative marine Méditerranée. Ce rapport se veut une véritable aide à la décision et même à la prise de décision. « Avant MedTrends, et malgré une volonté de soutenir une croissance bleue en Méditerranée, il n’y avait que très peu d’informations sur les futures évolutions des secteurs maritimes et leurs impacts positifs ou négatifs sur les écosystèmes marins. Nous espérons que les analyses, solutions et actions que nous proposons permettront de rattraper le retard et contribueront à une gestion plus transversale et plus efficace de l’espace marin et des ressources en Méditerranée » relève Catherine Piante, Responsable du programme Medtrends au WWF France.

L'aquaculture marine va dans le bon sens

Le transport maritime en Méditerranée ne cesse de croître (photo F.Dubessy)
Le transport maritime en Méditerranée ne cesse de croître (photo F.Dubessy)
Reste que le tableau n'est pas entièrement sombre. Les zones d'espoir se situent, pour ne citer que deux exemples, dans l'aquaculture marine et les énergies renouvelables marines.

La croissance annuelle de 8% depuis quarante ans de l'aquaculture marine apporte une réponse au déclin des stocks sauvages et à la demande sans cesse en progression de produits de la mer pour la consommation humaine (67 espèces de poissons, mollusques et crustacés sont élevés en Méditerranée et en mer Noire). Concentrée à 95% dans six pays (Égypte, Grèce, Italie, Espagne, France et Turquie), ce secteur pourrait plus que doubler de taille d'ici à 2030 en terme de production, comme de valeur. Il emploie aujourd'hui plus de 120 000 personnes dans les pays méditerranéens et plus de 750 000 avec les emplois indirects. La valeur de la production aquacole méditerranéenne en eaux marines et saumâtres représente 2,5 mrds€ de chiffre d'affaires.

Si aucune énergie renouvelable marine n'a été produite en 2014, le rapport prévoit que les fermes éoliennes en mer pourraient représenter 12 gigawatts en 2030 dans les pays méditerranéens membres de l'Union européenne. Ces États se sont engagés à produire 27% de leur demande totale d'électricité à partir de sources renouvelables d'ici à 2030 et l'éolien en mer constitue l'une des solutions. Même si, en Méditerranée, cette technique se heurte à deux obstacles, par rapport à l'Europe du Nord : la faiblesse moyenne des vents et les grandes profondeurs. L'évolution vers des fermes flottantes semblent notamment une solution.

En conclusion de son rapport, WWF affirme "soutenir l'économie bleue durable à la condition qu'elle concoure à une prospérité et une résilience véritables, aujourd'hui comme à l'avenir."

Lire la synthèse européenne du rapport "Croissance bleue : la Méditerranée face au défi du bon état écologique"

Lire aussi : La richesse des océans estimée à 24 000 mrds $ par WWF




Mercredi 20 Janvier 2016



Lu 2129 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF