Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






"Le Sommet des deux rives peut apporter l’impulsion tant attendue d’une relance des rapports entre Nord et Sud autour de la Méditerranée"


Président fondateur de l'association Euromed/IHEDN, Jean-François Coustillière rappelle le cheminement historique des relations euroméditerranéennes mais aussi l'échec de cette vision. A quelques heures du Sommet des deux rives qui se tient à Marseille le lundi 24 juin 2019, il évoque les avantages du Dialogue 5+5 qui organise cet évènement.


            Partager Partager

Jean-François Coustillière plébiscite le Dialogue 5+5 (photo : F.Dubessy)
Jean-François Coustillière plébiscite le Dialogue 5+5 (photo : F.Dubessy)
econostrum.info : Qu'attendez-vous du Sommet des deux rives à Marseille ?

Jean-François Coustillière : Les relations euro-méditerranéennes ont connu, dans un passé récent, des étapes plus ou moins ambitieuses et productives. 1995, au lendemain des accords d’Oslo, un vaste partenariat entre l’Union européenne et les pays méditerranéens est initié : le Processus de Barcelone (PB). Malheureusement les résultats ne furent pas à la hauteur des attentes et l’UE proposa alors à ses partenaires, en 2003, une politique européenne de voisinage (PEV) qui se révéla rapidement peu adaptée aux souhaits des partenaires du Sud et de l’Est méditerranéen. En 2017, l’initiative française qui a donné naissance à l’Union pour la Méditerranée (UpM) a été généralement appréciée comme morte-née.

Depuis, la question des relations euro-méditerranéennes a pratiquement disparue des préoccupations affichées par les dirigeants européens tandis que les partenaires du Sud, il est vrai largement absorbés par des crises souvent violentes dans lesquelles l’UE ne pouvait leur être d’une grande aide, se consacraient à d’autres priorités.

Et pourtant le devenir des relations euroméditerranéennes conditionne lourdement l’avenir sécuritaire, économique, social et humain non seulement de l’Europe mais bien sûr tout autant des pays sud et est méditerranéen. Le Sommet des deux rives peut ainsi apporter l’impulsion tant attendue d’une relance des rapports entre Nord et Sud autour de la Méditerranée.

Le 5+5 une démarche raisonnable

La formule du Dialogue 5+5 est critiquée par certains, car elle n'embrasse pas tout le bassin méditerranéen, exclu de l'organisation l'UpM, qui est tout de même invitée, et oublie de grands pays méditerranéen comme l'Egypte. Qu'en pensez-vous ?

J-F.C. : Privilégier une démarche s’appuyant sur les pays du 5+5 me semble relever du bon sens. Les partenaires méditerranéens, forts de l’expérience accumulée depuis 1995, ont fait le constat que les différends, affectant depuis des décennies la Méditerranée orientale, rendent impossible la plupart des actions de coopération : PB, PEV, UpM… En revanche, le 5+5, éloigné des zones des plus grandes crises, mais aussi plus concret et moins ambitieux, où les partenaires échappent à la pression de l’un d’entre eux clairement dominant, a permis des avancées appréciables dont les dix membres se félicitent. Adopter la formule 5+5 me paraît dans ces conditions une démarche raisonnable susceptible d’obtenir des résultats utiles. Les dix membres concernés se connaissent, ont déjà su obtenir des progrès et surtout ne subordonnent pas leurs engagements à la résolution de différends qui, manifestement, ne pourra pas être obtenue dans un délai proche. Il convient de souligner que si l’initiative du Sommet des deux rives pouvait déboucher sur un succès, ce serait certainement une expérience très profitable pour un élargissement ultérieur …

G10 pour la Méditerranée : une bonne idée... difficile à réaliser

"La participation de la société civile est indispensable" (photo : F.Dubessy)
"La participation de la société civile est indispensable" (photo : F.Dubessy)
Etes-vous d'accord avec l'idée de Pierre Duquesne (ambassadeur français délégué interministériel à la Méditerranée), dévoilée dans nos colonnes, de la création, à l'issue de ce sommet, d'un G10 de la Méditerranée ?

J-F. C. : Un G10 de la Méditerranée, qui s’inspirant du G7, réunirait les chefs d'État ou de gouvernement des pays riverains de la Méditerranée, ainsi que les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen est certainement un projet riche et enthousiasmant. Il permettrait de créer un espace où serait débattu de façon équitable les questions méditerranéennes. Des résolutions pourraient être émises pour répondre aux problèmes rencontrés. L’absence actuelle de cette tribune contribue sans doute à la médiocrité des relations tout autour de la Méditerranée et à la cristallisation des tensions et des conflits.

Au demeurant, je crains que la création d’une telle instance rencontre des difficultés importantes : quelle place donner à Israël ? Mais également aux pays qui régulièrement s’ingèrent dans les affaires méditerranéennes : Etats-Unis, Russie, Arabie saoudite, Qatar, Chine et d’autres encore sans doute … Si l’idée est bonne, nous pouvons redouter que sa mise en œuvre n’aille pas de soi.

"Les pays riverains de la Méditerranée n'ont pas atteint la même maturité politique"

Que représente pour vous l'inclusion de la société civile voulue dans ce Sommet ?

J-F. C. : Déjà, le 6 octobre 2012, lors du sommet du 5+5 à Malte, il avait été acté qu’il convenait d’ « ouvrir la prochaine réunion des Ministres des Affaires Etrangères, qui aura lieu en Mauritanie en mars 2013, aux représentants de la société civile des états membres du 5+5 ». Cette nécessité d’ouvrir le 5+5 à la société civile représente donc une conviction ancienne.

Je crois qu’elle est en effet indispensable pour répondre au besoin des populations de s’investir dans la gestion des affaires qui les concernent et de ne pas la laisser à leurs seuls dirigeants institutionnels. Pour autant, les modalités restent à définir. Les pays riverains de la Méditerranée n’ont pas atteint la même maturité politique, les représentations ne sont pas toutes régies selon des dispositions démocratiques, l’encadrement juridique ne permet pas toujours une expression aussi libre… A contrario, la multiplication et l’éclatement des structures de la société civile complexifient la consultation de celle-ci.

Cependant le Sommet des deux rives a prévu des modalités originales de consultations en programmant dans les divers pays des rencontres internationales par thématique avant de rassembler les conclusions pour soumettre des propositions concrètes lors du Sommet. Ce processus me semble être en mesure de réduire les préventions précédemment avancées. Souhaitons que cela réussisse.

Propos recueillis par Frédéric Dubessy

Vendredi 21 Juin 2019

Lu 694 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.