Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le Premier ministre libanais Saad Hariri attendu samedi 18 novembre à Paris



            Partager Partager

Saad Hariri va pouvoir quitter l'Arabie Saoudite. Photo DR.
Saad Hariri va pouvoir quitter l'Arabie Saoudite. Photo DR.
LIBAN/FRANCE. Réfugié ? Convoqué ? Enlevé ? Personne ne peut encore qualifier l'arrivée du Premier ministre libanais Saad Hariri en Arabie Saoudite. Une seule chose semble sûre, il atterrira en France samedi 18 novembre, pour être reçu par le Président français, Emmanuel Macron. Cette « exfiltration » concernera-t-elle également sa famille ? C'est probable mais pas certain.

Il semble que Saad Hariri ait gagné l'Arabie Saoudite en toute liberté, mais sur demande express du prince héritier saoudien Mohamad Ben Salman. Selon plusieurs médias occidentaux, son avion aurait été encerclé par la police saoudienne à son arrivée, son téléphone confisqué. Il a ensuite annoncé sa démission le 4 novembre depuis Ryad, au cours d'une allocution télévisée où il apparaissait fatigué, apeuré disent certains libanais.

Pour le président du Liban, Michel Aoun, il ne fait aucun doute que la démission de son premier ministre à la double nationalité libanaise et saoudienne soit forcée, tout comme son séjour en Arabie Saoudite.

Une fois de plus, le Liban sert de ring de boxe aux puissants de ce monde, en l’occurrence dans ce cas à l'Arabie Saoudite et son allié les États Unis, face à l'Iran. Historiquement très liée au Liban, la France tente de tirer le pays du Cèdre de ce mauvais pas en jouant comme elle le peut les médiatrices. Car la situation sent la poudre et la Méditerranée n'a vraiment pas besoin d'une nouvelle guerre au Liban.

L'expansionnisme iranien et l'activisme de son bras armé le Hezbollah pourraient demain permettre à l'Iran de plus ou moins contrôler le Liban, l'Irak, la Syrie, voir le Yémen. Face à son ennemi, l'administration Trump pèse de tout son poids pour que s'opère un rapprochement entre Israël et l'Arabie Saoudite. Avec comme objectif un conflit armé que semblent souhaiter Donald Trump et Mohamad Ben Salman, tous deux prêts à tout pour contrer l'Iran.  

Gérard Tur

Vendredi 17 Novembre 2017

Lu 2693 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA



RÉFLEXION

La Syrie, symbole du retour triomphant de la Russie au Moyen-Orient...
et après ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d’analyse de JFC Conseil
avis d'expert


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE