Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le Portugal vient en aide à ses banques



            Partager Partager

Le Portugal veut aider la banque Caixa Geral de Deposito. (Photo Caixa geral de deposito).
Le Portugal veut aider la banque Caixa Geral de Deposito. (Photo Caixa geral de deposito).
PORTUGAL. Après un nouveau trimestre en berne (-74 M€), la Caixa Geral de Deposito, première banque du Portugal, va sans doute enregistrer une cinquième année de pertes. Au total, depuis 2011, la banque portugaise a vu s’envoler 2 mrds€. 
 
Le premier ministre portugais Antonio Costa a annoncé, samedi 28 mai 2016, que l’Etat apportera son aide à une recapitalisation. Cette assistance se monterait à 4 mrds€.

La Caixa Geral de Deposito s’ajoute à la longue liste des institutions financières en difficulté depuis la crise financière de 2008. Au Portugal, il s’agit de la deuxième banque, après Banif, six mois auparavant. Le gouvernement Portugais avait là aussi apporté son aide à hauteur de 2,3 mrds €. Cet argent avait servi à racheter les actifs à risque alors que les actifs sains avaient trouvé repreneurs chez Santander Totta, filiale de Santander Espagne.

Exemple de l'Italie

Pour injecter de l’argent dans la recapitalisation de sa banque, le gouvernement doit d’abord obtenir l’approbation de Bruxelles. La réglementation de l’Europe prévoit le sauvetage des banques par ses actionnaires, et non par l’Etat, une solution qui enfreindrait les règles de la libre concurrence. 
 
Le Portugal cherche une solution pour contourner ces directives européennes. Le président de la Banque centrale du Portugal, Carlos Costa surveille le mécanisme que met en place l’Italie. Il s’agit d’un fonds d’investissement non public de 4,3 mrds€ pour recapitaliser les banques en difficulté.
 
La Commission européenne (CE) a approuvé le 10 février 2016 « les mesures de gestion d’actifs dépréciés prises par l’Italie en faveur du secteur bancaire ». « Lorsqu'un État membre intervient comme le ferait un investisseur privé, et qu'il perçoit pour le risque supporté une rémunération qu'un investisseur privé aurait acceptée, une telle intervention ne constitue pas une aide d’État » a déclaré la Commission à ce propos. 
 
Le sauvetage de la banque portugaise intervient dans un contexte économique difficile. Le Portugal a atteint un déficit public de 4,4% de son PIB et compte une dette de 129% de son PIB, ce qui ne correspond pas aux efforts demandés par la CE. Mais la Commission européenne a toutefois décidé le 18 mai 2016 de ne pas infliger une sanction au Portugal et de reporter son jugement au mois de juillet.

Ludivine Tur
Lundi 30 Mai 2016

Lu 1546 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.