Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le Port de Marseille maintient ses investissements 2020, malgré une baisse de 15% de son trafic


Impacté par la crise sanitaire, avec une baisse de trafic globale de 15% au premier semestre 2020, le Grand Port Maritime de Marseille maintiendra les 57 M€ d'investissements prévus en 2020. Hervé Martel, son président du directoire, ajoutera même plus de 6,5 M€ de mesures commerciales pour relancer les activités portuaires.


            Partager Partager

Hervé Martel se félicite que le Port de Marseille soit resté opérationnel malgré la crise sanitaire (photo : F.Dubessy)
Hervé Martel se félicite que le Port de Marseille soit resté opérationnel malgré la crise sanitaire (photo : F.Dubessy)
FRANCE. "Le port est resté opérationnel dans tous les compartiments du jeu et tout au long de la crise. Les dossiers ont continué à avancer, même si les travaux ont été arrêtés par les entreprises", assure Hervé Martel, jeudi 9 juillet 2020. Selon le président du directoire du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), "les bons résultats du trafic en 2019 et la situation financière très saine" du port vont faciliter la relance après le lourd impact de la crise sanitaire. "Nous anticipons une baisse de 20% de notre chiffre d'affaires en 2020 ", dévoile-t-il. Elle arrive après une croissance constante depuis 2013 avec un chiffre d'affaires de 169,5 M€ en 2019 pour un trafic total de 79 millions de tonnes. Au premier semestre 2020, le GPMM a enregistré un trafic de 33,6 millions de tonnes, en recul de 5,9 millions de tonnes par rapport au premier semestre 2019.

Durant la période de confinement, l'infrastructure phocéenne n'a reçu que dix-huit navires de marchandises par jour en moyenne contre vingt-cinq habituellement. Le GPMM a vu son trafic chuter de 15% en tonnage à 33,6 millions de tonnes sur le premier semestre 2020, avec des situations très contrastées. "Le nombre de passagers (NDLR : 291 000 de janvier à juin 2020) est tombé à zéro pour les croisières, nous avons dû subir l'arrêt total du Maghreb et accueillir seulement quelques voyageurs sur la Corse", souligne Hervé Martel. Le trafic conteneurs (8,7 millions de tonnes - 617 105 EVP) a lui baissé de 14% en tonnes (17% en nombre), le vrac liquide (20 millions de tonnes) de 13% et le vrac solide (4,9 millions de tonnes) de 20%.

25 à 35 M€ empruntés contre 10 à 20 prévus

Malgré ce recul, le président du directoire entend "maintenir toutes les opérations d'investissement." Les premiers chantiers ont redémarré dans les enceintes portuaires le 4 mai 2020. Mais, avec des ressources moindres, il va devoir plus recourir à l'emprunt pour ce faire. "Nous emprunterons entre 25 et 35 M€ contre 10 à 20 M€ prévus. Nous déciderons du montant en décembre ou janvier", précise Hervé Martel. Le GPMM envisageait 57 M€ d'investissements en 2020.

Par contre, la programmation des investissements pour les années 2021, 2022 et 2023 a été repoussée. "Nous réexaminons la trajectoire financière du port, mais nous ne modifions pas nos orientations. Nous n'avons pas de visibilité à cause de beaucoup d'incertitudes (...) Nous naviguons à vue semaine après semaine", explique Hervé Martel. Il indique "commencer à ressentir des prémices de sortie de crise, tout le trafic est reparti sur la Tunisie depuis fin juin avec la Cotunav et Corsica Linea." Avant d'ajouter encore plus prudemment, " Nous sommes peut-être sur le début d'un rebond. La situation reste un peu fragile, mais nous avons vraiment l'impression que le pire est derrière nous. Sauf en cas de deuxième vague..."

Mesures commerciales de 6,5 M€

Si Hervé Martel se félicite de ne pas avoir connu de "faillites d'une grosse industrie ou d'un armateur", il sait qu'il va devoir s'adapter à la nouvelle donne. Ses clients ont souffert et il engage donc des mesures commerciales d'un montant évalué à plus de 6,5 M€. Certaines étaient déjà prévues par le Pacte d'engagement signé avec la communauté portuaire pour répondre aux crises, comme la réduction des droits de port jusqu'à 30% pour les ferries, les RoRo (Roll-on Roll off - bateaux rouliers) et les navires passagers à compter de septembre 2020 et pendant trois mois, et jusqu'à 50% pour les conteneurs pendant quatre mois à partir de septembre 2020.

D'autres sont nouvelles et liées à la crise du coronavirus. Ainsi, une remise supplémentaire de 50% sera accordée pour les opérations de transbordement de conteneurs pendant quatre mois à partir de septembre 2020. De même les modalités du bonus/malus, qui permet contractuellement d'appliquer des pénalités en fonction de l'évolution à la hausse ou à la baisse des trafics, font l'objet d'un moratoire. Tout comme le tarif de stationnement dissuasif qui intervenait à partir de vingt-et-un jours pour éviter les bateaux ventouses. Cette décision va principalement satisfaire les armateurs de navires de croisières bloqués à Marseille depuis le début de la pandémie. Le port de Marseille a contribué à rapatrier plus de 6 000 croisiéristes. Un trafic qui ne "connaîtra pas de retour normal avant la prochaine saison", craint Hervé Martel.

Les investissements maintenus en 2020 par le GPMM

  • Future gare maritime internationale de Cap Janet : Les quatre entreprises qui vont réaliser les travaux ont été sélectionnées et le démarrage du chantier est prévu avant la fin de l'été pour une mise en service en 2022.
  • Câbles sous-marins : La première phase, pouvant accueillir jusqu'à six câbles sera livrée d'ici fin 2020.
  • Augmentation de la capacité des terminaux à conteneurs de Fos : Les travaux pour gagner de la surface utile sur la mer entre les deux terminaux conteneurs (projet dit "de la rotule") en aménageant un nouveau quai de 240 mètres de long et 17 mètres de tirant d'eau se poursuivent. A terme le linéaire total de déchargement atteindra les 2,6 kilomètres. La mise en service est prévue pour la fin du troisième trimestre 2020.
  • Amélioration des installations ferroviaires des terminaux à conteneurs de Fos : Ce projet de 22 M€ prévoit la jonction des terminaux conteneurs Eurofos et Seayard pour améliorer la circulation des trains. Prévue en plusieurs phases, la mise en service se fera à l'horizon 2023.
  • Aménagement du bassin de réparation de yacht de Monaco Marine : Le chantier continue et un ascenseur à bateau de 6 000 tonnes verra le jour à l'horizon 2022.
  • Connexion électrique des navires à quai : Doté de 20 M€, le programme Cenaq destiné à l'activité voyageurs repose sur des travaux de raccordement au réseau Enedis déjà engagés et qui devraient s'achever mi-2024.

Jeudi 9 Juillet 2020

Lu 2288 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.