Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Le Pnud veut renforcer la protection sociale des travailleurs de l'économie informelle




Adhésion de travailleuses rurales au programme Ahmini en Tunisie (photo : Ahmini)
Adhésion de travailleuses rurales au programme Ahmini en Tunisie (photo : Ahmini)
AFRIQUE. Dans un rapport rendu public mercredi 10 février 2021, le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud) plaide en faveur d'un renforcement de la protection sociale des travailleurs de l'économie informelle sur le continent africain.

Soulignant leur "vulnérabilité", en particulier en cette période de pandémie, ce texte, rédigé en collaboration avec l'OIT (Organisation internationale du travail), constate qu'en Afrique subsaharienne, 82% des habitants, dont une large part travaillent dans l'économie informelle, n'ont pas accès à un système de protection sociale. Or, l'emploi informel représente 86% de l'emploi total des hommes et 92% de celui des femmes dans cette région. Il concerne près de 90% des jeunes.

Le Pnud note cependant que "ces dernières années, les gouvernements africains se sont efforcés de mettre en place toute une gamme de régimes de protection sociale contributifs afin de couvrir les travailleurs de l’économie informelle". Il présente d'ailleurs plusieurs études de cas issues de six pays* précurseurs en la matière.

Le programme tunisien Ahmini cible les quelque 500 000 travailleuses dans les zones rurales qui exercent des activités faiblement rémunérées comme travailleuses familiales ou indépendantes à leur propre compte. Elles se trouvent donc dans l'incapacité de régler des cotisations fixes, trop élevées par rapport à leurs revenus, pas plus que des cotisations prédéfinies à cause de leurs revenus irréguliers. Depuis 2016, le programme Ahmini ("protège-moi" en arabe) leur permet de disposer d'un accès aux soins de santé, leur offre une couverture contre les accidents du travail et une pension retraite. Le tout pour une cotisation minimale de 1 dinar (30 centimes d'euro) avec comme objectif de monter cette somme à 20 dinars (6,13 €) par mois et par bénéficiaire.

"Utiliser les outils de protection sociale pour combattre les inégalités en Afrique"

Au Rwanda, un régime de retraite Eja Heza ("avenir radieux") est proposé depuis 2017 par le Conseil de sécurité sociale à 100 000 travailleurs informels. Les prestations sont proportionnelles aux cotisations versées (converties en pension de retraite lorsque l'adhérent atteint l'âge de 55 ans) et l'adhésion souscrite sur la base du volontariat.

En Zambie (88% des emplois dans l'informel), l'Autorité nationale des régimes de retraite a depuis 2019 créé les conditions pour étendre la protection sociale aux travailleurs informels. Elle bénéficie désormais à 18 000 personnes impliquées dans plusieurs projets pilotes touchant les petits exploitants agricoles et les travailleurs indépendants en milieu rural ou en zone urbaine.

Si elles représentent autant de modèles à mettre en place dans le continent africain, toutes ces initiatives ne sont pas suffisantes selon les auteurs du rapport qui relève l'urgente nécessité de "déployer des approches innovantes à grande échelle afin d’accroître la couverture, tout en veillant à augmenter la pérennité financière des régimes émergents en s’appuyant sur tant sur les cotisations des employeurs et des entreprises de l’ensemble de la chaîne de production que sur les cotisations des travailleurs et les financements publics". Ils en appellent également à "tenir compte des disparités entre les genres afin de remédier aux inégalités sur le marché du travail" pour envisager la protection sociale "au sein d’un ensemble intégré de mesures visant à augmenter les revenus, à renforcer leur sécurité et à améliorer la qualité des emplois".

"Bien que de nombreux pays d’Afrique aient mis en place des mesures temporaires pour protéger les revenus et les moyens de subsistance des populations vulnérables pendant la pandémie, il est urgent de garantir une protection à tous les travailleurs, quel que soit leur statut professionnel. Les stratégies de relèvement face à la Covid-19 nous offrent une solution : utiliser les outils de protection sociale pour combattre les inégalités en Afrique", souligne Ahunna Eziakonwa, sous-secrétaire générale, administratrice assistante et directrice du Bureau régional du PNUD en Afrique.

* Kenya, Rwanda, Tanzanie, Togo, Tunisie, Zambie

Lire le rapport en français

Lire le rapport en anglais

Eric Apim
Mercredi 10 Février 2021

Lu 1171 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.