Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le Parlement européen lève l'immunité de l'ancien président de la Catalogne Carles Puigdemont


Rédigé par Eric Apim, le Mardi 9 Mars 2021 - Lu 948 fois


Carles Puigdemont est exilé à Bruxelles depuis octobre 2017 (photo : Generalitat de Catalogne)
Carles Puigdemont est exilé à Bruxelles depuis octobre 2017 (photo : Generalitat de Catalogne)
ESPAGNE. Carles Puigdemont n'est plus protégé par son immunité parlementaire européenne qui vient d'être levée, sur demande du gouvernement espagnol mardi 9 mars 2021, par le Parlement européen. La veille au soir, 400 députés ont voté pour, 248 contre et 45 se sont abstenus. Deux autres eurodéputés catalans ont aussi subi le même sort : Clara Ponsati et Toni Comin.

Après la tentative de sécession de la région catalane en octobre 2017, acceptée par référendum (interdit par le pouvoir central et jugé illégal par la Cour constitutionnelle espagnole) et suivie de la promulgation d'une République par la Generalitat de Catalogne, Madrid mettait le gouvernement régional sous tutelle . Son ancien président se réfugiait alors à Bruxelles, avec plusieurs de ses ministres, pour éviter de se présenter devant la justice espagnole. Restés à Barcelone, neuf de ses anciens alliés ont été lourdement condamnés et se trouvent en prison depuis octobre 2019 avec des peines de neuf à treize ans. Carles Puigdemont avait été condamné à trente ans de prison.

Soumis à un mandat d'arrêt émis par Madrid pour "sédition" et "détournement de fonds publics", Carles Puigdemont bénéficiait depuis son élection en 2019 de son statut de député européen.

Carles Puigdemont parle de "persécution politique"

Les eurodéputés ont largement voté la levée de l'immunité (photo : Parlement européen)
Les eurodéputés ont largement voté la levée de l'immunité (photo : Parlement européen)
La nouvelle très attendue a satisfait d'Arancha González Laya. Selon la ministre espagnoles des Affaires étrangères, le Parlement européen reconnaît que "les problèmes de la Catalogne se résolvent en Espagne, ils ne se résolvent pas en Europe", tout en soulignant "c'est la ligne adoptée par le gouvernement espagnol, celle de tendre la main aux forces politiques catalanes pour trouver une solution par le dialogue et la négociation."

De son côté, Carles Puigdemont dénonce "un cas clair de persécution politique." Il n'a pas hésité à lancer, en conférence de presse, "nous avons perdu notre immunité, mais le Parlement européen a perdu beaucoup plus : la démocratie européenne."

Il appartient désormais à la justice espagnole de réactiver le mandat d'arrêt européen à l'encontre des trois indépendantistes. Pendant ce temps, ils peuvent théoriquement continuer à siéger au Parlement européen. Reste qu'ils devraient éviter les sessions à Strasbourg, siège de l'institution. La France ayant un accord simplifié d'extradition avec l'Espagne au contraire de la Belgique.

Pendant ce temps, en Catalogne, les indépendantistes occupent toujours le haut du pavé malgré des divisions. Ils viennent ainsi, m-février 2021, de renforcer leur majorité au sein du Parlement régional lors d'élections anticipées.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info