Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Le Pacte de Marrakech sur les migrations veut mieux protéger les plus vulnérables


Rédigé par , le Lundi 10 Décembre 2018 - Lu 1822 fois


Le Pacte de Marrakech va mieux protéger les enfants migrants ou réfugiés (photo : Onu/Mark Garten)
Le Pacte de Marrakech va mieux protéger les enfants migrants ou réfugiés (photo : Onu/Mark Garten)
MAROC. Aucun vote, aucune signature... mais un texte adopté par proclamation orale et un coup de marteau. C'est la voie choisie pour faire approuver le Pacte sur les migrations, lundi 10 décembre 2018 à Marrakech par l'Onu face à 159 pays représentés sur 193 membres de l'institution.

Cet accord de quarante-et-une pages entre Etats ne se veut théoriquement qu'une étape puisque le Pacte doit encore être ratifié par l'Assemblée générale de l'Onu, mercredi 19 décembre 2018. Ce qui ne devrait être cependant qu'une formalité.

Le texte, non contraignant, énonce une série de principes (défense des droits de l'homme, des enfants, reconnaissance de la souveraineté internationale) et de propositions (interdiction des détentions arbitraires, échanges d'information et d'expertises, intégration des migrants...). Ce "guide de bonnes pratiques" est destiné à aider les pays à mieux répondre face à la croissance des migrations.

" Un des principes directeurs du Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière est la promotion des obligations juridiques internationales existantes en matière de droits de l'enfant et la nécessité de défendre le principe de l'intérêt supérieur de l'enfant à tout moment", commente Louise Arbour, représentante spéciale du Secrétaire général des Nations unies pour les migrations internationales. Selon un sondage mené par l'Unicef auprès de 4 000 réfugiés et migrants âgés de quatorze à vingt-quatre ans, plus de la moitié des jeunes interrogés affirment avoir été forcés de quitter leur pays et 44% l'ont fait seuls.

Dix pays se sont désengagés

"La migration est inévitable, mais le danger et la discrimination subis par les enfants réfugiés et migrants ne le sont pas et n'ont pas besoin de l'être (...) Le Pacte fournit aux autorités locales et nationales un manuel de bonnes pratiques et approches en faveur des enfants déracinés", indique Laurence Chandy, directeur des données, de la recherche et des politiques de l'Unicef.

Dix pays se sont officiellement désengagés de ce Pacte discuté depuis décembre 2017 avec comme base la Déclaration de New York sur les réfugiés et les migrants adoptée à l'unanimité lors de l'Assemblée général des Nations unies en septembre 2016 : Etats-Unis (dès le début des négociations), Autriche, Australie, Chili, République tchèque, République dominicaine, Hongrie, Lettonie, Pologne et Slovaquie. Sept autres demeurent engagés dans des discussions en interne : Belgique (où les indépendantistes flamands viennent de quitter le gouvernement pour protester contre ce Pacte), Bulgarie, Estonie, Israël, Italie, Slovénie et Suisse.

Pour Louise Arbour, ce pacte "changera à jamais la manière dont la communauté internationale gère la mobilité humaine."

Voir le pacte de Marrakech (in extenso)












Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info