Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Maroc veut réduire le coût de la logistique


MAROC. Les autorités marocaines veulent réduire le coût de la logistique de 20 à 15% du PIB en cinq ans. Dans les tuyaux : plateformes logistiques interconnectées, développement des infrastructures portuaires ou encore dématérialisation des procédures douanières pour un investissement de plus de 5,3 mds€.



Au Maroc, 98% des échanges passent par les ports (Photo DR)
Au Maroc, 98% des échanges passent par les ports (Photo DR)
MAROC. « Au Maroc, 98% des échanges extérieurs transitent par les ports (…) Il est nécessaire de développer les infrastructures de transit, les connectivités aux réseaux routiers et les zones logistiques », soulignait, fin avril, Jamal Benjelloun, directeur général de l’Agence nationale des ports (ANP), lors du premier Forum Afrique Développement organisé à Casablanca par le groupe Attijariwafa bank.

Depuis les réformes engagées en 2007 pour moderniser ses infrastructures portuaires, le Maroc a vu ses coûts logistiques quasiment diminuer de moitié pour atteindre 100 € l’EVP (équivalent vingt pieds, l'unité de mesure des conteneurs).

A Casablanca, la productivité des manutentionnaires a fortement augmenté (22 conteneurs par mouvement). Un troisième terminal est en construction. Le projet de complexe portuaire de Nador West Med, prévu pour le transbordement pétrolier, doit démarrer cette année. Au port de Tanger d’une capacité de 3,5 millions d’EVP doit s’ajouter 5 millions d’EVP à l’horizon 2014-2015, avec Tanger Med II.

Aujourd’hui, le royaume compte 34 ports dont 12 ouverts au commerce international.

Par ailleurs, le projet « Port Net » devrait permettre à terme une dématérialisation totale des procédures de dédouanement.

Mais cela ne suffit pas toujours.

Pour échapper à l’encombrement du port de Casablanca, la Compagnie fruitière qui commercialise 500 000 tonnes de fruits par an a choisi Agadir pour ses escales régulières, entre l’Afrique centrale et de l’Ouest et l’Europe. « 40% du coût de revient, c’est la logistique », indique Karim Dip, directeur général de Compagnie fruitière distribution Maroc (CFDM).

Stratégie nationale pour la logistique

Réduire le coût de la logistique de 20 à 15% du PIB en cinq ans, c’est donc l’objectif de la nouvelle stratégie nationale initiée par les autorités.

Pour y parvenir, le Maroc compte se doter de 70 plateformes logistiques interconnectées, réparties sur tout le territoire.

Les investissements requis par ce plan, supportés par l’Etat et les opérateurs privés, sont estimés à 60 mds de MAD (environ 5,34 mds€).

La première région concernée par cette stratégie est le Grand Casablanca, qui comptera huit plateformes sur 978 ha, dont un peu plus de 600 ha doivent être finalisés en 2015.

Ces plateformes constitueront une ceinture autour du principal pôle économique du pays et les points centraux d’organisation de la gestion des marchandises.

Outre Casablanca, les villes de Tanger, Marrakech, Fès, Meknès, Agadir sont concernées.

Cette nouvelle stratégie logistique devrait aussi permettre de réduire les émissions de CO² de 35% à l’horizon 2015.


Christelle Marot, à CASABLANCA


Lundi 3 Mai 2010



Lu 3518 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >

Mardi 20 Février 2018 - 15:28 Uber se retire du Maroc

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.














Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA