Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Le Maroc n'en finit plus de se développer



            Partager Partager

L’Office chérifien des phosphates s'active dans la réalisation du nouveau site industriel intégré, Safi Phosphate Hub (photo DR)
L’Office chérifien des phosphates s'active dans la réalisation du nouveau site industriel intégré, Safi Phosphate Hub (photo DR)
MAROC. Le Royaume n'en finit plus de se développer. Le Roi Mohammed VI annonce et inaugure le lancement de plusieurs projets de construction (nouveau port situé à 15 kilomètres de Safi, site phosphatier intégré à Safi et l'autoroute El Jadida-Safi) et deux projets pour le soutien de la filière apicole et du figuier.

Le nouveau port de Safi, destiné "à renforcer les infrastructures dédiées au transport maritime national" , prévoit la construction de plusieurs quais, digues, plate-formes logistiques et d'un terminal charbonnier. Celui-ci devrait, d’ici 2017, être capable de répondre "aux besoins de la nouvelle centrale thermique de l'ONEE, estimés à 3,5 millions de tonnes de charbon par an". Le projet, d'un investissement de 4 mrds de dirhams (360 M€), devrait créer 800 emplois directs et 180 lors de la phase d'exploitation.

Safi Phosphate Hub, le nouveau site industriel intégré, pourrait devenir le deuxième pôle phosphatier du pays. L'investissement de 30 mrds de dirhams (2,7 mrds€), permettra la création de cinq nouvelles unités de production d'acide sulfurique, de cinq unités phosphoriques et d'unités de production d'engrais.

Le Roi inaugure également le début de la construction de l'autoroute El Jadida-Safi. D'un investissement global de 4,8 mrds de dirhams (432 M€) grâce aux contributions du Fonds arabe de développement économique et social et de la Banque européenne d'investissement, le projet permettra "d'accompagner" le développement de la commune rurale Saâdla (Province de Safi). D'une longueur de 143 kilomètres, l'autoroute reliera Doukkala-Abda aux autres régions limitrophes "via une infrastructure autoroutière moderne" et réduira le temps de déplacement entre les villes desservies (El Jadida, Jorf Lasfar, Sidi Smail, Sidi Bennour, Zemamra, Oualidia, Safi).
 
Toujours dans la région de Doukkala-Abda, le Roi souligne la mise en place de deux projets "inscrits dans le cadre du programme 2013 de développement des produits de terroir dans la province concernent les filières apicole et du figuier" : un premier permettant le développement de l'apiculture de dix communes rurales de la province (6,05 M de dirhams soit 545 000 €) et un second pour le développement de la filière du figuier au niveau des communes rurales de Saadla, Nagga et Laamamra (16 M de dirhams soit 1,4 M€).



Lundi 29 Avril 2013

Lu 9291 fois





1.Posté par lassoued.bechir le 30/04/2013 15:41
Voila un exemple dont la Tunisie doit tirer la leçon. Mais sommes nous assez responsables pour "museler" nos revendications insatisfaites depuis plus de 5 décennies? Pourrions nous patienter jusqu'à ce que le pays retrouve sa "vitesse de croisière", et accepter un "armistice social" provisoire, en donnant un peu "du temps au temps"? Bonnes questions!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

2.Posté par Imbert de Dion le 02/05/2013 17:10
Pour répondre à Lassoued Bechir : Le problème de la Tunisie est différent... Pour développer des projets, il faut s'appuyer sur l'existant; c.a.d. en Tunisie (et particulièrement dans le Sud!) un maillage hôtelier de qualité, avec de larges portions de terres irrigables BIO qui pourraient être distribuées (gratuitement) aux petits paysans et un possible raccordement à la "Grande Rivière" de Kadhafi...
Manquent la vision économique d'un tel scénario, la volonté POLITIQUE d'y parvenir et surtout l'acceptation de cette vocation touristique... Cela fait beaucoup (trop!)de handicaps.....!!!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

3.Posté par lassoued bechir le 03/05/2013 00:12
Twitter
Excellent commentaire de Imbert de Dion et excellentes propositions concernant les cultures bio et le raccordement à la "Grande rivière" de Kaddafi. Pour les cultures Bio il y en a actuellement un "balbutiement", irriguées à partir de la "Nappe intercalaire continentale" dans les régions de Tataouine et de Matmata, ainsi qu'à Kébili, zone de Regim Maatoug; par utilisation de la géothermie. Le problème chez nous est actuellement politique. Il y a réellement un véritable "abus des libertés". Les gens sont déchainés: ils trouvent qu'ils ont trop attendu , et en ont marre de voir leurs revendications insatisfaites depuis des décennies( en réalité depuis des siècles!) Alors ils barrent les routes, les voies de chemins de fer, arrivent même à bruler des administrations publiques ou des firmes privées. Au début, Ennahdha a laissé faire, par calcul électoral! Actuellement, elle se trouve entièrement débordée et dépassée, et trouve beaucoup de mal à faire respecter la loi. Pour ce qui est d'une quelconque collaboration avec la Libye dans l'état actuel des choses, cela relève de la pure utopie. Parce que là bas les protestataires sont armés par des armes de guerre et menacent directement la paix civile. Ils viennent d'ailleurs de temps en temps à nos frontières, en bandes armées, pour forcer des passages à la douane, dans un sens ou dans l'autre, d'une contre bande de "toutes sortes"! C'est de cette situation ubuesque, chez nous et chez nos voisins libyens que je voulais parler dans mon commentaire précédent. En résumé, nous sommes "très mal barrés", et ce n'est pas pour "demain la veille" que nous pourrions en sortir. Et je ne parle pas "d'El Quaida" qui a l'air de vouloir s'installer dans le Djebel "Chambi", alors qu'avant elle ne faisait que transiter accessoirement par le Sud tunisien! Il faut réciter le coran et peut être aussi la Bible et la Thora pour nous en sortir!!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

4.Posté par Imbert de Dion le 03/05/2013 02:36
Cette situation est complètement délétère.....! Et tous ceux qui aiment la Tunisie ne peuvent que la déplorer....Pour rester positif, cependant, je pense que le raccordement à la "grande rivière" ne passe pas par une coopération, mais bel et bien par les cordons de la bourse...! Ne jamais oublier que la Libye a largement de quoi vivre avec son pétrole et sa population réduite et pourrait donc vendre son eau sans état d'âme plutôt que de ne pas s'en servir....Et puis 700000 "touristes" Libyens ne sont-ils pas venus l'année dernière en Tunisie...!?
Ce qui est plus inquiétant, par contre, sont les autorisations d'exploration de "gaz de schistes" accordées par ce gouvernement au milieu de ce beau désert vierge.....!
Pour mémoire, l'Egypte irrigue ses déserts avec l'eau d'Assouan et "inonde" l'Europe de produits Bio de qualité.....Alors pourquoi pas la Tunisie pour son secteur touristique....???? Ce serait une valorisation importante de la filière jumelée avec une excellent image de marque.
Mais il est vrai que tant que l'on ne sort pas d'un Gouvernement provisoire issu d'une Constituante qui joue la montre, l'horizon semble bien bouché....!!!!

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

5.Posté par lassoued bechir le 04/05/2013 10:06
Tout reste possible, mais la vague de revendications doit cesser au plus vite. Il faut que s'arrête rapidement " la course aux protestations et aux fermetures des routes et des voies de chemin de fer"! Nous avons perdu, en une année de revendications, 2000 milliards de dinars, et nos marchés traditionnels ( l'Inde et la Chine) pour l'écoulement du phosphate et de ses dérivés! C'est un mauvais usage et un bradage pur et simple des libertés chèrement acquises! "Trop de liberté tue la liberté". Le seul point positif dans tout cela c'est que pratiquement tout le monde est conscient que nous " allons à la dérive"! La seule chose qui reste à savoir" quand allons nous nous ressaisir"? Quant au reste, qu'il s'agisse d'une collaboration avec la Libye, des productions BIO, pour le moment , le pays a d'autres priorités: nous pensons sacrifier partiellement notre développement à notre sécurité. Nous avons besoin d'armes pour nous défendre contre le danger "Al Quaida" qui nous guette du haut des cimes du Djebel "Chambi"! Quant à la Libye , des "hordes sauvages" lourdement armées y sème la terreur actuellement, et le gouvernement central n'y peut rien. Espérons que le temps permettra aux troubles de se décanter, mais espérons que ce ne sera plus trop long! Pour la Tunisie, en tous cas, nous verrons plus clair, après les prochaines élections, donc d'ici une année, au moins." Wait and see!"

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

6.Posté par Imbert de Dion le 06/05/2013 00:17
Je crois que vous ne comprenez pas : Vous n'arrêterez pas les revendications populaires (et justifiées !) par de belles paroles ou de la répression, mais par des emplois et de la production INTERNE...
Le pays n'a pas d'autres priorités : DONNER des terres aux paysans, irriguer, PRODUIRE à la fois pour nourrir la POPULATION et valoriser la filière touristique...
Pour un observateur EXTERIEUR c'est une évidence... Et le fait que vous ne voyez pas cela, que personne ne le voit, et surtout que rien ne soit amorcé dans ce sens, n'est pas un bon présage..........
Ennehda bétonne sa prise de pouvoir et fait tout pour imposer sa majorité RELATIVE et le peuple est en déshérence....
Avec les Islamistes en embuscade et largement "tolérés" (pour ne pas dire plus) par les autorités,je crois que vous allez tout droit à la catastrophe...
P.S.: Les élections sont trop retardées (à dessein) et ce n'est plus "wait and see" mais "to wait is suicidal" !

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

7.Posté par lassoued bechir le 06/05/2013 14:19
Mon cher Imbert, je vous traduit un proverbe de chez nous, qui j'espère vous permettra à votre tour de me comprendre:" Ne sens la braise qui celui qui a le pied dessus!" Notre peuple en a vraiment soupé des revendications qui , poussées à l'extrême, bloquent actuellement tout, aujourd'hui. La priorité des priorités c'est d'abord de retrouver la paix civile. Le reste viendra au moment voulu. Si je comprends bien vous prônez le socialisme. Vous défoncez une porte ouverte, parce que j'ai toujours été pour à 100%. Nous avons besoin tout de suite d'"un armistice social" de 2 ans au moins. Il doit être accompagné d'un rééchelonnement de notre dette extérieure, pour la même durée. Vos suggestions sont excellentes, mais un peu prématurées dans la situation actuelle.
Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info

8.Posté par Imbert de Dion le 06/05/2013 18:11
Bien reçu....!
Surtout, ne prenez en rien mes interventions (nombreuses!) dans Econostrum et dans Nawaat comme une volonté d'asséner des sentences ou de donner des leçons....Encore moins, comme une volonté de polémiquer....!
Je respecte éminemment mes interlocuteurs et encore plus la misère des Peuples, surtout en Afrique.....!
Mais, mais, mais.....La Tunisie, même si elle n'a pas de pétrole comme ses puissants voisins, Libye et Algérie, n'était pas PAUVRE...! (Sinon, son ex-Dictateur ne l'aurait pas plumée ainsi!).
Or, lentement, mais sûrement elle est en train de s'enfoncer dans un marasme duquel (parce que précisément elle n'a pas de pétrole) personne ne viendra la sortir, même si les Islamistes prennent le POUVOIR.....! (Ce qui est en bonne voie!!!!).
Donc, soyons bien clair : je ne prône en rien le Socialisme ou toute autre forme de gouvernance....En Démocratie, cela doit rester l'affaire des Tunisiens......!
Je dis simplement et je répète : Tout Gouvernement, quel qu'il soit doit en priorité s'occuper de SON Peuple....! Pas de la dette, ou de la Constitution ou des exportations, toutes choses que le Peuple sait fort bien qu'il n'en aura que des retombées marginales.....!
La seule chose que la Tunisie peut faire dans "sa" situation actuelle, c'est précisément une Réforme agraire. Cela ne coûte RIEN....! Puis donner de nouvelles terres aux petits paysans (pas aux grandes Sociétés Agro-Alimentaires !). Cela ne coûte rien non plus puisqu'il s'agit de terres qui ne sont pas encore en production....! Puis les irriguer : cela coûte un peu, mais pas tant que ça au regard de la plus-value apportée à des dizaines de milliers d'hectares pour l'instant abandonnés aux 4x4 des touristes, aux chasseurs Qataris et à quelques Islamistes qui, pour l'instant se disent qu'ils sont mieux là qu'au Mali... ou en Syrie...!
De plus, de nombreuses Organisations Internationales seraient prêtes à vous aider si vous alliez dans ce sens....
Et le "Peuple" arrêterait ses revendications brouillonnes s'il se rendait compte que l'on s'occupe ENFIN de LUI.....!
Quoiqu'il en soit, Cher Lassoued, recevez l'expression de mon plus profond respect amical.
Imbert

Pour signaler un abus, écrire à redaction@econostrum.info


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.