Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le Maroc intransigeant sur la question du Sahara occidental


Rédigé par Gérard Tur, le Mardi 19 Janvier 2016 - Lu 4180 fois


Le port de Laayoune (photo CC-YoTuT)
Le port de Laayoune (photo CC-YoTuT)
MAROC. Le Maroc a suspendu depuis début janvier 2016 tous les échanges avec les institutions européennes pour contraindre l'UE à annuler une décision de la Cour de justice de l'Union Européenne annulant l’accord agricole et de pêche entre le Maroc et l'UE dans la région du Sahara occidental.

 
Territoire colonisé par le Maroc au regard du droit international, partie intégrante du royaume marocain pour les autorités marocaines, le Sahara occidental n'en finit plus de provoquer des tensions entre le Maroc et les pays européens qui, à l'image des Nations Unies, ne reconnaissent pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. Les autorités marocaines vivent cette situation comme une injustice insupportable et vont jusqu'à interdire tous les ouvrages publiant une carte de l'Afrique reproduisant les frontières reconnues par l'ONU.

 
Dernier clash en date, le Maroc a suspendu depuis début janvier tous les échanges avec les institutions européennes, qu'il s'agisse de réunions, d'échanges d'informations ou de programme de coopération. Le boycott n'a pas été signifié officiellement, les relations diplomatiques ne sont pas rompues, mais dans la pratique, tous les rendez-vous sont annulés, les Marocains ne participent plus aux réunions et n'échangent plus avec leurs partenaires européens.

 
Le royaume marocain reproche à l'Union Européenne une décision de la Cour de justice de l’Union européenne du 10 décembre 2015 annulant l’accord agricole et de pêche entre le Maroc et l'UE dans la région du Sahara occidental.

 
Dans ce bras de fer, le Maroc espère le même succès qu'avec la Suède qui a dû avaler son chapeau pour pouvoir vendre ses meubles aux Marocains. La veille de son ouverture prévue le 29 septembre 2015, le premier Ikea implanté au Maroc s'est vu interdire d’accueillir ses clients, officiellement en raison de l'absence d'un certificat de conformité qui, quatre mois plus tard, n'est toujours pas arrivé. Juste avant, le gouvernement suédois avait annoncé sa volonté de reconnaître l’indépendance du Sahara Occidental. Début janvier 2016, la ministre suédoise des Relations extérieures, Margot Wallström, a annoncé que son pays faisait machine arrière. Le magasin Ikea devrait logiquement recevoir le certificat de conformité dans les tous prochains jours.

 
La problématique n'est pas la même dans le différent Maroc/UE. Dans le cas de la Suède, il s'agissait d'une décision politique. Or, dans son bras de fer avec l'UE, le Maroc demande à un exécutif de corriger une décision de justice, c'est-à-dire de renier un des fondements de la démocratie, la séparation des pouvoirs. Les ministres européens des Affaires étrangères ont fait appel le 14 décembre 2015 de la décision de la Cour Européenne, marquant ainsi officiellement leur désaccord.















Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires





À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info