Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le Maroc et l'Italie, futurs numéro un mondiaux potentiels de l'éolien flottant


Rédigé par , le Lundi 21 Mars 2022 - Lu 1991 fois


L'éolien flottant représente un fort potentiel de développement pour l'Italie et le Maroc (photo: GWEC)
L'éolien flottant représente un fort potentiel de développement pour l'Italie et le Maroc (photo: GWEC)
ITALIE / MAROC. Selon un rapport publié par le Conseil mondial de l'énergie éolienne (GWEC) en collaboration avec les sociétés Aegir Insights et Shell, le potentiel de l'énergie éolienne flottante demeure encore très largement inexploitée alors qu'elle pourrait offrir d'énormes opportunités socio-économiques et environnementales à plusieurs pays dans le monde.

Intitulé "Floating offshore wind - A global opportunity" ("L'éolien offshore flottant - Une opportunité mondiale"), il identifie cinq d'entre eux affichant les meilleures pré-dispositions pour devenir des numéros mondiaux de son développement: L'Irlande, les Philippines, les États-Unis (Californie), l'Italie et le Maroc. Baptisés par les experts du GWEC de "peloton de chasse", ils ont tout pour jouer un rôle de fer de lance dans la prochaine vague d'éoliennes flottantes aux côtés d'autres pays plus matures comme le Royaume-Uni, la Corée du Sud, le Japon et la France (dont la citation comme État majeur dans ce domaine étonne alors qu'elle n'en est qu'à ses balbutiements) et même les dépasser. A condition de mettre en place une bonne stratégie dès maintenant, car la course a déjà commencé.

"L'éolien flottant pourrait jouer un rôle énorme dans la volonté mondiale, au cours de la prochaine décennie, pour réduire la dépendance aux combustibles fossiles tels que le gaz, le charbon et le pétrole", souligne le texte. "Cette technologie se trouve au cœur des ambitions mondiales visant à atteindre l'objectif "Net Zéro" d'ici 2050", précise-t-il.

Un potentiel de 3 861 GW

"L'éolien en mer est un outil essentiel dans l'action mondiale de décarbonisation", insiste Ben Backwell. "Si l'accent durant cette décennie est mis sur la croissance rapide de l'éolien offshore fixe, nous avons également besoin d'un leadership politique pour que l'éolien offshore flottant soit prêt à jouer son rôle", poursuit le Pdg de GWEC, regroupant 1500 entreprises, organisations et institutions de quatre-vingt pays.

"À mesure que les technologies de l'éolien flottant arrivent à maturité, il est essentiel que les gouvernements mettent en place des politiques permettant le déploiement rapide de nouveaux projets afin de soutenir les objectifs mondiaux de zéro émission nette. Aux côtés de l'éolien offshore fixé au fond, du solaire et de l'hydrogène, l'éolien offshore flottant a l'opportunité de jouer un rôle majeur dans le futur mix énergétique mondial", renchérit Joe Nai, directeur général de Asia Offshore Wind et représentant de Shell au sein du groupe de travail sur l'éolien offshore du GWEC.

L'éolien offshore flottant est maintenant au début de sa commercialisation. Le succès des pays déjà engagés dans cette technologie permettra une réduction rapide des coûts, ce qui signifie qu'elle sera à la portée d'une deuxième génération de pays.

Selon le rapport, 80% du potentiel mondial des ressources éoliennes en mer se situe dans des eaux d'une profondeur supérieure à soixante mètres. Cette technologie off-shore dépasse donc de loin le potentiel des turbines à fond fixe pour de nombreux pays. Ils seraient quelque 115 concernés d'après le GWEC. Après une première liste restreinte à trente étudiés dans le rapport, le Conseil mondial n'en a donc retenu que cinq pour proposer des instantanés du marché pressenti.

A eux seuls, ils disposeraient d'un potentiel technique cumulé de 3 861 gigawatts (GW) en éolien flottant, soit 2,6 fois la demande actuelle en électricité de l'Italie et... soixante-neuf fois celle de l'Irlande.

Les sites conseillés à l'Italie pour développer l'éolien off-shore flottant (carte: GWEC/Aegir Insights)
Les sites conseillés à l'Italie pour développer l'éolien off-shore flottant (carte: GWEC/Aegir Insights)

L'éolien offshore n'est pas une priorité pour l'Italie

"En Italie, l'engagement en faveur de l'énergie nette zéro stimule la croissance de l'énergie éolienne. Le manque d'espace sur la terre ferme et l'absence de sites adaptés à l'éolien de fond fixe vont pousser à se concentrer sur l'éolien offshore flottant", prédit le rapport.

Ce pays dispose d'une longue côte. Mais, l'énergie éolienne n'est économiquement viable que dans le Sud sur le continent ou près des îles de Sardaigne et de Sicile. La première ferme d'éoliennes offshore (à fond fixe) Beleolico devrait commencer son exploitation au large de la ville de Tarente (dans les Pouilles) en 2022 pour produire 30 MW. Plusieurs autres projets existent dont le premier parc éolien flottant de Méditerranée (250 MW avec 25 turbines) sous le nom d'Hannibal. Développé par 7SeasMed et le Danois Copenhagen Offshore Partners (COP) entre la Sicile et la Tunisie, il devrait démarrer en 2023. Des dossiers sont aussi en cours dans le détroit de Sicile (2,9 GW) et au large de la Sardaigne (Nora Energia).

Le gouvernement italien prévoit de passer de 10,5 GW actuels fournis par l'éolien à 18,4 GW d'ici à 2030 avec seulement 900 MW ciblés en éolien offshore, au grand dam des rapporteurs. Aegir Insights conseille d'exploiter des sites autour de la Sardaigne et du détroit de Sicile (voir carte ci-dessus).

Le Détroit de Gibraltar et le Sud de la côte Atlantique pourraient accueillir des sites d'éoliennes flottantes au Maroc (cate: GWEC/Aegir Insights)
Le Détroit de Gibraltar et le Sud de la côte Atlantique pourraient accueillir des sites d'éoliennes flottantes au Maroc (cate: GWEC/Aegir Insights)

Le Sud de la côte marocaine très prometteur

Le rapport du GWEC dresse une analyse différente pour le Maroc avec comme argumentaire, "une grande ressource éolienne, un manque d'accès à l'éolien offshore fixe, associé au désir du gouvernement d'atteindre des objectifs écologiques et d'augmenter la sécurité énergétique" qui montre l'intérêt élevé qu'il doit porter à l'éolien offshore flottant.

En 2009, le Royaume chérifien s'était fixé dans son plan environnemental un objectif de 42% de son électricité produite en énergie renouvelable d'ici 2020. Un pari réussi. La prochaine étape est d'atteindre les 52% d'ici 2030 avec l'installation de 4 200 MW d'énergie éolienne entre 2018 et 2030.

Les sites les plus prometteurs se trouvent dans le détroit de Gibraltar et surtout au Sud de la côte Atlantique du pays, au large d'Agadir (voir carte ci-contre). Son port pourrait devenir une plaque tournante de cette industrie. La proximité de l'Espagne devrait aussi permettre au Maroc d'utiliser la chaîne d'approvisionnement existante dans ce pays pour accélérer son développement. Et pourra aussi s'appuyer, dans un premier temps - même si  Siemens-Gamesa exploite déjà une usine de pales à Tanger, la première a avoir vu le jour dans la région Mena en octobre 2017 - sur des importations en provenance d'Espagne et de France.

Aujourd'hui, le Maroc dispose de 1 220 MW de fermes éoliennes installées dont celle de Tarfaya qui, avec ses 301 MW est actuellement la plus importante du continent africain. Plusieurs sont programmées, et ont fait l'objet d'appels d'offres, avec une capacité supplémentaire prévue de 1 000 MW d'ici à 2024.

"Le Maroc n'a que des objectifs pour l'éolien en général. Et comme il existe encore de la place sur la terre ferme pour ces parcs, l'éolien flottant ne décollera probablement pas à moins que des objectifs spécifiques ne soient déclarés pour ce secteur", constate le rapport. D'autant plus que l'énergie solaire est abondante et bon marché, ce qui ne favorise pas le choix vers les éoliennes flottantes.
Le texte note d'ailleurs que "le régime d'autorisation semble simple et n'a pas entraîné de retards importants pour l'éolien terrestre. Mais, il n'a pas encore été utilisé pour l'éolien en mer". Le gouvernement marocain donne pourtant la priorité à l'éolien, malgré le coût du solaire, et "devrait faire de même pour les éoliennes offshore", suggèrent les experts du GWEC.

Lire le rapport "Floating offshore wind - A global opportunity




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.












Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info