Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le Maroc et Israël décident de prolonger la fermeture de leurs frontières


Rédigé par , le Vendredi 10 Décembre 2021 - Lu 1825 fois


Les avions vont rester cloués jusqu'à la fin de l'année 2021 sur les tarmacs marocains (photo F.Dubessy)
Les avions vont rester cloués jusqu'à la fin de l'année 2021 sur les tarmacs marocains (photo F.Dubessy)
MAROC. Pour "préserver les acquis du Maroc dans la lutte contre la pandémie", la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) marocaine a décidé, vendredi 10 décembre 2021, de prolonger la suspension de "tous les vols passagers vers et depuis le Maroc du 9 décembre jusqu'au 31 décembre 2021 minimum".

Dans sa note publiée jeudi 9 décembre 2021 au soir, l'organisme précise que les vols exceptionnels de rapatriement (principalement vers l'Europe et en particulier la France) se trouvaient toujours soumis à des autorisations des autorités marocaines. Khalid Aït Taleb, ministre marocain de la Santé, a indiqué que son gouvernement étudiait la possibilité de rapatrier ses ressortissants bloqués à l'étranger depuis la fermeture des frontières aériennes. De son côté, sur les réseaux sociaux, Royal Air Maroc communique sr le maintien de ses "vols spéciaux déjà programmés entre le 10 et le 13 décembre 2021, au départ du Maroc et à destination de la Belgique, Espagne, France, Italie et Mauritanie". Air Arabia souligne également que "les vols de rapatriement au départ du Maroc sont toujours opérationnels". La compagnie aérienne prévoit des départs vers la France, la Belgique, l'Espagne et la Suisse jusqu'au 13 décembre 2021.

Les liaisons maritimes passagers sont elles aussi suspendues jusqu'au 31 décembre 2021.

Ryanair et easyJet n'opèrent plus sur le Maroc

Une première annonce, le 28 novembre 2021, prévoyait une fermeture des frontières pendant deux semaines à compter du lundi 29 novembre 2021 à 23h59. Le Comité interministériel marocain de suivi de la pandémie justifiait alors cette décision par sa volonté de "préserver les acquis réalisés par le Maroc dans la lutte contre la pandémie et de protéger la santé des citoyens". Quelques heures avant, le Maroc avait suspendu les vols réguliers à destination et en provenance de la France à cause de la recrudescence des contaminations et de l'arrivée du variant Omicron.

Début décembre 2021, Ryanair avait préféré ne plus desservir le Maroc jusqu'au 1er février 2022, "en raison d'un manque de clarté de la part du gouvernement marocain concernant son interdiction de vol". La compagnie low cost suivait une décision similaire prise par sa rivale easyJet quelques heures plus tôt, qui elle évoquait le fait que ses pilotes refusaient de prendre le risque de mettre en danger la sécurité des passagers en cas de rapatriement d'un patient atteint du Covid-19 refusé sur le sol marocain.

Selon le centre de ressources sur le coronavirus de la Johns Hopkins University, le Maroc a connu, depuis le début de la pandémie, 951 092 cas de Covid-19 et 14 794 décès (dont 60 sur les vingt-huit derniers jours).

Des indemnités pour les professionnels du tourisme

Le tourisme marocain, qui comptait sur cette période pour sauver son année 2021, accueille mal cette prolongation. D'autant plus que ses acteurs espéraient, sur la foi d'une rumeur vite démentie par le ministère de la Santé, une reprise pour ces fêtes de fin d'année. Déjà, voici quelques jours, les professionnels, par la voix de Mohamed Semlali, président de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM), estimaient que la suspension des lignes aériennes et maritimes pourrait constituer "un coup fatal au secteur." Ils en appelaient à des actions urgentes.

Jeudi 9 décembre 2021, le gouvernement marocain a publié un décret comprenant une série de mesures destinées à soutenir les salariés du secteur du tourisme. Une indemnisation sera accordée par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) pour la période comprise entre septembre et décembre 2021, mais seulement pour les salariés exerçant dans les secteurs liés au tourisme et principalement l'hébergement hôtelier, le transport touristique et les guides. A condition cependant qu'ils soient déclarés à la CNSS depuis au moins février 2020.

Israël ferme jusqu'à la veille de Noël

Dimanche 28 novembre 2021, Israël avait été le premier pays à fermer ses frontières aux ressortissants étrangers pour se protéger du variant Omnicron décelé sur une vingtaine de cas avec une suspicion sur une centaine d'autres. Le délai prévu de quatorze jours pour cette mesure vient d'être prolongé, jeudi 9 décembre 2021, encore de dix jours à compter du 12 décembre 2021.

Tous les Israéliens vaccinés contre la Covid-19 arrivant dans le pays, même avec un schéma de trois doses, devront passer un test PCR à leur arrivée à l'aéroport Ben Gourion avant d'observer une quarantaine à domicile. Les passagers seront obligés de s'astreindre à un deuxième test au troisième jour de leur arrivée pour, s'il est négatif, rompre leur isolement. Ceux non vaccinés ou n'ayant pas reçu la troisième dose alors que la seconde dose a été inoculée depuis plus de six mois resteront pendant sept jours à l'isolement.

Toujours selon le centre de ressources sur le coronavirus de la Johns Hopkins University, Israël a enregistré 1,35 million de cas confirmés depuis le début de la Covid-19 et 8 210 décès. 63,93% de sa population dispose d'un schéma vaccinal complet.




   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info