Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info


         Partager Partager

Le Liban tente de relever le défi d'une bonne saison touristique estivale


Rédigé par , le Jeudi 28 Juillet 2022 - Lu 1046 fois


Le Liban dispose de nombreux atouts touristiques. Ici le Château de Sidon, bâti par les croisés, à Saida (photo: ministère libanais du tourisme)
Le Liban dispose de nombreux atouts touristiques. Ici le Château de Sidon, bâti par les croisés, à Saida (photo: ministère libanais du tourisme)
LIBAN. "Malgré les tensions politiques, la stabilité est toujours bien présente... Des infrastructures sont disponibles dans de nombreuses villes, qui attirent le tourisme entrant", assure Walid Nassar. Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision américaine en arabe Alhurra TV, le ministre libanais du tourisme se veut confiant. Il attend des revenus touristiques d'environ 3,5 mrds$ (3,3 mrds€) durant la saison estivale.

Fin juin 2022, il évoquait déjà un chiffre compris entre 3 et 3,5 mrds$ parlant d'"un été prometteur".

Selon les statistiques officielles, sur les six premiers mois de l'année 2019, ils étaient 923 820 à se rendre au Liban et plus que 199 700 sur la même période en 2020.

Plus de 4 millions de touristes visitait ce pays sur les neuf premiers mois de l'année avant la pandémie. Ce nombre ne devrait pas, selon Walid Nassar, dépasser les 1,2 million du début de l'année à fin septembre 2022. Et encore, à condition que ses prévisions s'avèrent juste.

Un taux de change favorable aux touristes étrangers

Le Liban a lancé en novembre 2021 une campagne de promotion mettant en avant un nouveau slogan controversé: "On t'aime dans ta folie", tiré d'une chanson de la star libanaise Fayrouz.

A son origine, Walid Kanaan, directeur de création de l'agence TBWA, justifiait pourtant son accroche avec emphase: "C’est notre pays, un pays fou… fou dans sa vie nocturne, fou dans sa gastronomie et sa générosité. Et peu importe à quel point la situation au Liban est folle, on ne peut que dire “on t’aime dans ta folie”. A l'époque, Najib Nikati, Premier ministre libanais, ne s'était pas privé d'une pique. "Si les ministres permettent ‘’on t'aime dans ta folie’’ – le Liban n’est pas fou… peut-être est-ce la façon dont il a été géré qui a conduit à cela", commentait-il.

Voici deux ans que le pays du Cèdre vit dans un état de crise socio-politico-économique permanente. Cette situation demeure peu propice pour attirer des touristes. Leurs devises s'avèrent pourtant essentielles pour remplir les caisses vides d'un pays en cessation de paiement depuis mars 2020 et dont la monnaie nationale à perdu 91,96% de sa valeur face au dollar par rapport à 2020. La bonne nouvelle, c'est que ce taux de change est largement favorable aux touristes étrangers.

"Les institutions touristiques ne font aucun profit"

Les revenus touristiques très convoités représentent aujourd'hui quelque 10% du PIB contre près de 25% (8,6 mrds$ en 2019) avant la crise sanitaire. Plusieurs hôtels ont fermé leurs portes, notamment à Beyrouth. "Mais plus de 120 maisons d'hôtes ont ouvert à travers le pays et les prix des services touristiques sont concurrentiels" par rapport aux pays voisins, rassure Walid Nassar.

"Les défis les plus importants auxquels est confronté le tourisme entrant dans le pays sont le manque d'électricité, qui oblige les services publics à acheter du carburant pour les générateurs à des prix élevés... les institutions touristiques ne font actuellement aucun profit", reconnaît-il cependant.

Selon le ministre libanais, "les touristes connaissent la réalité du Liban, et pourtant, ils continuent de visiter le pays." 334 000 ont été accueillis en juin 2022 et 220 000 en mai 2022. Ce contingent est constitué "à 75% de Libanais de la diaspora", précise-t-il se fiant aux réservations déjà enregistrées. Ces derniers font leur retour après avoir boudé la destination les deux étés précédents.

"Les autres sont des étrangers venant principalement d'Égypte, d'Irak, de Jordanie et des pays du Golfe", poursuit Walid Nassar.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info