Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

Le Liban et la Tunisie enregistrent les plus fortes capacités productives des pays méditerranéens en développement




La Tunisie se voit attribuer le troisième plus haut indice des capacités productives du continent africain (photo : F.Dubessy)
La Tunisie se voit attribuer le troisième plus haut indice des capacités productives du continent africain (photo : F.Dubessy)
MONDE. La Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement (CNUCED) a lancé, lundi 8 février 2021, un indice des capacités productives (ICP). Déterminé par huit composants* et quarante-six indicateurs, avec des performances notées de 1 à 100, il permet de mesurer la capacité de ses 193 Etats membres à réaliser leur transformation socio-économique.
La CNUCED définit les capacités productives comme les ressources productives, les capacités entrepreneuriales et les liens de production qui, ensemble, déterminent la capacité d'un pays à produire des biens et des services qui lui permettent de croître et de se développer.

"Ce nouvel outil va aider les pays en développement à améliorer leurs politiques de développement et à réduire la pauvreté. Il va aussi renforcer leur résilience économique face à des chocs tels que celui de la pandémie de coronavirus qui dévaste les économies du monde entier", souligne un communiqué de l'organisme basé à Genève. Les données de l'ICP ont été collectées entre 2000 et 2018 et sont désormais toutes disponibles sur le site statistiques de l'agence onusienne. Elles se veulent "un guide pratique et un outil de diagnostic destine à éclairer les choix en matière de politique commerciale et de développement au niveau national", comme l'indique Paul Akiwumi, directeur de la division de la CNUCED pour l'Afrique et les pays les moins avancés.

La Tunisie première au sud de la Méditerranée

Avec un ICP de 33,7 pour la dernière année de référence des données (2018), le Liban se classe en tête des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée. La Tunisie (33,2 d'ICP, le même que le Monténégro) le seconde obtenant la troisième place du continent africain derrière l'Afrique du Sud (74e mondiale avec 34 d'ICP) et l'Île Maurice (46e avec 37,4 d'ICP). La Tunisie enregistre d'excellents scores sur les catégories secteur privé (indice de 83,8), capital humain (56,8) et capital naturel (58).

"Alors que les pays luttent contre la crise sanitaire, renforcer les capacités productives de leurs économies pour tendre vers une croissance inclusive et durable est plus nécessaire que jamais", commente Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la CNUCED.

A titre de comparaison, dans la région, l'Algérie n'atteint qu'un Indice des capacités productives de 27,8, la Libye de 24,2, l'Égypte de 29,4 et le Maroc de 30,5. Plus à l'est, la Jordanie se situe à 31 d'ICP, la Syrie à 24,7, et la Palestine à 31,3. "D’une manière générale, de nombreux pays en développement, en particulier les pays les moins avancés et les pays enclavés, se trouvent en recul dans tous les domaines de l’ICP, à l’exception du capital naturel. "C’est en grande partie dû à leur dépendance excessive aux exportations de matières premières et à une production limitée à quelques secteurs", indique un communiqué de la CNUCED. Le texte relève notamment "des lacunes significatives" dans des aspects clés liés aux capacités productives, notamment en lien avec les changements structurels, les institutions, l’énergie, les technologies de l’information et de la communication (TIC) et le capital humain". Ainsi, la Turquie n'atteint qu'un indice de 34,3, handicapée par ses notes obtenues en terme de transport (18,2) et et de TIC (12,7).

"Il n'existe pas de feuille de route universelle pour favoriser le développement des capacités productives et la transformation structurelle d’une économie", précise Paul Akiwumi. Selon lui, "les politiques doivent être élaborées au niveau national en prenant en compte les contraintes, les opportunités et les avantages comparatifs propres à chaque pays."


* Capital humain, capital naturel, énergie, transport, technologies de l'information et de la communication (TIC), institutions, secteur privé, changement structurel.

Eric Apim
Mardi 9 Février 2021

Lu 2587 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Où en est le Partenariat Euro-Méditerranéen ?

Henry Marty-Gauquié, membre du Conseil scientifique d’Euromed IHEDN
avis d'expert


Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.