Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Le Liban en plein chaos économique


Rédigé le Mardi 18 Février 2020 à 16:10 | Lu 1672 commentaire(s)

Tous les chiffres macro-économiques du Liban sont passés au rouge en 2019.


Le Liban croule sous la dette. Photo Berd.
Le Liban croule sous la dette. Photo Berd.
LIBAN. Selon l’Administration centrale de la statistique (ACS) du Liban, le PIB réel du pays (hors inflation) a reculé de 4% au premier semestre 2019 par rapport au premier semestre 2018. Le PIB nominal dévisse moins, mais chute toute de même de -1,5% sur la même période. Le chiffre du second semestre n'est pas connu, mais il ne fait plus aucun doute que le Liban a subi en 2019 une période de récession. Le taux devrait se situer entre -2 et -4% selon les experts.
 
Les autres indicateurs ne sont pas meilleurs. L'endettement du pays, plus de 92 mrds $, représente environ 160% de son PIB. Le Liban souffre d'un grave déficit de sa balance des paiements et d'un déficit budgétaire de 11,9% en 2019 selon la Banque Mondiale. Sur la marché non officiel, la livre libanaise ne cesse de se déprécier face au dollar. L’Association des Banques du Liban (ABL) plafonne les retraits en devises et les transferts de fonds à l’étranger. Le chômage concernerait 40% de la population active. En novembre 2019, la Banque mondiale estimait que la moitié de la population passera à court terme sous le seuil de pauvreté.

Le FMI prêt à aider, mais sous conditions

Les grandes agences de notation ont toutes dégradé la note souveraine du Liban, entraînant mécaniquement une hausse des taux d'intérêts et donc une charge de la dette encore plus lourde. Le 9 mars 2020, le pays devra rembourser 1,2 mrds$ d'obligations. Avec quel argent ? Personne ne semble le savoir. Le Liban n'échappera pas à une restructuration de sa dette.

Le gouvernement a déjà fait appel au FMI (Fonds monétaire international) pour l'assister dans cette délicate mission. Comme à son habitude, le FMI et la communauté internationale vont conditionner toute aide à la mise en place de réformes politiques et de mesures d'austérité. Des demandes déjà faites en 2018, mais sans aucune réponses du gouvernement libanais pour l'instant.




Lire aussi :
< >

Mercredi 1 Décembre 2021 - 12:35 La Méditerranée confrontée à l'inflation