Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


Le FMI prévoit une résilience des économies des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée dès 2021


Les perspectives publiées par le Fonds monétaire international montrent une résilience rapide, dès 2021, des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée après une croissance négative en 2020 conséquence de la crise économique causée par le confinement dans le monde entier.


            Partager Partager

La croissance devrait vite repartir à la hausse en Egypte comme dans les autres pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
La croissance devrait vite repartir à la hausse en Egypte comme dans les autres pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. Face aux conséquences économiques du coronavirus, le Fonds monétaire international prévoit une forte baisse du Produit intérieur brut (PIB) des pays du Sud et de l'Est de la Méditerranée en 2020. Leurs économies devraient cependant retrouver, en 2021, la croissance.

Les chiffres de l'institution pour la Libye - pays en guerre civile et dont les exportations de pétrole sont bloquées - indiquant une chute de 58,7% de son PIB en 2020, avant un rebond +80,7%, demeure anecdotique.

Par contre, les projections sur les trois pays d'Afrique du Nord, montrent bien une rapide résilience. L'Algérie devrait constater une chute de son PIB de 5,2% en 2020 (en hausse de 0,7% en 2019) puis voir sa croissance se porter à 6,2% en 2021. La Tunisie passerait elle d'un recul de 4,3% en 2020 (1% en 2019) à une progression de 4,1% en 2021 et le Maroc de -3,7% (+2,2% en 2019) à +4,8% pour les mêmes années.

L'Egypte sera l'un des rares pays de la région à afficher une croissance de +2% en 2020 et de +2,8% en 2021. Mais, pour une hausse de son PIB de 5,6% en 2019 et avec la plus forte inflation des pays cités dans cet article (7,2% en 2021 contre 4,9% en 2020), hors Libye (+15,1%).

Plus à l'Est, la Jordanie fera deux fois plus que compenser ses pertes de 2020 (-3,7%) avec une croissance de +3,7% en 2021, soit 1,7 points de plus que celle de 2019. Le Liban voisin, a déjà vu chuter son PIB de -6,,5 % en 2019. Il devrait poursuivre son effondrement avec - 12% en 2020. Face aux nombreuses incertitudes sur ce pays, en défaut de paiement depuis mars 2020, le FMI ne se prononce pas sur 2021. Quand à Gaza et la Cisjordanie, leur PIB tombera à -5% en 2020 pour remonter à 6,5% en 2021.

Des mesures déjà prises pour limiter la casse

L'impact du coronavirus devrait continuer à se faire ressentir sur le tourisme en 2021 en Tunisie (photo : F.Dubessy)
L'impact du coronavirus devrait continuer à se faire ressentir sur le tourisme en 2021 en Tunisie (photo : F.Dubessy)
"La contraction mondiale projetée et la baisse dramatique de la demande mondiale qui en résulte ont déjà entraîné de fortes chutes dans les prix internationaux des produits de base qui affectent les exportateurs de produits alimentaires et non pétroliers", comme la Jordanie, le Maroc et la Tunisie, pointe le rapport du FMI. L'institution s'attend à "des chocs supplémentaires de l'offre et de la demande" liés aux conséquences de la pandémie sur "le commerce, le tourisme, les envois de fonds, les conditions financières mondiales et les retombées sur les conditions de crédit intérieures, ainsi que les mesures de confinement." Ceci pourrait freiner sévèrement les échanges commerciaux et le développement du tourisme, notamment en Egypte et en Tunisie.

Le FMI a déjà apporté une aide financière à la Jordanie et à la Tunisie pour les aider à lutter contre les conséquences de la pandémie. Il se félicite des mesures prises par tous les pays de la région : augmentation des transferts sociaux et des subventions pour des ménages ciblés en utilisant les programmes de protection sociale (Egypte, Maroc, Tunisie) ou recours aux transferts financiers en faveur des chômeurs et des auto-entrepreneurs (Egypte, Tunisie). L'Egypte et la Jordanie ont assisté les entreprises affectées dans les secteur du tourisme ou exportatrices. Le Maroc et la Tunisie sont venus en aide aux Pme par le biais de prêts garantis et subventionnés, voire par des exonérations fiscales en Egypte ou des reports au Maroc.

"La pandémie actuelle devrait donc augmenter les déficits publics d'environ 1,5% en moyenne, jusqu'à plus de 2% du PIB en Egypte et au Maroc", souligne le rapport. Le texte précise que certains pays ont réduit leur taux directeur monétaires (Jordanie, Tunisie) avec des baisses pouvant atteindre les 25 points de base comme au Maroc et même 300 points en Egypte.

Lire le rapport "Regional economic outlook - Middle east and central Asia 2020" du FMI

La rédaction
Jeudi 16 Avril 2020

Lu 3569 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)
Grand angle

Covid-19 : L'Europe et l'après-crise économique déclenchée par la pandémie

Henry Marty-Gauquié, membre du groupe d'analyse JFC Conseil




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.