Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

Le Conseil européen tend la main à Ankara, tout en se montrant ferme en cas de refus


Rédigé par le Vendredi 2 Octobre 2020 | Lu 1031 commentaire(s)


Charles Michel veut maintenir le dialogue avec Recep Tayyip Erdogan - ici les deux hommes réunis en mars 2020 - mais menace de sanctions (photo : Conseil européen)
Charles Michel veut maintenir le dialogue avec Recep Tayyip Erdogan - ici les deux hommes réunis en mars 2020 - mais menace de sanctions (photo : Conseil européen)
UE / TURQUIE. Suite à la réunion spéciale du Conseil européen (1er et 2 octobre 2020), Charles Michel, son président, a annoncé, vendredi 2 octobre 2020 sur Twitter, vouloir "donner une chance au dialogue politique" dans le cadre des différends entre l'Union européenne et la Turquie en Méditerranée orientale à propos de la prospection d'hydrocarbures.

Les chefs d'Etat et de gouvernement ont réaffirmé leur "pleine solidarité avec la Grèce et Chypre, dont la souveraineté et les droits souverains doivent être respectés", précise un communiqué. Le texte souligne qu'"un environnement stable et sûr en Méditerranée orientale et l'instauration de relations avec la Turquie fondées sur la coopération et mutuellement avantageuses relèvent de l'intérêt stratégique de l'UE".

"Nous nous sommes mis d'accord sur une approche à deux voies pour la Turquie", indique Charles Michel. L'UE a ainsi décidé d'améliorer certaines coopérations avec Ankara, comme par exemple avec la relance de l'union douanière, à condition que la Turquie cesse ses forages illégaux dans les eaux de Chypre, pays européen soutenu par ses pairs.

Une conférence multilatérale sur la Méditerranée orientale ?

La deuxième voie est donc bien celle de la menace de sanctions. "En cas de nouvelles provocations, nous utiliserons tous les instruments à notre disposition", prévient Charles Michel. Les dirigeants européens vont maintenant observer la réaction de Recep Tayyip Erdogan à cette main tendue. Ils jugeront d'ici à la fin de l'année 2020 - en décembre se déroulera un nouveau Conseil européen - "si des développements positifs ont été enregistrés", souligne le président du Conseil. Ils réclament une conférence multilatérale sur la Méditerranée orientale. Le président turc avait aussi réclamé, le 22 septembre 2020, la tenue d'une conférence régionale pour régler ls litiges territoriaux en Méditerranée orientale.

La veille, jeudi 1er octobre 2020, le président turc a assurer vouloir "maintenir les voies du dialogue ouvertes" avec l'UE. il a d'ailleurs trouvé un accord le même jour à l'Otan avec la Grèce sur un mécanisme destiné à éviter les conflits. Vendredi 2 octobre 2020, réagissant aux propos de Charles Michel, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a cependant relever que "l'usage continu d'un discours de sanctions n'est pas constructif (...) l'UE doit comprendre qu'elle ne peut rien obtenir de cette manière."










Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter









Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook