Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

Le Centre de Marseille pour l'intégration en Méditerranée prend une nouvelle dimension


Les membres fondateurs du CMI comme les personnalités indépendantes qui composent son conseil scientifique lancent l'organisation sur de nouvelles pistes de travail en phase avec les besoins exprimés au sud et à l'est de la Méditerranée.



Le CMI cherche de nouvelles pistes pour aider les pays méditerranéens (photo DR)
Le CMI cherche de nouvelles pistes pour aider les pays méditerranéens (photo DR)
MÉDITERRANÉE. Du concret. C'est ce que le conseil scientifique du Centre de Marseille pour l'intégration en Méditerranée (CMI) propose aux peuples du printemps démocratique. En novembre 2010, célébrant son premier anniversaire, le CMI avait reçu un joli satisfecit de la part de ses fondateurs, la Banque européenne d'investissement; (BEI), la Banque mondiale et les ministères ou organismes financiers français. Notamment parce que le CMI avait très vite démarré ses travaux: un guide sur les bonnes pratiques en termes de construction et de développement des technopôles méditerranéens a déjà été réalisé. Dans le même temps, une vaste évaluation des universités du sud a démarré, sur la base de critères définis par ces établissements.

Aujourd'hui, pour le CMI comme pour les autres organisations internationales présentes au sud de la Méditerranée, la donne a changé. Chacun à sa façon tente de retrouver ses marques, en adaptant ses projets aux besoins récemment exprimés par les peuples du printemps démocratique. Et dans cet exercice, le CMI peut faire valoir ses arguments. La jeune structure, qui mêle en son sein acteurs publics et privés, dispose de moyens conséquents (son budget est de 16 M€ pour trois ans). Mais, conçue comme une plateforme participative, elle n'est pas tenue par les lourdeurs de la diplomatie. Ce qui lui permet d'agir plus rapidement.

Ce sont ces atouts que le conseil d'administration comme le conseil scientifique du Centre mettent aujourd'hui en avant. Le CMI proposera très rapidement des projets transversaux d'accompagnement de la transition démocratique couvrant ses cinq domaines d'intervention : développement urbain, environnement, compétences, emploi et mobilité des travailleurs, transport et logistique ainsi qu'innovation et technologie. Acteurs privés et publics sont tombés d'accord pour travailler sur quatre aspects : la gouvernance publique, le développement d'une croissance inclusive, le passage à une économie de la connaissance et l'intégration économique régionale.

Le CMI au G7

Le rôle des petites et moyennes entreprises est jugé décisif dans la mise en place d'une nouvelle forme de gouvernance, notamment parce que leur développement permettra de régler la question clé de l'emploi. Si cet avis est partagé autour de la Méditerranée, les membres du conseil scientifique du CMI ont toutefois rappelé que c'est de l'économie libérale que sont nées les dictatures de l'égyptien Moubarak et du  tunisien Ben Ali. L'opinion publique doit être ménagée pour gérer cette transition vers un système d'entreprises indépendantes, détachées du pouvoir.

Dans les semaines à venir, le CMI livrera donc une série de propositions pour permettre aux peuples de prendre en main l'avenir économique de leur pays, sans attendre que les questions constitutionnelles soient réglées. Néanmoins, les représentants du secteur privé au sein du conseil scientifique ont insisté pour que chacun des projets mis en œuvre au sud soient assortis d'une obligation de respecter les principes de la démocratie.

Le CMI sera en outre présent lors du G8 Broader MENA en juin prochain, puis de la réunion des Ministres des Finances du G7, en septembre, à la fois pour enrichir ses propres réflexions et apporter son expérience.

Article réalisé en partenariat avec la BEI

Lire aussi :

CMI : l'intégration méditerranéenne passera par le pragmatisme 
OCEMO : Création du réseau des réseaux méditerranéens 
Les villes nouvelles durables posent une première pierre vers une concertation méditerranéenne 
Mats Karlsson : Le développement de la Méditerranée passe par l'intégration 


Lundi 4 Avril 2011




Lu 2154 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >












Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA