Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






Le Canal d'Istanbul trace sa voie


Le Canal d'Istanbul devrait voir le jour en 2023. Voulu par Recep Tayyip Erdogan pour désengorger le Détroit du Bosphore, le tracé de ce projet faramineux de quarante-cinq kilomètres de long vient d'être dévoilé.


            Partager Partager

Le détroit du Bosphore se trouve saturé (photo : F.Dubessy)
Le détroit du Bosphore se trouve saturé (photo : F.Dubessy)
TURQUIE. Canal de Panama, Canal de Suez... le commerce maritime devra aussi compter avec le Canal d'Istanbul (Kanal İstanbul). Le projet lancé en avril 2011 par Recep Tayyip Erdogan - ancien maire d'Istanbul et alors seulement premier ministre - franchit une nouvelle étape décisive pour son avenir. Son tracé vient en effet d'être dévoilé par Ahmet Arslan, ministre turc des transports. Démarrant au niveau du lac de Küçükçekmece (rive européenne de la ville) près de la mer de Marmara, il débouchera à Durusu, près de la mer Noire et à l'est du barrage Terkos. Le tout, via le barrage de Sazlıdere.

Cette voie d'eau artificielle entre la mer Noire et la mer de Marmara sera construite en parallèle au Bosphore pour désengorger le détroit du même nom qui accueille entre 40 et 56 000 bateaux annuellement. Mais aussi réduire les risques liés au transport de produits dangereux, beaucoup de pétroliers utilisant cet axe.

D'une longueur de 45 km (au lieu des 50 prévus dans un premier temps) et profond de 25 mètres, il comprendra six ponts et plusieurs villes nouvelles le long de son tracé avec la construction de 500 000 logements (1,2 million d'habitants) dont certains se trouvent déjà en chantier.

Inauguration prévue en 2023

Ahmet Arslan lors de la présentation du tracé du Canal d'Istanbul (photo : Ministère turc des Transports)
Ahmet Arslan lors de la présentation du tracé du Canal d'Istanbul (photo : Ministère turc des Transports)
Le coût du projet n'a pas été révélé mais le gouvernement turc a déjà annoncé qu'il sera cofinancé par un partenariat public-privé (PPP) et Ahmet Arslan dévoilait, lundi 15 janvier 2018, qu'il sera le plus cher du pays. Lors de son annonce, Recep Tayyip Erdogan, aujourd'hui président de la République, avait envisagé de bloquer une enveloppe de 10 mrds$ (8,2 mrds€) pour le seul Trésor turc. Si l'on en croit le ministre des Transports, le montant devrait donc dépasser les 22 mrds€, investissements prévus pour le troisième aéroport d'Istanbul, projet le plus ambitieux actuellement du pays.

Le nouveau canal disposera d'une capacité de 160 navires par jour et pourrait être payant. Les autorités turques ne souhaitent pas le soumettre à la Convention de Montreux. Cet accord international - signé par dix Etats dont la Turquie - régit depuis novembre 1936 les détroits et permet la libre circulation des navires de commerce, quelque soit leur pavillon et en temps de paix, et les petits navires de guerre sous certaines conditions, dans les détroits des Dardanelles, du Bosphore et de la mer Noire.

Les travaux de construction du Canal proprement dit devaient démarrer en mai 2013. Aucune nouvelle date n'a pour l'instant été communiqué. Mais un impératif politique demeure : son inauguration doit avoir lieu en 2023, pour fêter le 100e anniversaire de la fondation de la république turque. C'est du moins ce qu'exige le gouvernement turc...

"Le processus des appels d'offres du Canal seront achevés d'ici à la fin de l'année 2018 pour pouvoir commencer à creuser", précise Ahmet Arslan dans un communiqué.

Le tracé retenu avec à droite le détroit du Bosphore (carte : DR)
Le tracé retenu avec à droite le détroit du Bosphore (carte : DR)
UN CANAL DÉJÀ HISTORIQUE

Le premier projet de Canal reliant la mer Noire à la mer Marmara date du XVIe siècle avec Soliman le Magnifique.

Depuis, au fil des siècles, l'idée revenait régulièrement à la surface. Au plus proche de nous, c'est en 1813 que des études sont commandées (sans suite) puis que le Canal est annoncé le 17 janvier 1994 dans une proposition électorale de Bülent Ecevit. Le futur premier ministre (1999 à 2002) deviendra bien député de la province d'Istanbul deux ans plus tard mais la promesse est oubliée.

Le gant ne sera relevé que vingt ans plus tard par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan qui fait ressurgir le Canal d'Istanbul lequel devrait cette fois-ci être mené à terme.



Mardi 16 Janvier 2018

Lu 2697 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 10,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE




À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.