Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La ville bosnienne de Neum bientôt enjambée par un pont pour assurer une continuité territoriale à la Croatie



            Partager Partager

Neum est le seul accès à la mer de la Bosnie-Herzégovine (photo : G. Vale)
Neum est le seul accès à la mer de la Bosnie-Herzégovine (photo : G. Vale)
BOSNIE-HERZÉGOVINE. Si vous avez voyagé le long de la côte dalmate en Croatie, vous l'avez certainement remarqué: le territoire croate s’interrompt - entre Split et Dubrovnik - pour faire place à un petit bout de Bosnie-Herzégovine, à peine vingt kilomètres de long. En été, il faut parfois une heure pour passer les quatre postes de frontière qui se succèdent avec de longues et inévitables files d'attente.

Mais quelle est l'origine de cette curieuse situation géographique et pourquoi la ville de Neum est-elle le seul port de la Bosnie-Herzégovine? La question est intéressante aussi parce que la Croatie construit actuellement un pont de 2,4 km pour contourner cette petite zone. Il s'agit du chantier le plus important du pays, d'une valeur de plus de 420 millions d'euros et financé en grande partie par l'UE.

Quelle que soit donc l'origine historique de Neum comme ville bosnienne, ses conséquences sont aujourd'hui remarquables. Ce reportage est un extrait du contenu du premier Guide des États disparus, consacré à la République de Venise et disponible ici.

C'est la faute à Raguse !

L'histoire de Neum est décrite dans le premier guide des Etats disparus consacré à Venise (photo : G. Vale)
L'histoire de Neum est décrite dans le premier guide des Etats disparus consacré à Venise (photo : G. Vale)
Tout d'abord, une anticipation. L'isolement de Dubrovnik est la faute de Dubrovnik elle-même! Ou mieux, de la République de Raguse, un petit Etat qui a existé à partir du 10ème siècle et jusqu'en 1808 et qui comprenait à l’époque ce qui est l’actuelle région de Dubrovnik.

Nichée parmi les différentes puissances qui contrôlent l'Adriatique et les Balkans pendant le Moyen-Âge et la Renaissance, la République de Raguse a réussi à rester indépendante pendant plusieurs siècles, grâce à une excellente diplomatie et à son principe directeur, qui était d’ailleurs la devise de la république: “Non bene pro toto libertas venditur auro”, "La liberté ne se vend pas pour tout l'or (du monde)”.

Aujourd'hui, pour faire une comparaison, cette devise semble un peu oublié. Dubrovnik est le champion du tourisme en Croatie avec plus de 2 millions de visiteurs par an, mais au prix d'un centre historique dépeuplé et d’une monoculture économique très fragile (notamment en ces semaines de crise globale).

Tremblement de terre

Mais revenons à la fière république de Raguse. La ville fortifiée, “perle de l'Adriatique” comme on la définit souvent, vit une histoire similaire à celle de Venise, quoique à plus petite échelle. Elle acquiert son autonomie au sein de l'Empire byzantin et s'impose lentement comme une ville marchande dans l’Adriatique du sud, avec des relations avec l'arrière-pays balkanique et la côte orientale de l'Italie. Au XIIIe siècle, elle passe brièvement sous le contrôle de la République de Venise mais, en 1358, elle devient indépendante, et elle le restera jusqu’à l'arrivée de Napoléon, près de cinq siècles plus tard.

Durant cette longue époque, la ville est florissante, elle reconnaît formellement la souveraineté hongroise et puis, après la bataille de Mohács (1526), ​​celle du sultan ottoman, devenant pour les marchands européens la porte d'entrée de l'Orient et des Balkans en mer Adriatique. La richesse de cette période demeure visible aujourd'hui, dans les imposants remparts, palais et églises. Et ce que nous voyons, ce n’est que la Raguse reconstruite après le tremblement de terre qui l'a détruite en 1667 !

« L’histoire de Neum et son origine en tant que port ottoman et, aujourd'hui, bosnien découle de la rivalité entre Venise et Raguse », explique Emir Filipović, historien à l'Université de Sarajevo. « Depuis le Moyen Âge, une relation conflictuelle s'établit entre les deux républiques, qui ne se disputent pas tant le contrôle de la mer Adriatique, où la Sérénissime domine, mais plutôt le commerce avec l'arrière-pays balkanique, où Raguse est très active », poursuit Filipovic.

La géographie locale nous aide à comprendre les choses: l'île de Korčula est un avant-poste vénitien, tandis que la péninsule de Pelješac appartient à Raguse. Les murs de Ston témoignent de la nécessité pour Raguse de protéger les marais salants des attaques de Venise, qui s’opposait à toute production de sel alternative à celle des villes qu’elle contrôlait directement. Entre les deux républiques, cependant, il n'y a pas de frontière terrestre commune, du moins tant que le Royaume de Bosnie tient le coup.

L'Empire ottoman dans les Balkans

Avec l'arrivée de l'Empire ottoman dans les Balkans, les choses changent. Le royaume de Bosnie cesse d'exister en 1463, mais pas avant avoir essayé à plusieurs reprises d'obtenir la protection de Venise, comme nous le dit Emir Filipović. « C'est un fait assez curieux. À deux reprises au XVe siècle, les rois de Bosnie offrent leur royaume à la Sérénissime. Ce n'est peut-être pas une proposition sérieuse, mais un moyen d'attirer l’attention et de demander de l'aide face à l'avancée ottomane, étant donné que la Bosnie et Venise entretiennent d'excellentes relations tout au long du Moyen Âge », analyse Filipović, « en tout cas, la cité des Doges, intéressée uniquement par la mer et le commerce, n'accepte pas cette offre. ».La Bosnie est donc conquise et avec la fin de ce royaume, l'espace entre les territoires vénitiens de Dalmatie et ceux de Raguse passe sous administration ottomane.

Dans ce contexte, s'inscrit donc l'histoire de Neum, qui devient une exception géopolitique en 1699. Cette année marque la fin d'une longue période de guerres entre les puissances chrétiennes d'Europe et l'Empire ottoman. Les dignitaires des royaumes, des empires et des républiques de l’époque se réunissent à Sremski Karlovci, en Voïvodine, pour discuter de ce que l'on appellera plus tard le traité de Karlowitz.

Venise arrive épuisée après la longue guerre de Candie (Crète), qui a duré 25 ans (1644–1669) et qui a été perdue contre les Ottomans, mais elle a aussi remporté quelques victoires, tant en Dalmatie qu'en Grèce (la Morée, ou le Péloponnèse, est maintenant entre les mains de la Serenissima). A Karlowitz, on refait alors la géographie des Balkans, sanctionnant le revers subi par les Ottomans. « Lors de la conférence de paix, les diplomates de Dubrovnik insistent sur un point : il ne doit pas y avoir de frontière commune entre Raguse et Venise. Pour cela, un espace tampon est créé. On concède que le sultan conserve au moins la ville Neum sur la côte dalmate », explique Filipović.

Le pont, l'UE et les Chinois

Le pont enjambant Neum devrait voir le jour fin 2020 (photo : G.Vale)
Le pont enjambant Neum devrait voir le jour fin 2020 (photo : G.Vale)
Les siècles qui suivent ne font que confirmer cette décision. La fin de la République de Venise et celle de Raguse ne changent pas le statut de Neum qui, même lorsqu'il intègre l'Empire austro-hongrois à la fin du XIXe siècle, est toujours considéré comme partie intégrante de la Bosnie sous l'administration austro-hongroise. Le royaume de Yougoslavie, puis la Fédération socialiste héritent également de cette géographie sans la modifier, jusqu'à l'indépendance de la Croatie et de la Bosnie-Herzégovine à la fin du XXe siècle et la naissance du problème d'isolement de Dubrovnik.

L'existence de Neum, en tant que seul port de la Bosnie-Herzégovine, devient alors un problème constamment adressé lors des discussions entre Zagreb et Sarajevo. Les deux gouvernements tentent pendant des années de trouver une solution commune qui faciliterait les déplacements sur la côte, puis la Croatie décide de construire un pont.

À l'été 2017, la Commission européenne approuve le financement de l'infrastructure : 357 millions d'euros sont assurés par Bruxelles, soit 85% des dépenses (estimées à 420 millions). Après un appel d'offres public remporté par une entreprise chinoise (la CRBC), les travaux ont commencé en 2018. Le pont mesurera 2,4 km et reliera le continent, près de Komarna, à la péninsule de Pelješac près de Brijesta. Il mesurera 55 mètres de haut et entraînera une distance de 280 mètres entre les piles en mer, afin de permettre le passage des bateaux à destination de Neum.

Le chantier sera complété d’ici la fin de l’année et sera relié au réseau routier croate par des rampes d'accès et de nouvelles routes tout au long de la péninsule, en direction de Ston. Signe des temps nouveaux: le pont qui reliera Dubrovnik au reste de la Croatie est la première grande infrastructure financée par l'UE et construite par une entreprise chinoise. Qu’en penseraient les diplomates de Raguse aujourd'hui?

Vendredi 27 Mars 2020

Lu 2727 fois




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 29 Mai 2020 - 15:32 Econostrum.info reprend son rythme normal


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


MED’INNOVANT AFRICA pour imaginer la ville méditerranéenne de demain


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée








Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.