Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La sécheresse impacte lourdement le taux de croissance du Maroc




La forte sécheresse a nui aux rendements (photo : Ministère marocain de l'agriculture et de la pêche maritime)
La forte sécheresse a nui aux rendements (photo : Ministère marocain de l'agriculture et de la pêche maritime)
MAROC. Le Maroc affiche un taux de croissance de 1,6% en 2016 contre 4,5% en 2015. Une chute importante pour un pays bénéficiant d'une croissance supérieure à 2,5 depuis 2001.

Selon Mohamed Boussaid, "une baisse très importante de la valeur ajoutée agricole" et une campagne 2015/2016 marquée par une pluviométrie déficitaire, expliquent cette décélération. Le ministre marocain de l'Economie et des Finances précise que la baisse de valeur ajoutée agricole atteint les 8% à cause de la sécheresse avec notamment une chute de 70% de la production céréalière qui passe à 33,5 millions de quintaux. "2016 a été l'année la plus sèche sur les trente dernières années", commente-t-il. Les productions oléicole (+24%), agrumicole (+7%) ainsi que l'élevage (+4 à +5%), les cultures maraîchères (+4 à +5%) et les cultures industrielles (+5%) permettent de tempérer ce recul. Tout comme le bon comportement des exportations et ses 9,2% de progression avec l'agriculture, l'industrie automobile et aéronautique, l'électronique et le textile.

En juin 2016, Bank al-Maghrib, la banque centrale du Maroc, tirait déjà la sonnette d'alarme envisageant un taux de croissance de 1,2% pour 2016, tout en pronostiquant un retour à 4% en 2017. Le Fonds monétaire international (FMI) envisageait lui, dès avril 2016, une croissance de 2,3% en 2016 et indiquait encore, en décembre 2016, que la fourchette se situerait entre 1,5% et 2%.
Le FMI anticipe également une croissance en 2017 et l'évalue à 4,4%.

Avec quatre millions d'emplois et une population rurale estimée à dix-huit millions de personnes (49% de l'ensemble des ménages marocains), l'agriculture représente 14% du PIB du Maroc.

D'autre part, le déficit du pays affiche 3,9% du PIB contre 4,2% en 2015. "Malgré un contexte international défavorable, un faible niveau de croissance, le coût de certaines mesures fiscales et la non réalisation des prévisions au titre des dons du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le déficit budgétaire a poursuivi sa trajectoire baissière pour se situer autour de 3,9% du PIB", indique Mohamed Boussaid. Maîtrise des dépenses courantes (baisse de 0,1%) et mobilisation des recettes fiscales (en hausse de 4,1%) parviennent à éviter le creusement du déficit.




Lundi 30 Janvier 2017



Lu 2278 fois

Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

Le wahhabisme saoudien en Afrique de l'Ouest


avis d'expert

Laurence-Aïda Ammour, analyste en sécurité et défense pour l'Afrique du Nord-Ouest, associée au groupe d’analyse de JFC Conseil


 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA















EMISSIONS RADIOS RTS


Angélique Kourounis et Thomas Jacobi, présentent leur dernier documentaire :

 

AUBE DOREE,
UNE AFFAIRE PERSONNELLE  

 
   • Mon fourgon, ma maison
   • Aube Dorée, attention danger



Suivez econostrum.info en direct sur Facebook








Les articles écrits en anglais

  L'actualité économique
en Méditerranée, avec le soutien
de nos partenaires :
Femise
 
PlanBleu          avitem
 
Euromediterranee    APIM
Région PACA          EDF