Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info





La rue libanaise réclame la démission du gouvernement Hariri



            Partager Partager

Le premier ministre libanais Saad Hariri se trouve en situation très délicate (photo : Gouvernement libanais)
Le premier ministre libanais Saad Hariri se trouve en situation très délicate (photo : Gouvernement libanais)
LIBAN. La rue libanaise poursuit sa révolte contre le gouvernement, principalement à Beyrouth, Saïda et Tripoli où des manifestations se sont encore déroulées vendredi 18 octobre 2019, déclaré jour de grève générale. Universités, banques, institutions publiques, écoles sont restées fermées. Le conseil des ministres prévu dans l'après-midi a été annulé.

Les manifestants déplorent la corruption et l'affairisme des politiques ainsi que les conditions de vie très difficiles. Ils réclament la démission du gouvernement de Saad Hariri - reconduit en janvier 2019 - et un changement de régime au cours de marches émaillées de violence avec des barricades de pneus en feu, des blocages d'axes routiers et des portraits de Saad Hariri brûlés.

Le feu aux poudres a été mis par l'annonce, mercredi 16 octobre 2019 au soir, de deux nouvelles taxes : une sur le tabac et une sur les appels effectués via les applications de messagerie internet comme Whatsapp, Viber, FaceTime et autre VoIP. Quelques heures plus tard, Mohammad Choucair, ministre libanais des Télécommunications, faisait subitement marche arrière indiquant renoncer à la taxe sur les appels. Le projet prévoyait de faire payer l'équivalent de 20 cents américains (18 centimes d'euros) pour chaque communication et devait rapporter 250 M$ dans les caisses de l'Etat. Mohammad Choucair a même dû démentir, vendredi 18 octobre 2019 en milieu d'après-midi, des rumeurs de fermeture du réseau internet.

La troisième dette la plus importante du monde

La croissance économique dans ce pays n'a atteint que les 0,2% en 2018 (chiffre du FMI), plombée par le recul des investissements et l'arrivée en masse des réfugiés syriens. Dans un rapport publié en septembre 2019, l'Institut de la finance internationale (IFI qui rassemble 500 banques et institutions financières du monde entier) lui prédisait une récession en 2019 alors que le gouvernement tablait sur une croissance de 1%.

La dette intérieure libanaise dépasse les 86 mrds$ (77 mrds€) soit plus de 150% du PIB. Il s'agit du troisième taux le plus élevé au monde après le Japon (238% à fin 2018) et la Grèce (181% au premier trimestre 2019). Le rapport de l'IFI, déjà cité ci-dessus, envisage lui une dette 2019 à 151,8% du PIB.

En avril 2018 lors d'une conférence internationale à Paris, Beyrouth s'était engagé à des réformes en contrepartie de promesses de dons et de prêts d'une montant total de 11,6 mrds$ (10,4 mrds€).

Vendredi 18 Octobre 2019

Lu 1589 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Pour des modèles économiques innovants et soucieux du développement durable

Abdelmajid Iraqui, vice-président CGEM Rabat-Salé-Kénitra
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.