Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La réforme portuaire française entre enfin en application


Les transferts des portiques et de leurs conducteurs prévus par la loi du 4 juillet 2008 ont débuté dans les Grands Ports Maritimes. Ils devraient être finalisés dans les prochaines semaines. Pour emporter l’adhésion du millier de salariés concernés en France (450 à Marseille), une prime de transfert a été accordée. Elle est de près de 10 000 € à Marseille et de 15 000 € au Havre.


            Partager Partager

Les portiques ainsi que leurs conducteurs servant à charger et décharger les navires sont en train d'être transférés au privé (Photo DR)
Les portiques ainsi que leurs conducteurs servant à charger et décharger les navires sont en train d'être transférés au privé (Photo DR)
FRANCE. La réforme portuaire entre enfin en application en France. Après trois ans d’âpres négociations et de nombreuses grèves de la CGT ayant durement pénalisé les ports et les entreprises y travaillant. La loi du 4 juillet 2008 qui prévoit notamment les transferts au privé des grues et portiques et des salariés qui les conduisent pour obtenir une unicité de commandement et donc une plus grande efficacité, est enfin mise en œuvre.

Les transferts ont commencé cette semaine.
 
Si au Havre, les 200 salariés concernés ont été transférés à des sociétés de manutention privées, à Marseille-Fos, les opérations vont prendre un peu plus de temps. Sur les 450 personnes concernées, seuls les 160 salariés travaillant au terminal à conteneurs de Fos passent au privé cette semaine.

Au terminal pétrolier, il faudra attendre le 16 mai pour que les conventions tripartites entre les 220 salariés, le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) et Fluxel, leur nouvel employeur, soient signées, ce qui permettra les transferts.

Enfin, sur le terminal à conteneurs de Mourepiane (rebaptisé Med Europe), les transferts de personnels devraient intervenir le 31 mai.

Huile dans les rouages

Pour arriver à ses fins face à l’opposition particulièrement forte de la CGT à Marseille, le GPMM a du mettre de l’huile dans les rouages. Ainsi, alors que la loi prévoit que les grands ports maritime ne doivent plus exercer d’activité d’exploitation commerciale, il a du consentir à la création d’une filiale dont il a prit la majorité du capital, Fluxel, pour gérer la manutention du terminal pétrolier.

Du coup, ne pouvant être gestionnaires, les groupes pétroliers se sont fait tirer l’oreille pour y participer. Ils vont entrer dans le capital de Fluxel à hauteur de 34% seulement via des sociétés qu’ils contrôlent comme la Société du Pipeline Sud-Européen, Dépôt pétrolier de la Crau ou Dépôt Pétrolier de Fos.

Autre concession du GPMM : il a constitué une société commune avec la société de manutention Intramar (filiale de Port Synergy, elle-même filiale commune de CMA CGM et de Dubaï Ports World ), Intramar SPS, qui a repris mardi quatre portiques et une grue, et reprendra le 31 mai les 54 salariés du GPMM qui travaillaient sur ce terminal. Le GPMM s’est en outre engagé à financer le coût du sureffectif transféré. 

Primes pour le personnel transféré

Le GPMM a accordé de nombreuses concessions. Photo DR.
Le GPMM a accordé de nombreuses concessions. Photo DR.
Et, cerise sur le gateau, le GPMM a accordé une prime de transfert de 12 000 euros brut aux salariés transférés. Cette prime sera versée en quatre fois d’ici 2014.

Chaque port a négocié localement les modalités d’application de la loi. Ainsi, Au Havre, la prime serait de 15 000 euros net. A Rouen, le port affirme qu'"il n'y a pas eu de primes de détachement versées mais des garanties sociales", dont des augmentations de salaires.

La paix sociale est à ce prix. Les utilisateurs des ports espèrent que désormais ils vont pouvoir bénéficier d’un port fiable. Ce n’est qu’à cette condition que les ports français pourront reconquérir les trafics perdus.

Jeudi 5 Mai 2011

Lu 2711 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.





RÉFLEXION

"Algérie, mon amour" soulève des questions qu’il est nécessaire de creuser

Razika Adnani, philosophe et spécialiste des questions liées à l'islam, membre du Conseil d'orientation de la fondation de l'Islam de France, du Conseil scientifique du CEFR et du groupe d'analyse JFC Conseil
Grand angle

Après la pandémie : vers des villes et territoires résilients en Méditerranée, ou le refus de l'aveuglement

L'Ambassadeur Bernard Valero, directeur général de l'Agence des villes et territoires méditerranéens durables (Avitem)




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.