Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
         Partager Partager

La production de pétrole brut tente de retrouver un rythme de croisière en Libye


Rédigé par , le Mardi 11 Janvier 2022 - Lu 730 fois


La réparation d'un oléoduc essentiel relance la production pétrolière en Libye (photo: NOC)
La réparation d'un oléoduc essentiel relance la production pétrolière en Libye (photo: NOC)
LIBYE. Selon le ministère libyen du Pétrole et du Gaz, la production de pétrole brut dans le pays est passée de 700 000 à 900 000 barils par jour. Cette annonce effectuée lundi 10 janvier 2022 s'explique par la fin des travaux de maintenance, en raison de pannes opérationnelles, effectués sur un oléoduc reliant les champs pétroliers Samah et Dhurha au terminal d'exportation d'Es Sider, le plus important du pays.

Achevés plus tôt que prévus (2 jours au lieu d'une semaine) mercredi 5 janvier 2022 par les équipes techniques de Waha Oil Company, les travaux avaient conduit à une baisse de la production estimée à environ un million de barils. Une activité cruciale pour la Libye puisque les recettes pétrolières ont représenté en 103,4 mrds de dinars libyens (22,39 mrds$ - 19,90 mrds€) en 2021 soit 97% des revenus de la Libye.

Parallèlement, ce secteur a du également faire face à la fermeture forcée depuis fin décembre 2021 de plusieurs champs à l'ouest dont celui d'Al-Sharara, le plus vaste du pays ainsi que trois autres (al-Feel, al-Wafa et al-Hamada) représentant plus de 300 000 barils par jour selon la NOC, la Compagnie nationale pétrolière.

Fermeture de gazoducs

Le gouvernement de transition se heurte toujours dans cette région au Petroleum Facilities Guard (PFG) force paramilitaire protégeant les installations d'hydrocarbures dans cette partie de la Libye qui donne une caisse de résonance à ses revendications (notamment des arriérés de salaire) en pratiquant le blocage.

La NOC a d'ailleurs déclaré l'état de force majeure qui lui permet de s'exonérer de sa responsabilité en cas de non-respect des contrats de livraison. Son président, Mustafa Sanalla a regretté que "ces agissements causent des souffrances aux citoyens et nous ne permettrons pas qu'ils deviennent un moyen de politiser les ressources des Libyens à des fins sectaires ou pour servir des intérêts individuels."

La fermeture du gazoduc alimentant le complexe gazier de Mellitah depuis al-Wafa pose notamment un problème à ses gestionnaires, la NOC et l'Italien Eni, pour livrer le gaz en Italie. De même celui d'Al-Charara, exploité par une coentreprise réunissant la NOC, l'Espagnol Repsol, le Français TotalEnergies, l'Autrichien OMV et le Norvégien Statoil, réduit les possibilité de fourniture d'électricité de la Compagnie générale de l'électricité qui envisage "un déficit d'environ 2 500 mégawatts" avec pour conséquences directes, d'"allonger les heures de coupures".

Les deux limitations de production cumulées ont provoqué une baisse d'1,3 million à 800 000 barils par jour de la production, le plus bas niveau depuis plus d'un an. En 2011, avant la première guerre civile, elle atteignait les 1,6 million.

La Libye dispose aujourd'hui de quatre raffineries sur son sol. Celle de Zawiyah (120 000 b/j de capacité), près de Tripoli, deux autres à l'Est du pays, Tobrouk (20 000 b/j) et Sarir (10 000 b/j)  et celle, la plus importante de Ras Lanouf (golfe de Syrte) avec une capacité de 200 000 b/j. En avril 2011, le ministre libyen de l'Economie et du Commerce et son homologue du Pétrole et du Gaz avaient annoncé étudier plusieurs projets de construction de raffineries dans différentes régions du pays. Ils prévoyaient de les financer par des investissements locaux et internationaux sous forme de Partenariats Public Privé (PPP).




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !

Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.









Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
Newsletter



Enquêtes




Actus par pays

Voir en plein écran








Le Guide de l'économie

Facebook

   Nos partenaires






À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Société/Institutions), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.


S'abonner à Econostrum.info