Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La production algérienne d’huile d’olives chute très fortement


La production d’huile d’olives 2009/2010 chutera fortement, comparée à la campagne 2008/2009, qui était exceptionnelle. Ce fort recul de la production s’explique par les mauvaises conditions climatiques, mais aussi par des techniques culturales peu respectueuses des repousses et qui affectent les campagnes suivantes. Egalement pointé, le manque d’entretien des vergers. La clef du problème serait sociale. Pour améliorer la production et organiser la profession, un Office national interprofessionnel de l'oléiculture, devrait être installé avant fin janvier 2010.


            Partager Partager

Production moindre, du fait de producteurs aux maigres revenus et peu impliqués dans une politique de développement durable (photo MN)
Production moindre, du fait de producteurs aux maigres revenus et peu impliqués dans une politique de développement durable (photo MN)
ALGERIE. La production oléicole de la campagne 2009/2010 chutera dans des proportions très importantes, comparée à la campagne 2008/2009. Au 12 janvier 2010, la production totale de l’actuelle campagne atteignait en effet 1,416 million de quintaux d’olives qui se répartissent de la façon suivante : 1,129 million de quintaux d’olives de table et 289 786 quintaux d’olives à huile qui devraient donner une production d’huile d’olive de 14 406 tonnes (156 586 hectolitres).

Il s’agit de résultats provisoires qui devraient s’améliorer dans les jours et semaines qui viennent.

Les responsables du ministère de l’Agriculture et les professionnels du secteur considèrent même qu’il s’agit là d’une bonne récolte pour l’olive de table, et d’une moins bonne récolte pour l’olive à huile.

Mais la fin de la campagne arrive et le déficit par rapport à la campagne précédente (2008/2009) ne pourra être comblé. L'écart entre les deux saisons se réduira donc peu ou prou, heureusement car autrement la récolte 2009/2010 serait trois fois moindre que la précédente !

Au cours de la campagne 2008/2009, certes exceptionnelle, l’Algérie avait produit 4,7 millions de quintaux d’olives et 59 037 tonnes d’huile d’olive, hissant le pays à la 5e place mondiale, derrière respectivement l’Espagne, l’Italie, la Grèce et la Tunisie.

Ce bon classement découlait d’un bond de la production oléicole par rapport à la campagne 2007/2008 où l’Algérie avait produit 2,51 millions quintaux d’olives et 24 754 tonnes d’huile d’olive (1,6 million quintaux d’olives à huile et 910 321 quintaux d’olives de table).

Des chiffres qui ne seront même pas égalés cette année et qui feront régresser l’Algérie à la 7e place des producteurs d’huile d’olive.

Conditions climatiques, déficit technique et revenus trop minces

On attend une production d'huile inférieure de 10 000 t à celle de 2008-2009 (photo MN)
On attend une production d'huile inférieure de 10 000 t à celle de 2008-2009 (photo MN)
Ce fort recul de la production s’explique par plusieurs considérations. La première est celle des mauvaises conditions climatiques.

Les fortes pluies qui se sont abattues durant la période de floraison, notamment en Kabylie, une région spécialisée dans la production d'olives à huile ont fortement perturbé la production.

Outre les aléas climatiques, c'est la technique culturale pratiquée par certains producteurs, qui est mise en cause ; travaillant sans soin ils abîment les repousses, ce qui affecte la production de l’année suivante.

Le manque d’entretien des vergers constitue un autre frein au développement de la production.

La mauvaise technique et le manque d’entretien des vergers sont toutefois dus au fait que nombre d’agriculteurs n’arrivent pas à vivre de leur production.

Ils exercent d’autres professions qui les tiennent éloignés de leurs terres. Ils ne bénéficient donc pas d’une formation leur permettant d’améliorer substantiellement le rendement de leurs vergers.

D’autres facteurs, comme le terrorisme et la construction anarchique sur les terres agricoles, etc. jouent un rôle néfaste.

Organiser une profession marquée par la double activité et une modestie des revenus

Une rencontre entre les cadres du ministère de l’Agriculture et du Développement Rural et les professionnels de la filière oléicole s’est tenue la semaine dernière à Alger.

L’objectif est l'amélioration de la production oléicole et l'organisation de la filière.

Un Office national interprofessionnel de l'oléiculture, à l'instar de ceux des céréales (OAIC), du lait (Onil) et des fruits et légumes et viandes (Oilev) devrait être installé d’ici la fin du mois de janvier 2010.

Rappelons que le ministère s’est fixé pour objectif de planter 1 million d'hectares en oliviers d'ici 2014.

La culture de l'olivier occupe actuellement 325.000 hectares seulement. Pour tenir un tel pari, il faudra recourir à la plantation en intensif, à raison de 1.200 plants/hectare.

Lire aussi :
L’huile d’olive algérienne se prépare à investir le marché mondial

Amal Belkessam, à ALGER

Mercredi 20 Janvier 2010

Lu 8224 fois




Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Mars 2012 - 15:14 La logistique s'adapte au marché du vin


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.

Publireportage


Le climatiseur mobile, le bien-être à portée de main


Publireportage
Publireportage Castorama




Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube

RÉFLEXION

Concentration industrielle en Europe : une nécessité autant qu'une opportunité pour la Défense

Frédéric Dubois, ingénieur, diplômé en relations internationales (en disponibilité de la fonction publique)
avis d'expert


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA




LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE











À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.