Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée



La politique méditerranéenne de l'Europe au banc des accusés des Rencontres de Cybèle


Les 9e Rencontres de Cybèle à Marseille ont pointé les défis de sécurité au Maghreb. Les experts invités par l'association Euromed-IHEDN ont évoqué les problèmes d'insécurité, de gouvernance, ainsi que le rôle imparfait de l'Union européenne dans sa politique du voisinage sud.


            Partager Partager

La 9e édition des Rencontres de Cybèle a permis une riche confrontation entre experts de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
La 9e édition des Rencontres de Cybèle a permis une riche confrontation entre experts de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
MEDITERRANEE. "Le président Emmanuel Macron a dit qu'il fallait retrouver le fil d'une politique méditerranéenne. Ceci veut bien dire que nous l'avions perdu !" Intervenant en ouverture des 9e Rencontres de Cybèle, organisées par l'association Euromed-IHEDN, Jean-François Daguzan a pointé du doigt plusieurs ambiguïtés. Pour le directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS), "la Méditerranée est un objet politique. Le code a changé, il faut revenir sur de nouveaux logiciels." Il n'hésite d'ailleurs pas à qualifier l'Union pour la Méditerranée de "sympathique secrétariat de gestion de projets à Barcelone."

La manifestation se déroulait, samedi 30 septembre 2018 dans les locaux du Conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur à Marseille. L'occasion pour la vice-présidente de l'institution Caroline Pozmentier, en charge des relations internationales, d'affirmer dans son discours d'accueil que "(notre) Région a vocation à jouer un rôle prépondérant en Méditerranée et nous revendiquons notre double appartenance : Européen et Méditerranéen."  Belle transition pour des Rencontres placées sous le thème : "Quels obstacles rencontre aujourd'hui l'Union européenne pour mener ses projets de partenariat en Méditerranée ?". Trois mots clefs très liés - insécurité, problèmes de gouvernance et jeunesse - se distinguent dans les interventions des experts invités par Jean-François Coustillière, président de l'association Euromed-IHEDN, à participer à la première table-ronde sur "les défis de la sécurité au Maghreb et leurs répercussions en Méditerranée".

"Des discussions inconfortables mais nécessaires"

Henry Marty-Gauquié dresse un constat sévère sur la politique européenne du voisinage sud (photo : F.Dubessy)
Henry Marty-Gauquié dresse un constat sévère sur la politique européenne du voisinage sud (photo : F.Dubessy)
D'abord l'insécurité. "Nous faisons tellement le focus sur la sécurité que nous oublions les raisons de l'insécurité", souligne Yahia Zoubir, professeur de relations internationales et management international à Kedge Marseille.  Et d'ajouter, "l'Europe retombe dans le même jeu, car elle focalise sur les questions de sécurité." Même avis pour Haykel Ben Mahfoudh, professeur à la Faculté des sciences juridiques et sociales de Tunis qui parle de "prolifération de l'argument sécuritaire."

Une insécurité profondément liée à l'immigration légale ou non. "Les migrations irrégulières ne représentent que 5% à peine des migrations régulières", tient à préciser Haykel Ben Mahfoudh pour qui "l'immigration est perçue comme une menace à l'ordre établi. Nous passons par des raccourcis sécuritaires. Les fausses perceptions sur les migrants sont créées par des discours simplistes sur ce phénomène. Ce sont des sujets qui fâchent. Nous allons avoir des discussions inconfortables mais nécessaires."

Yahia Zoubir cite "la Libye, source de tous les maux. Depuis le renversement de Kadhafi, les milices armées se sont emparées du pays." Pour le journaliste Akram Belkaïd, "au Maghreb la perception est différente depuis les évènements de 2011 et l'intervention en Libye, puis au Sahel. Les opinions publiques ne partagent pas cette vision d'intervention pour le bien des personnes. Au Sud, on voit l'Europe comme une menace intrusive. La situation devient explosive." Il prévient : "le risque est grand de voir cette défiance s'aggraver sans un dialogue d'aplanissement des conflictualités potentielles."

"Nous avons cassé. Quels sont les instruments pour reconstruire les Etats que l'on a détruit ?", questionne le professeur de Kedge Marseille.

"L'Union européenne n'est pas capable d'offrir une solution aux pays du Sud"

Akram Belkaïd, les régimes du Sud sont incapables de se projeter vers l'avenir (photo : F.Dubessy)
Akram Belkaïd, les régimes du Sud sont incapables de se projeter vers l'avenir (photo : F.Dubessy)
"Depuis 2011, pas un seul chef d'Etat français n'a parlé de Méditerranée. Ils parlent de Syrie, du Sahel... Sauf à évoquer un sommet (NDLR : Le sommet de la Méditerranée annoncé par Emmanuel Macron et qui se déroulera durant l'été 2019 à Marseille) qui aura lieu dans dix-huit mois dont nous ne savons rien !" lance Henry Marty-Gauquié, directeur honoraire de la Banque européenne d'investissement (BEI) et membre du Conseil scientifique d'Euromed-IHEDN.

"Les zones de fracture se sont multipliées. L'Union européenne se trouve dans une situation inconfortable. Elle ne peut ni avancer, ni reculer, ni faire du surplace, car sinon elle montrerait qu'elle est incompétente", poursuit-il. "Si l'Union européenne veut redéfinir une politique euroméditerranéenne, elle doit passer du court terme au long terme. Elle n'a pas eu de véritable politique extérieure hors l'élargissement comme dans les Balkans. L'Europe n'a jamais été conçue comme une puissance mais comme un outil de paix. L'offre sur le voisinage méditerranéen est consubstantiel à l'Europe de la défense. Elle doit pouvoir projeter un moyen politique avec des moyens de coercition", assure-t-il. Et Henry Marty-Gauquié de conclure fermement : " L'Union européenne, pour l'instant et c'est durable, n'est pas capable d'offrir une solution aux pays du Sud ! Elle doit d'abord résoudre ses ambiguïtés internes."

"La jeunesse ne voit plus d'espoir"

Caroline Pozmentier compte sur la jeunesse (photo : F.Dubessy)
Caroline Pozmentier compte sur la jeunesse (photo : F.Dubessy)
Ensuite, la gouvernance. "Sept ans après les révoltes arabes, des régimes extrêmement habiles ont réussi à changer sans se transformer. La rupture est nette entre les gouvernants et les gouvernés", insiste Yahia Zoubir. Pire, "les politiques se trouvent dans l'ignorance, le décalage, et ne sont donc pas à même de prévenir les moments de vulnérabilité." Pour Akram Belkaïd, "en 2018, nous avons encore affaire à des Etats qui ne garantissent pas le minimum de droit à leurs citoyens et donc aux projets de sociétés. Ces régimes sont incapables de se projeter vers l'avenir. Ces sont eux qui entretiennent, d'une certaine manière, l'instabilité." Il fustige également le manque de projets structurants, au Maghreb, "alors qu'ils pourraient donner un poids économique et politique dans les discussions avec l'Europe."

Pour Yahia Zoubir, il faut s'attaquer sérieusement au chômage des jeunes au Sud de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
Pour Yahia Zoubir, il faut s'attaquer sérieusement au chômage des jeunes au Sud de la Méditerranée (photo : F.Dubessy)
Enfin, les deux sujets concernent la jeunesse au premier chef.  Si Caroline Pozmentier parle d'"une jeunesse des deux côtés de la Méditerranée qui se tutoie mais ne dialogue pas", Yahia Zoubir qualifie le chômage de cette catégorie de la population comme "le talon d'Achille du Maghreb, et je pourrais ajouter l'Egypte. La jeunesse ne voit plus d'espoir." Il a beau jeu de parler des 35 millions d'emplois que devait créer le processus de Barcelone.

Pour Yahia Zoubir, "l'Europe a un rôle à jouer en traitant avec les gouvernements en place au Maghreb pour s'attaquer au problème."


Lundi 1 Octobre 2018

Lu 1253 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Décembre 2018 - 12:05 L'Espagne augmente son salaire minimum de 22%


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉFLEXIONS

Les territoires ont un rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique : Région SUD et opportunités de coopération sur le plan EU-Med

Constantin Tsakas, délégué général de l'Institut de la Méditerranée, secrétaire général du Femise
Grand angle

Israël : Existe-t-il une alternative politique à Benyamin Netanyahou ?

Roland Lombardi, consultant indépendant, associé au groupe d'analyse de JFC Conseil
Grand angle


LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss