TÉLÉCHARGER LE DOSSIER COMPLET
dossier covid.pdf
Dossier Covid-19 - 3.7 Mo - 19/06/2020

La pandémie plonge la France dans la plus grande récession depuis l’après-guerre


DOSSIER SPECIAL COVID-19. Figée, paralysée durant cinquante-cinq jours par des mesures de confinement extrêmement strictes, imposées par l’épidémie de Covid-19, faute d’avoir des tests et des stocks suffisants de masques, la France est entrée en récession. Le pays se prépare à vivre une des pires crises de son histoire avec une chute prévisionnelle de la croissance de -11% en 2020. Depuis le 2 juin, les acteurs économiques espèrent une reprise d’activité et de la consommation. Les aides publiques cumulées devraient dépasser les 100 milliards d’euros.


            Partager Partager


L'aéroport Marseille-Provence désert durant le confinement. ©Amp
L'aéroport Marseille-Provence désert durant le confinement. ©Amp
DOSSIER SPECIAL COVID-19. Gérer la crise sanitaire en priorité. La stratégie de confinement strict adoptée mi-mars 2020 par le gouvernement français a mis un coup d’arrêt à l’économie du pays. Arrêt des vols commerciaux, des ferries, des usines, du BTP, fermeture des commerces, des hôtels… Plongée dans un coma artificiel durant deux mois, la France s’apprête à vivre la plus grande récession depuis la création des comptes nationaux en 1948.  

Les prévisions ont une nouvelle fois été revues à la baisse entre avril et juin. Le recul du PIB pour 2020 ne sera plus de 8 % mais de 11%.

L’État a perfusé l’économie à grands renforts de plans génériques ou par filière. Outre les reports de charges Urssaf et cotisations sociales jusqu’en juin (pour un manque à gagner de 23 mrds €) et la prime de 1 500 € aux entreprises, le gouvernement a tenu à préserver la trésorerie des sociétés en consentant un prêt garanti (PGE) à hauteur de 90% pour les Pme et 70% pour les grands groupes. 

Depuis mars, 82,8 milliards d’euros ont été consentis à 447 000 entreprises, des Pme pour la plupart. Le réseau bancaire, épaulé par Bpifrance, a ainsi permis de mobiliser 300 milliards d’euros selon la banque publique qui envisage des prises de participation au capital des entreprises les plus fragiles. Déjà endettée à hauteur de 18 mrds €, la compagnie maritime CMA CGM a sollicité un PGE de 1,05 mrd pour faire face à l’effondrement du commerce mondial de 13 à 32% cette année selon les prévisions de l’OMC.  


​18 mrds € pour éviter au tourisme un naufrage

CMA CGM a sollicité un PGE de 1,05 milliard pour faire face à l’effondrement du commerce mondial de 13 à 32% cette année selon les prévisions de l’OMC.  ©CMA CGM
CMA CGM a sollicité un PGE de 1,05 milliard pour faire face à l’effondrement du commerce mondial de 13 à 32% cette année selon les prévisions de l’OMC. ©CMA CGM
Le confinement et la fermeture des frontières a plongé l’industrie aéronautique dans un trou d’air jamais connu auparavant. Le trafic aérien mondial a chuté de 52% emportant les compagnies, les constructeurs aéronautiques et les aéroports, privés de recettes, dans la tourmente. La filière, qui emploie en France 200 000 personnes, devrait bénéficier d’un plan de soutien du Ministère de l’économie et des Finances. L’État a volé au secours d’Air France en accordant une aide de 7 mrds € dont 4 sous forme de PGE. 

Sortie de route également de l’industrie automobile avec, en première ligne, les constructeurs PSA et Renault. 278 425 véhicules n'ont pas quitté les lignes de production françaises pendant le confinement. Là encore, Bercy, au chevet de la filière, annonce un plan de relance de 8 mrds €.  Parent pauvre, le secteur événementiel devrait bénéficier d’un soutien de 100 M€.

 


Selon Atout France, l’industrie touristique a perdu 45 mrds € au premier trimestre, l’équivalent d’un quart du PIB touristique de la France. Un choc, un naufrage. « Le tourisme fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne, (...) son sauvetage est une priorité nationale », déclarait, le 14 mai 2020, le premier ministre Édouard Philippe. Sinistré, le secteur qui génère 8% du PIB et emploie 2 millions de personnes va bénéficier d’un plan de relance de l’État de 18 mrds €.
 

Pour autant, la saison n’est pas totalement compromise et l’espoir renait chez les professionnels depuis le 2 juin 2020. « Nous réalisons 80% de notre chiffre d’affaires en juillet et en août, deux tiers de nos clients sont Français. Nous allons peut-être sauver la saison d’été 2020 », confie Nicolas Dayot, président de la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air.

 

La générosité de l’État se retrouve également à travers un soutien exceptionnel aux 11,7 millions de salariés touchés par le chômage partiel qui va largement dépasser les 24 mrds € initialement prévus. Historique également, la hausse de 22,6 % du chômage en avril avec 840 000 demandeurs d’emploi venus grossir les statistiques et plus de 4,5 millions de chômeurs.  Se pose à présent la question du remboursement de la dette publique de l’État qui pourrait atteindre 115 % du PIB et de la position de la France sur l’échiquier européen.

La pandémie plonge la France dans la plus grande récession depuis l’après-guerre


Mardi 16 Juin 2020
Lu 1007 fois




Dossier COVID-19

Dossier COVID-19

Les réfugiés syriens face au coronavirus

Le coronavirus aggrave la situation économique du Liban mais résout la crise politique en Israël

Provence-Alpes-Côte d'Azur : Un coup d’arrêt brutal, mais des moyens conjugués pour la reprise

La pandémie plonge la France dans la plus grande récession depuis l’après-guerre

L'Europe du Sud sort meurtrie et s’apprête à vivre des années difficiles

Récession, chômage, endettement et déflation au menu des Européens

La solidarité en première ligne dans les pays du Maghreb

L’Égypte : premier pays touché au Sud et seul à afficher une croissance en 2020

La Coface s'inquiète de l'impact du Covid-19 sur les finances publiques des économies méditerranéennes émergentes