Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

La mobilité urbaine, enjeu majeur des villes du sud de la Méditerranée


partenariatSEM2014IEJ


En 2014, 54% de la population mondiale vit dans des zones urbaines. D’ici 2030, plus d’un milliard et demi de personnes supplémentaire deviendront citadines, dont en grand nombre dans les pays en développement. Cette situation conduit à élaborer de nouvelles stratégies de mobilité intégrées dans les villes du sud de la Méditerranée.


            Partager Partager

"L’offre actuelle de service en matière de transports collectifs est insuffisante dans les villes du sud de la Méditerranée" (photo Bernard Royo)
"L’offre actuelle de service en matière de transports collectifs est insuffisante dans les villes du sud de la Méditerranée" (photo Bernard Royo)
MEDITERRANEE. Organisée jeudi 5 novembre 2015 dans le cadre de la semaine économique de la Méditerranée, l'atelier « articulation urbaine et transport » a mis en perspective les expériences de Systra et Codatu dans la planification et l'élaboration de stratégies de mobilité.
Aujourd’hui, deux tiers de la population des villes du sud de la Méditerranée habitent en ville. D’ici 2030, plus des trois quarts de la population aura rejoint les centres urbains. Pour faire face au défi imposé par cette croissance démographique dans les cités du sud, la mise en œuvre de politiques de mobilité soutenables doit être entreprise.

Selon Hanen Fertani, consultante chez Systra, une entreprise se revendiquant leader mondial de l’ingénierie des systèmes de transport public urbain ferroviaire, « l’offre actuelle de service en matière de transports collectifs est insuffisante dans les villes du sud de la Méditerranée. Elles doivent répondre à un grand défi pour satisfaire aux besoins de mobilité croissants de la population.»
La solution passe par le développement d'un système multimodal, articulé autour du transport de masse.

« Engendrer de nouvelles réflexions à plus large échelle »

Pour Lorenza Tomasoni, membre de l’association CODATU (Coopération pour le Développement et l’Amélioration des Transports Urbains et Périurbains), « s’il faut passer du projet à l'action, c’est avant tout pour que les villes méditerranéennes rattrapent leur retard en matière de mobilité. Il faut basculer sur une vision large de l’importance des transports en commun intra-urbains. Les décideurs politiques doivent prendre exemple sur les Plans de Déplacement Urbain (PDU) mis en place en France depuis trente ans. Aux portes de la COP 21, l’émergence des PDU permettra une mobilité accrue et plus éco-responsable. »

C’est d’ailleurs dans le cadre de la COP 21 que sera présenté le projet « Mobilise your city » dans lequel 100 villes s’engagent dans une démarche de mobilité urbaine soutenable pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, parmi lesquelles Rabat, Casablanca, Tunis ou encore Amman.

Vendredi 6 Novembre 2015




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Novembre 2015 - 18:05 Lancement du Prix Phenicia