Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






La livre syrienne enregistre son plus bas taux au marché noir



            Partager Partager

La livre syrienne ne cesse de perdre de la valeur par rapport au dollar (photo : DR)
La livre syrienne ne cesse de perdre de la valeur par rapport au dollar (photo : DR)
SYRIE. Un changeur de Damas, interrogé par l'Agence France Presse (AFP), précise qu'il vend le dollar à 1 000 livres syriennes (£S). Soit son plus bas cours au marché noir par rapport au cours officiel. En général dans la capitale syrienne ce taux se situait entre 765 et 975 £S en novembre 2019, selon les sources. Il atteint donc le double de celui affiché sur le site de la Banque centrale syrienne (434,00 £S pour un dollar lors de notre consultation mardi 3 décembre 2019). En 2011, avant le début du conflit syrien, le dollar s'échangeait à 48 £S au cours officiel.

Deux facteurs principaux, très liés, expliquent cette baisse : les sanctions occidentales imposées à la Syrie et la crise socio-politique au Liban.

Les sanctions occidentales frappant la Syrie obligent les hommes d'affaires et les importateurs à s'appuyer sur le système bancaire libanais, notamment pour récupérer des dollars. Un pays dont la vie économique est perturbée depuis près de deux mois par des manifestations ayant conduit à la démission du gouvernement de Saad Hariri.

La Syrie a besoin des banques libanaises

Selon un message Twitter, l'analyste Samuel Ramani, en date du mardi 3 décembre 2019, "les investisseurs syriens tenteraient de sortir leurs fonds du Liban". Il évoque un homme d'affaires syrien qualifiant la situation de l'économie syrienne d'"étranglement total". Le 29 novembre 2019, il précisait que "la livre syrienne a glissé de 30% depuis le début des manifestations au Liban le 17 octobre, car les banques libanaises demeurent essentielles à la durabilité de l'économie syrienne". Il devient en effet de plus en plus difficile d'acheter des livres syriennes au pays du Cèdre. La crise des liquidités au Liban se répercute donc sur la monnaie syrienne. Avec un impact négatif sur les chefs d'entreprises qui règlent leurs marchandises importées en dollars, mais aussi sur les Syriens disposant de comptes en banque au Liban ainsi que les salariés libanais envoyant de l'argent en Syrie.

Pour le réseau Synaps, basé à Beyrouth, "l'économie syrienne repose énormément sur le marché libanais : Lorsque ce dernier se désagrège, la Syrie fait face à une crise croissante à laquelle personne ne semble préparé. La crise de liquidités au Liban a durement frappé la Syrie. Fortement sanctionnée et en manque de dollars, la Syrie a besoin du Liban en tant que canal pour les devises étrangères : via des envois de fonds par virement électronique, des espèces acheminées de l'autre côté de la frontière, ou des capitaux cachés dans des banques libanaises", analysait, le 22 novembre 2019, sur Twitter ce réseau.

Mardi 3 Décembre 2019

Lu 1091 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.