Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée
Econostrum.info






La féminisation des banques européennes depuis dix ans se traduit par de meilleures performances


La proportion de femmes dans les instances dirigeantes des banques européennes a progressé de près de 270% en dix ans révèle une enquête de l'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises. L'étude constate également que la diversité dans le management de ces établissements a influé positivement sur leurs performances entre 2008 et 2018.


            Partager Partager

Et si Lehman Brothers avait été Lehman Sisters ? (photo : film The last days of Lehman Brothers)
Et si Lehman Brothers avait été Lehman Sisters ? (photo : film The last days of Lehman Brothers)
UNION EUROPÉENNE. Selon l'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises*, la place des femmes dans les instances dirigeantes des banques européennes a évolué de façon très significative entre la crise financière de 2008 et 2018. Sa dernière étude en date, parue mardi 5 novembre 2019 sous le titre "Quand Lehman Brothers devient Lehman Sisters, Christine Lagarde a-t-elle raison ?", analyse l'évolution de la féminisation dans les trente-cinq plus grandes banques européennes** sur une période de dix ans (2008 à 2018) et l'impact de cette féminisation sur la performance de ces établissements. Elle prouve l'affirmation de Christine Lagarde, comme ministre française des Finances en 2010 puis comme directrice du Fonds monétaire international (FMI) en 2018, indiquant que si la banque d'investissement américaine Lehman Brothers (faillite en septembre 2008) s'était appelée Lehman Sisters, l'industrie financière aurait connu un autre destin.

"En 2008, les banques européennes sont des organisations féminisées. Les femmes représentent en moyenne 53,52% des effectifs. Cependant, leurs instances de gouvernance sont quasi-exclusivement masculines", indique l'observatoire. Ainsi, à l'époque, aucune femme n'occupe un poste de présidente du conseil d'administration ou de directrice générale dans les trente-cinq banques étudiées. Les conseils d'administration ne comptent que quatre-vingt six femmes sur 546 membres (15,75% des administrateurs soit une moyenne de 2,45 femmes par conseil d'administration). Six banques n'accueillent aucune femme dans leur conseil d'administration (RBS, Rabobank, Bayerish Landesbank, Raiffensen, Banca Monte dei Paschi di Siena, Natixis). La situation est encore moins en faveur des femmes dans les comités exécutifs avec seulement 7,23% des effectifs, soit 0,64 femme par comité exécutif, et vingt-deux établissements ne proposant des sièges qu'aux hommes. L'observatoire Skema parle de "old boys network".

Seules deux banques européennes sont présidées par une femme

Le pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2018 (graphique : Observatoire Skema de la féminisation des entreprises)
Le pourcentage de femmes dans les conseils d'administration et les comités exécutifs en 2018 (graphique : Observatoire Skema de la féminisation des entreprises)
Cette enquête révèle qu'en dix ans s'est déroulée une vague de féminisation. Ainsi, en 2018, ces banques prises en références ont plus que doublé les nominations de femmes dans leurs conseils d'administration (34,49% des administrateurs soit 4,80 femmes par conseil d'administration). Toutes comptent au moins une femme administratrice et vingt-cinq sur trente-cinq atteignent une proportion de 30% ou plus de femmes administratrices. La proportion des femmes dans cette instance a ainsi progressé de 95,34%.

L'effet est également visible dans les comités exécutifs avec désormais quatre-vingt-une femmes sur les 409 membres (19,80% des effectifs, soit 2,31 femmes par comité exécutif). Même si quatre banques (ING, Bayerische Landesbank, Raiffensen et Banco BPM) n'en accueille toujours aucune, "entre 2008 et 2018, le nombre de femmes dans les comités exécutifs a augmenté de 268%", souligne l'Observatoire Skema.

S'appuyant sur plusieurs travaux en sociologie et management, Michel Ferrary, auteur de cette étude, évoque la "nécessité d'atteindre une taille critique de 30% pour qu'un groupe social influence une organisation." En 2018, seules sept banques (DNB, Intesa Sanpaolo, Nationwide Building, Rabobank, Svenska Handelsbanken, Swedbank et Standard Chartered) correspondent à ce critère pour leur conseil d'administration et leur comité exécutif. Et sur les trente-cinq établissements, seuls deux d'entre eux sont présidés (Chairman) par une femme (Banco Santander et DNB) et aucun n'a nommé de femme comme directeur général (CEO).

Les banques victimes de la prédominance de la gente masculine en 2008

L'Observatoire Skema voit une corrélation entre la diversité du conseil d'administration en 2008 et la performance boursière entre 2008 et 2018 (graphique : Observatoire Skema de la féminisation des entreprises)
L'Observatoire Skema voit une corrélation entre la diversité du conseil d'administration en 2008 et la performance boursière entre 2008 et 2018 (graphique : Observatoire Skema de la féminisation des entreprises)
Clin d'oeil, depuis le 1er novembre 2019, et c'est une première pour une femme, Christine Lagarde a pris les commandes de la Banque centrale européenne (BCE).
Et la fameuse virtuelle Lehman Sisters dont elle parlait alors ? L'une des hypothèses développée sur l'origine de la crise de 2008 postule que "la prédominance de la gente masculine dans la gouvernances des établissements financiers fut à l'origine de ces prises de risques inconsidérées et qu'une plus grande diversité aurait limité ces risques", rappelle Michel Ferrary. Son étude semble le vérifier.

"Le fait que les banques dont les conseils d’administration étaient les plus féminisés en 2008 soient en 2018 perçu comme étant les moins risquées suggère que la diversité est appréhendée comme une forme de protection contre les risques pris par les établissements financiers. Les banques dont les instances de gouvernance étaient les plus féminisées en 2008 sont donc celles qui ont été perçues par les marchés financiers comme les moins risquées entre 2008 et 2018 et elles ont également été celles dont la performance boursière a été la plus importante", constate l'étude.

Mais le document apporte cependant un bémol dans ses conclusions : "La diversité des instances de gouvernance que sont les conseils d’administration et les comités exécutifs reste globalement inférieure au seuil critique de 30% et rend nécessaire la poursuite de la féminisation pour impacter durablement sur les performances et sur la qualité des risques pris par les banques. Surtout, la quasi-absence de femmes président de conseil d’administration et leur absence comme directrice générale restent des seuils à franchir pour durablement influencer le fonctionnement des banques et la prise de risque au sein des établissements financiers".

Lire l'ensemble de l'enquête


*Créé en 2007 par le Professeur Michel Ferrary, professeur de management à l'Université de Genève et professeur affilié à Skema Business School, qui le dirige, l'Observatoire Skema de la féminisation des entreprises publie régulièrement des études. L'école de commerce, née en 2009 de la fusion de l'ESC Lille et du Ceram Business School de Nice-Sophia Antipolis, dispose de sept campus en France (Lille, Paris, Sophia Antipolis), en Afrique du Sud, au Brésil, en Chine et aux Etats-Unis.

** ABN AMRO, Banca Monte dei Paschi di Siena, Banco BPM, Banco de Sabadell, Banco Santander, Barclays, Bayerische Landesbank, BBVA, BNP Paribas, Commerzbank, Credit Agricole, Crédit Suisse, Danske Bank, Deutsche Bank, Dexia, DNB, DZ Bank, HSBC, ING, Intesa Sanpaolo, KBC Group, Lloyds Banking, Nationwide Building Society, Natixis, Nordea Bank, Rabobank, Raiffeisen, Royal Bank of Scotland, Skandinaviska Enskilda Banken, Société Générale, Standard Chartered, Svenska Handelsbanken, Swedbank, UBS, UniCredit.

Mercredi 6 Novembre 2019

Lu 1653 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.






Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube



Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.