Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La démission du Premier ministre palestinien crée un flou politique



            Partager Partager

Le gouvernement palestinien a démissionné (photo : Gouvernement de Palestine)
Le gouvernement palestinien a démissionné (photo : Gouvernement de Palestine)
AUTORITÉ PALESTINIENNE. Les déchirements internes entre Palestiniens ont connu, mardi 29 janvier 2019, un nouveau coup d'éclat avec la démission du Premier ministre, Rami Hamdallah, et de son gouvernement. Une démission acceptée par le président palestinien Mahmoud Abbas qui lui a demandé de continuer à gérer les affaires courantes jusqu'à la formation d'un nouveau cabinet, selon l'agence officielle palestinienne Wafa.

Rami Hamdallah, également ministre de l'Intérieur, se trouvait en poste depuis 2013 et avait déjà remis la démission de son gouvernement en juin 2015, sans suite.

Dans les territoires palestiniens, la situation demeure compliquée entre une Autorité palestinienne - structure provisoire et préfiguration d'un Etat indépendant constitué de la bande de Gaza et la Cisjordanie - reconnue par la communauté internationale et incarnée par Mahmoud Abbas du parti laïc le Fatah et le mouvement islamiste Hamas. Le premier contrôle une partie de la Cisjordanie mitée par les colonies israéliennes, le second, depuis 2007, la bande de Gaza. Leur division se dresse comme un obstacle supplémentaire au règlement du conflit israélo-palestinien et renforce l'isolement de ce petit bout de terre à l'étroit entre l'Egypte et Israël, deux pays qui lui impose un blocus. Le gouvernement israélien considère le Hamas comme une organisation terroriste et a engagé trois guerres depuis 2008 contre lui. Un nouveau conflit a failli éclater en 2018 jusqu'à ce que le Hamas prenne l'initiative en novembre 2018 d'un cessez-le-feu avec Israël.

Une nouvelle coalition

Basé à Ramallah, en Cisjordanie, le gouvernement palestinien est pourtant supposé avoir autorité sur les deux territoires mais les dissensions entre les deux partis rendent impossibles toute unité. Et ce, malgré un accord historique de réconciliation paraphé en octobre 2017.

Dernier épisode en date, la fermeture, début janvier 2019, de l'unique point de passage entre Gaza et l'Egypte par l'Autorité palestinienne qui a demandé à ses fonctionnaires de quitter leur poste face aux manoeuvres d'intimidation du Hamas. En janvier 2018 pourtant, Mahmoud Abbas avait fait un geste pour tenter de normaliser les relations entre les frères ennemis en décidant de recommencer à payer les factures d'électricité pour Gaza.

La démission du Premier ministre vient jeter encore plus le trouble dans cette guerre larvée intestine.
Mahmoud Abbas va désormais tenter de former une nouvelle coalition. "Le président Abbas entamera des consultations en vue de former un gouvernement politique des factions de l'Organisation de Libération de la Palestine afin de préparer de nouvelles élections législatives", précise l'agence Wafa. Or, le Hamas n'appartient pas à l'OLP.

Rami Hamdallah se veut lui plus rassembleur. "Nous espérons que toutes les organisations palestiniennes participeront à ce (nouveau) gouvernement et j'appelle le Hamas à en faire partie", indique-t-il. "Sans consensus national, le gouvernement serait dépourvu de toute légitimité", souligne d'ailleurs Sami Abou Zouhri, porte-parole du Hamas.


Mercredi 30 Janvier 2019

Lu 994 fois




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 24 Avril 2019 - 11:02 L’Égypte s'enfonce dans la dictature

Mardi 23 Avril 2019 - 17:21 Le Maroc change d'heure le temps du ramadan


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.



Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss
YouTube


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





LE Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération 2019
Guide euroméditerranéen des financements et de la coopération
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES FINANCEMENT - FICHES PAYS - ANNUAIRE