Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


La croisière va apporter 180 M€ de retombées économiques à Marseille en 2015



            Partager Partager

Marseille confirme sa position de premier port de croisière en France (photo F.Dubessy)
Marseille confirme sa position de premier port de croisière en France (photo F.Dubessy)
FRANCE. À l'occasion de la 15e édition de Top Cruise, salon réservé aux professionnels de la croisière mercredi 18 novembre 2015 à Marseille, Jean-François Suhas, président du Club de la croisière Marseille Provence, a indiqué que le port phocéen accueillerait 1,48 million de croisiéristes - dont 550 000 en tête de ligne - en 2015 contre 1,3 million en 2014.

Le premier port de croisière en France, et cinquième en Méditerranée, entre ainsi dans le Top 15 des ports mondiaux de croisière. Au 31 décembre 2015, il aura reçu soixante-huit navires de vingt-sept compagnies différentes. MSC Croisières et Costa Croisières représentent 90% du trafic du Marseille Provence Cruise Terminal (MPCT), le terminal dédié aux croisières.

Enregistrant une progression de 87% entre 2010 et 2014, le port de Marseille table sur 1,7 million de croisiéristes en 2017 et 2 million en 2020.

160 € par jour pour un croisiériste en tête de ligne

Selon le Club de la croisière Marseille Provence, les retombées économiques de la croisière à Marseille et dans sa région pourraient s'élever à plus de 180 M€ (hors investissements réparation navale et portuaires). Cette somme comprend 30 M€ d'impact direct avec les dépenses effectuées par les agents maritimes et réceptifs (masse salariale, investissements, achat et fiscalité locale). 68 % de leurs achats concernent des prestations portuaires, 26% des achats de prestations touristiques (notamment les excursions organisées) et 6% se rapportent aux dépenses des agents maritimes et réceptifs (salaires, commissions, investissements, locaux).

L'impact indirect atteint les 50 M€ avec les dépenses des passagers en escale ou en tête de ligne à Marseille (60% d'entre eux en effectuent). Lors d'une escale, un croisiériste français dépense en moyenne 50 € par jour, un étranger 67 €.  Ce panier moyen monte à 160 € pour les passagers en tête de ligne (embarquent ou débarquent). D'autre part, selon la CLIA (association mondiale des compagnies de croisières), un membre d'équipage dépense 21€ par jour.

A ces 30 M€ d'impact direct, ces 50 M€ d'impact indirect, il convient d'ajouter plus de 100 M€ d'impact induit correspondant aux dépenses en cascade liées aux différents fournisseurs de la chaîne de réalisation des prestations pour les croisiéristes.

Jeudi 19 Novembre 2015

Lu 5060 fois




Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.


Publireportage


Med'Innnovant, un concours accélérateur de start-up


Publireportage
Publireportage Euroméditerranée




Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA








À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.