Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée


            Partager Partager

La crise sanitaire au Maghreb impacte les résultats du port de Marseille




Les liaisons passagers entre Marseille et l'Algérie sont interrompues (photo : B.L.)
Les liaisons passagers entre Marseille et l'Algérie sont interrompues (photo : B.L.)
FRANCE. "Malgré cette année horribilis, le Port de Marseille-Fos a bien résisté", affirme Elisabeth Ayrault, vice-présidente du Conseil de surveillance du Grand port Maritime de Marseille-Fos (GPMM). Assurant l'intérim de la présidence en attendant que l'Etat français nomme un successeur à Jean-Marc Forneri décédé brutalement fin décembre 2020, elle a assuré, lors de la présentation du bilan 2020 du GPMM, lundi 25 janvier 2021, que "le port a montré sa capacité à répondre aux crises et a prouvé qu'il restait au coeur de l'approvisionnement du pays."

En 2020, le port a enregistré un chiffre d'affaires de 145 M€. En recul de 14% (contre 20% anticipés en juillet) par rapport à l'exercice précédent, et ce après six années consécutives de croissance. Le trafic total s'est porté à 69,2 millions de tonnes (-12,7%) dont 41 MT de vracs liquides (-11% par rapport à 2019), 18,3 MT de marchandises diverses (-11%) et 9,9 MT (-22%) de vracs solides.

Si le GPMM a accueilli 8 500 escales de cargos, soit vingt-trois par jour en 2020 (18 au moment du premier confinement) contre vingt-cinq en 2019, "la situation reste tendue", reconnaît Chantal Helman. Membre du directoire, elle voit cependant "une lueur d'espoir" en notant les six ouvertures de lignes en 2020, toutes concernant des pays méditerranéens (Algérie, Maroc, Turquie, Libye) et une forte demande sur le Tanger-Marseille opéré depuis début décembre 2020 par la Méridionale à raison de trois escales par semaine.

Autre point positif, la filière agro-alimentaire se trouve en hausse de 6% par rapport à 2019 grâce aux campagnes céréalières de l'Algérie. Sur un autre segment, les véhicules neufs, les voitures en provenance de l'usine Renault de Kenitra au Maroc ont permis, certes aussi avec le nouveau trafic d'Hyundai, de pallier à la baisse du marché français et de le laisser à l'équilibre.

100 000 croisiéristes en 2020 contre 1,8 million en 2019

L'activité voyageurs s'est elle complètement effondrée avec la perte de 76% des passagers. Les liaisons avec l'Algérie et la Tunisie réalisent les reculs les plus significatifs, devant la Corse et ses - 28%, avec respectivement -89% et -55% du nombre de voyageurs. Le trafic passagers sur le Maghreb est passé de 635 000 à 153 000. Et l'avenir demeure plutôt sombre. Si les rotations régulières de navires de passagers vers la Tunisie ont pu reprendre progressivement, comme celles avec la Corse, l'Algérie maintient, jusqu'à nouvel ordre, une politique de fermeture de ses frontières pour mieux lutter contre la propagation du coronavirus.

Le GPMM n'a cependant pas renoncé à restructurer les terminaux Corse et Maghreb au Cap Janet. Les travaux ont démarré en septembre 2020 pour créer une nouvelle gare maritime dédiée aux ferries à destination et en provenance du Maghreb. Elle bénéficie d'un investissement de 6,7 M€, auquel s'ajouteront des investissements des collectivités, notamment pour réaliser les accès routiers, portant le total à plus de 55 M€. Les infrastructures seront "complètement opérationnelles fin 2022-début 2023", selon Hervé Martel, directeur du port.

Depuis le début de l'année 2021, l'activité voyageurs enregistre un recul de 19%. En décembre 2020, seulement 1 526 passagers sont passés par le port de Marseille. La plus grande inquiétude vient de l'activité croisières, fer de lance du développement du trafic passagers à Marseille, avec des dates de reprises sans cesse repoussées. En tout, moins de 100 000 croisiéristes auront posé leurs pieds sur le quai phocéen en 2020 contre 1,8 million l'année précédente. Le GPMM constate un effet domino sur la réparation navale (-41% pour les navires à sec et -52% pour ceux à flot). La filière pourrait perdre 16 000 emplois au niveau régional.

Commercialisation à 100% des zones logistiques

Malgré la crise sanitaire, début juillet 2020, Hervé Martel annonçait vouloir "maintenir toutes les opérations d'investissement." Sur un montant programmé de 57 M€ en 2020, 51 M€ ont cependant été effectivement engagés sur cette année. 350 opérations ont été conduites avec 27 M€ consacrés au développement du port et 24 M€ au maintien des ouvrages portuaires.

"Nous devons préparer la sortie de crise, d'autant plus que nos activités continuent. Nous ne remettrons donc pas en cause nos investissements", assure Elisabeth Ayrault. 342 M€ seront donc débloqués pour le Port de Marseille d'ici 2024, principalement dans l'optimisation du pôle de transport combiné de Mourepiane (Marseille) et une nouvelle zone de services portuaires dans les bassins de Fos.

Hervé Martel se félicite d'une désormais "commercialisation à 100% des superficies disponibles des deux zones logistiques du Port", d'une superficie de plus de 3 millions de m². Les derniers lots de Distriport ont été vendus à Virtuo en avril 2020 tandis que Médiaco poursuit les travaux de son entrepôt de 70 000 m² et qu'IDEC Life engage les travaux d'un troisième entrepôt de 90 000 m² destiné à ADEO sur le site de la Feuillane. 200 000 m² seront livrés dans quatre bâtiments au cours de l'année 2021.

Le GPMM présentera en Conseil de surveillance, sans doute en mars 2021, son nouveau plan stratégique. Comme l'explique sa vice-présidente, il s'appuiera sur trois idées fortes : un port aménageur (insertion du port dans la ville de Marseille), un port développeur (notamment avec l'éolien, le solaire et le GNL) et un port entrepreneur (création de filiales).

Lundi 25 Janvier 2021

Lu 2692 fois




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

A lire avant de commenter !
Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Econostrum.info.
Pour assurer des échanges de qualité, un maître-mot : le respect. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.
Il n'est pas permis de choisir comme nom d'utilisateur le nom d'une autre personne physique ou morale (entreprise, institution, etc.).
Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, reproduisant des échanges privés, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos…).
Econostrum.info se réserve le droit d'éliminer tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier, contenant des invectives et des propos agressifs visant des personnes, notamment les autres commentateurs.
Une trop mauvaise qualité d’écriture (multiplication des fautes de frappe, absence totale de ponctuation, langage SMS, etc.) peut entraîner la non-publication des messages.
Les décisions des modérateurs ne peuvent être contestées. L’auteur de la contribution est responsable de son contenu. La fiabilité de l’utilisateur, son identité et sa moralité ne peuvent être garantis par Econostrum.info. Econostrum.info ne pourra en aucun cas en être tenu responsable.
Si vous désirez signaler un contenu illicite ou abusif, merci de le faire à l'adresse suivante : redaction@econostrum.info.


Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







Actus par pays

Voir en plein écran




Suivez-nous
Facebook
Twitter
YouTube
Newsletter


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA





Guide de l'économie 2021
Le guide 2021 de l'économie en Méditerranée

Le guide 2021 de l'économie e...

 30,00 € 
  Prix Spécial | 20,00 €



À propos d'Econostrum.info


Econostrum.info est un média indépendant qui traite au quotidien l'actualité économique des pays riverains de la Méditerranée. Coopération économique, actualité des entreprises par secteur (Industrie, Services, Transport, Environnement, Finances), dossiers thématiques, actualité des aéroports, compagnies aériennes et maritimes (nouvelles destinations)... sont traités et analysés par une équipe de journalistes présents dans le bassin méditerranéen.