Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

            partager partager

La conférence de Sotchi accouche d'un comité chargé d'élaborer la future constitution syrienne




Sotchi entre réussites et critiques (photo : courtesy Tass)
Sotchi entre réussites et critiques (photo : courtesy Tass)
SYRIE. C'était l'objectif. Le Congrès du dialogue national syrien, qui se tenait à Sotchi en Russie mardi 30 janvier 2018, a finalement débouché sur la mise en place d'un comité chargé de l'élaboration d'une nouvelle constitution pour la Syrie. L'annonce a été suivie par un appel à l'organisation d'élections démocratiques. Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, a parlé de "premier pas vers le règlement de la crise en Syrie."

Les bonnes nouvelles s'arrêtent là. Beaucoup d'opposants à Bachar al-Assad avaient boycotté (Kurdes de Syrie et Comité des négociations de l'opposition syrienne en tête) cette réunion souhaitée par la Russie, soutien du régime syrien, après l'échec d'une précédente à Vienne, organisée elle par l'Onu. Ceux présents n'ont pas réussi à se faire entendre. Le communiqué final insiste sur le respect de la souveraineté et de l'unité territoriale de Syrie et appelle à préserver l'armée syrienne tout en louant son rôle de "protection des frontières de la Syrie face à des menaces étrangères et de lutte contre le terrorisme". 

"La déclaration de Sotchi ne nous concerne pas et n'est même pas un sujet de discussion", commente Moustafa Sedjari, un des responsables de l'Armée syrienne libre (ASL). Soutenu par la Turquie, il n'a pu que constater que "cette conférence était taillée sur mesure pour Assad et son régime terroriste."

Sergueï Lavrov a été chahuté lors de son discours, certains délégués accusant son pays de "tuer des civils". Dans son discours, le chef de la diplomatie russe se félicitait que «cette conférence (ait) regroupé sous un seul toit des représentants de différentes composantes du peuple syrien, de l’opposition intérieure et extérieure et des tribus qui sont une composante importante dans la vie sociale en SyrieStaffan de Mistura, présent à Sotchi, ne se range pas à cet avis : "nous n'avons pas besoin d'un nouveau processus, nous pas besoin d'un processus concurrent", indiquait l'émissaire spécial de l'Onu pour la Syrie. Il entend d'ailleurs fixer les critères de participation au Comité constitutionnel nouvellement créé et affirme vouloir sélectionner une cinquantaine de membres parmi le gouvernement syrien, l'opposition et la société civile. Ce Comité opérera à Genève.




Mercredi 31 Janvier 2018



Lu 1850 fois


Les articles qui devraient vous intéresser
< >
Droits d'auteur et/ou Droits sur les Dessins et Modèles
Le présent site constitue une œuvre dont Econostrum.info est l'auteur au sens des articles L. 111.1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La conception et le développement dudit site ont été assurés par la société Econostrum.info. Les photographies, textes, slogans, dessins, images, vidéos, séquences animées sonores ou non ainsi que toutes œuvres intégrées dans le site sont la propriété d'Econostrum.info. Les reproductions, sur un support papier ou informatique, du dit site et des œuvres qui y sont reproduits sont interdites sauf autorisation expresse d'Econostrum.info.







RÉflexions

Réflexion

L'égalité dans le partage successoral, qu'est-ce qui gêne les musulmans ?


avis d'expert

Razika Adnani Philosophe et écrivaine. Associée au groupe d'analyse de JFC Conseil

 









Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA