Econostrum | Toute l'actualité économique en Méditerranée

La biodiversité, enjeu majeur de la crise environnementale


partenariatSEM2014IEJ


Le bureau d’études et de conseil environnemental Eco-Med organisait jeudi 5 novembre une table ronde sur le thème de la place que peut occuper la biodiversité dans le cadre de l’aménagement du territoire.


            Partager Partager

Chaque jour, 165 hectares de milieux naturels ou de terrains agricoles sont remplacés par des routes, des habitations ou des zones d’activités. Photo Bernard Royo
Chaque jour, 165 hectares de milieux naturels ou de terrains agricoles sont remplacés par des routes, des habitations ou des zones d’activités. Photo Bernard Royo
FRANCE. Transition énergétique rime souvent dans l'esprit du public avec crise climatique et gaz à effet de serre.

La biodiversité, bien que peut-être moins connue, n’en reste pas moins un enjeu crucial. Penser à la préservation de la biodiversité de notre territoire peut-être une manière de modifier notre mode de fonctionnement et surtout notre relation avec la nature. C’est en tout cas ce que pense le bureau d’études ECO-MED. « Préserver les écosystèmes, en empêchant que de nouvelles zones naturelles soient artificialisées, nous pousse à améliorer l’organisation de nos aires urbaines. » développe Julien Viglione, directeur général d’ECO-MED.

Pour comprendre l’impact de l’artificialisation des terres sauvages, l’IFEN, l’institut français de l’environnement, cite des chiffres alarmants. Chaque jour, 165 hectares de milieux naturels ou de terrains agricoles sont remplacés par des routes, des habitations ou des zones d’activités. « Entre 2006 et 2014, 500 000 hectares ont été artificialisé » ajoute Julien Viglione.

Ces transformations ont des conséquences sur les écosystèmes. La vallée de la Durance en est un parfait exemple. « Avec une autoroute, une route nationale, des poteaux électriques et une voie ferrée qui sépare la zone sauvage du lit de la Durance, accéder à l'eau est difficile et dangereux pour les espèces animales » explique Alexandre Cluchier, directeur international d’ECO-MED.

« La disparition d’une espèce entraîne la fragilisation d’un milieu entier » conclut Julien Viglione.

 

Lundi 9 Novembre 2015




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 13 Novembre 2015 - 18:05 Lancement du Prix Phenicia







RÉFLEXION



LE GUIDE DE LA COOPÉRATION ET DES PROGRAMMES DE FINANCEMENT EN MÉDITERRANÉE 2018
Le Guide de la Coopération et des Programmes de financement en Méditerranée 2018 - Version papier
 30,00 € 
  Prix Spécial | 19,00 €
FICHES PAYS - FICHES FINANCEMENT - ANNUAIRE


Actus par zones

Algérie Bosnie-Herzégovine Égypte Espagne France Grèce Israël Italie Jordanie Liban Libye Maroc Portugal Syrie Tunisie Turquie Europe MENA

Suivez-nous
Facebook
Twitter
Rss